Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une Bouillotte, et un Doudou, pleins de VIE et ... sans gluten.

La peur du cancer programme le cancer et vouloir le détruire est comme vouloir retirer la bouée de celui qui se noie ?

11 Décembre 2014, 18:43pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

Mon amie Hélios vient de mettre sur son blog un article très complet dont je ne vous mets que quelques extraits.

Si vous vous sentez interpellé par ces extraits du document du Dr Eric Ancelet  rendez-vous sur le blog d'Hélios :

.../...

"Tout cancer résulte d'un choc psychique, conflictuel, dramatique, vécu dans l'isolement", qu'il nomme DHS pour Dirk Hamer Syndrom. Notons bien qu'il s'agit d'un conflit biologique et non psychologique, une réaction neuro-organique de survie susceptible d'atteindre aussi bien un animal confronté à une situation identique. Comme l'animal, l'homme vit des affrontements territoriaux, des situations de dévalorisation, des conflits avec ses descendants, des frustrations sexuelles, et il n'est pas toujours capable de les résoudre par l'exercice de sa raison, il est souvent incapable de les évacuer par les mots. Dès lors va apparaître une "maladie", que nous devons considérer comme un langage, un programme cohérent destiné à assurer la survie. Il existe toujours une corrélation précise entre, d'une part, l'aspect émotionnel, la façon subjective dont le patient a vécu et ressenti le choc initial, et, d'autre part, le cerveau ou se produit instantanément une rupture de champ dans une aire spécifique correspondant à la nature du conflit (lésion visible au scanner et nommée "foyer de Hamer" ou FH), enfin l'organe ou tissu en relation avec cette zone cérébrale, où va démarrer tout aussi instantanément un processus de cancérisation.

.../...

la peur du cancer programme le cancer.

.../...

On peut affirmer que 90% des aggravations et des récidives sont dues à la médecine scientifique, profondément nocive dès lors qu'elle ne tient aucun compte de l'affectivité des malades.

Songe-t-on au ressenti de celui à qui l'on dit "tumeur" (tu meurs)? La plupart des maladies courantes, accompagnées de symptômes bien visibles comme la douleur, des crampes ou des parésies, des vertiges ou des saignements, correspondent à des processus de restauration organique commandés par le cerveau, qu'il suffirait de surveiller et de contrôler en rassurant le patient pour aboutir tout naturellement à la guérison.

.../...

Selon la nature du DHS ou conflit initial (peur de manquer, perte d'un emploi, conflit mère-enfant, humiliation, dévalorisation, lutte territoriale...), c'est une zone bien précise du cerveau qui sera court-circuitée (le foyer de Hamer), et donc un tissu bien précis qui sera atteint, "cancérisé".

.../...

il n'existe pas de tumeurs "bénignes" ou "malignes", mais seulement des moments différents dans le déroulement d'un processus biphasique parfaitement cohérent, lequel a jusqu'ici totalement échappé à la médecine pasteurienne. Une tumeur poussée en phase active sera résorbée, éliminée ou enkystée en phase de guérison, tandis qu'une prolifération cellulaire en phase de guérison correspond toujours à la réparation d'une nécrose ou d'une ulcération induite par le conflit actif.

.../...

Durant la phase de guérison, il faut expliquer et rassurer, prévoir et contrôler les symptômes désagréables et parfois très graves qui se produisent à mi- parcours (Hamer parle de "crise épileptoïde", dont l'infarctus est un exemple), sans induire de nouveaux conflits (dévalorisation, peur de mourir ou de rester invalide) et sans détruire l'organisme avec des méthodes lourdement iatrogènes.

.../...

La teneur subjective du conflit (par exemple peur de la mort, dévalorisation de soi, conflit de territoire, conflit "du nid", conflit à coloration sexuelle...) déterminera donc à la fois la localisation du "foyer de Hamer" dans le cerveau et la localisation du cancer dans le corps.

.../...

il faut un certain temps au foyer cérébral comme à la tumeur organique pour se régénérer : cela nécessite la mise en œuvre des processus de réparation, qui s'accompagnent d'un œdème (appel de liquide autour des zones lésées, foyer cérébral et tumeur organique) dont le rôle, en écartant les mailles des tissus cellulaires, est de permettre le passage des cellules de nettoyage et de restauration.

.../...

Mais cette augmentation de volume n'a pas que des effets bénéfiques et peut comprimer des zones voisines du cerveau ou du corps, provoquant des troubles parfois graves, qui poussent le patient à consulter. Le médecin observera des cellules "atypiques" et concluera à l'existence d'un cancer actif, alors qu'il ne s'agissait que d'un cancer en voie de destruction. Le choc de cette nouvelle est tel qu'un nouveau conflit (peur de la mort) survient chez le patient qui développe ainsi un nouveau cancer (sous forme de "taches rondes" dans les poumons)... Ce qui fait dire au docteur Hamer que les "métastases" (résultant de la dissémination de cellules cancéreuses par voie sanguine dans d'autres endroits du corps à partir de la tumeur initiale) n'existent pas. D'ailleurs, hormis lors d'interventions chirurgicales sur la tumeur elle-même, aucune analyse sanguine sur les milliards réalisées n'a jamais permis, toujours selon Hamer, de mettre en évidence la moindre métastase.

.../...

Le cancer ne peut être guéri que par une réharmonisation des rapports du sujet avec lui-même et avec son environnement, ce qui nécessite de la part du thérapeute de s'intéresser à la vie de son patient. Mais l'exigence de rendement exclue le plus souvent cette possibilité...
.../...

*************************************

Cette édifiante "explication" refusée par les spécialistes ( ça dérange trop leur étroite vision pasteurienne !) .
OUI toutes les maladies et manifestations corporelles ont une raison oubliée ou refusée .
Heureusement la plupart se terminent bien ... genre rhumes, entorses, lumbagos, angines, boutons sur la figure,etc...
Les autres ou les processus de réparation qui seraient possibles sont enrayés par des interventions ou des injections qui empêchent les"travaux" d'aller au bout du chantier !

Le plus souvent la pression ( LES PEURS ) de l'entourage et des proches ne laissent aucune chance au "malade" de pouvoir guérir !

Heureusement on n'as pas encore vu de malade guéris porter plainte pour tentative d’assassinat !
Trop heureux d'avoir pû guérir malgré ...TOUT !

 

On a même entendu un spécialiste dire à sa patiente guérie (toute seule):

- Vous n'aviez pas le droit de guérir comme ça !

 

Ned

*******************************

Cliquez là pour voir l'article complet chez Hélios:

http://bistrobarblog.blogspot.fr/2014/12/genese-du-cancer-et-des-maladies-selon.html#more

 

... et ne manquez pas les explications complémentaires du Dr SCOHY sur :

ce qu'il ne faut

surtout pas détruire :

 

votre bouée de sauvetage !

... pourtant, c'est ce que veux faire la médecine ! ! ! 

Et vous aussi .

 

 

La peur du cancer programme le cancer et vouloir le détruire est comme vouloir retirer la bouée de celui qui se noie ?

Commenter cet article