Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une Bouillotte, et un Doudou, pleins de VIE et ... sans gluten.

Nous consacrons l’essentiel de notre attention et de notre énergie à penser à ce que nous ne voulons pas !

17 Septembre 2016, 19:25pm

Publié par Bertie

Néosanté N°59 P8 Méditer c'est la santé Par Carine Anselme

 

« La méditation est le plus noble des placebos », s’enthousiasme Matthieu Ricard. Plutôt que d’absorber des petites pilules dépourvues de principes actifs, méditer permet en effet de travailler directement sur notre esprit pour améliorer les effets qu’il a sur notre corps. C’est ce qu’a pu expérimenter très concrètement, physiquement, le Dr Joe Dispenza, auteur du livre Le Placebo, c’est vous.

À force de méditation, concentration et visualisation, par le seul pouvoir de l’esprit, il s’est guéri de la paralysie, après avoir été renversé par un véhicule lors d’un triathlon. Il explique : « Deux fois par jour, et ce, durant deux heures, je m’efforçai de plonger à l’intérieur de moi-même, de méditer et de visualiser le résultat escompté, soit une colonne vertébrale complètement restaurée. Ironiquement, je fis alors le constat que, lorsqu’une crise ou un traumatisme se produit, nous consacrons l’essentiel de notre attention et de notre énergie à penser à ce que nous ne voulons pas au lieu de penser à ce que nous voulons.

Durant les premières semaines, j’avoue avoir cédé sans retenue à ce travers. Finalement, après six semaines de combat contre moi-même et après avoir consenti à un maximum d’efforts pour être présent et en synergie avec cette conscience, je pus poursuivre mon processus de reconstruction interne...

Je me souviens encore du jour où j’y suis parvenu... C’était comme frapper une balle de tennis sur la zone d’impact idéale d’une raquette. Il y eut une sorte de déclic.

Et je me suis aussitôt senti complet, satisfait et entier.

.../...

Le philosophe Alexandre Jollien pratique un exercice qui l’aide considérablement : il s’agit de voir que la conscience qui fait l’expérience de la peur, de l’angoisse ou du chagrin n’est jamais atteinte.

« Il existe en l’homme, en la femme, une part qui reste indemne. Aucun traumatisme ne peut la troubler. On pourrait alors comparer la conscience à une espèce d’énorme marmite. À l’intérieur, il y a de tout : des pois chiches, des laitues, des carottes qui nous rendent de bonne humeur et des oignons qui nous arrachent des larmes. Dans le malheur, l’ego se borne à mastiquer les oignons sans savourer le reste.

Considérer la conscience comme une marmite permet de laisser passer les émotions sans se réduire à la colère, à la peine, qui ne sont que des ingrédients parmi tant d’autres », conseille-t-il dans Trois amis en quête de sagesse.

« Sans méditation, on est comme aveugle dans un monde d’une grande beauté, plein de lumières et de couleurs », clamait Krishnamurti.
      Alors, ouvrez grand les yeux de l’âme... et méditez pour éclore à la joie.
Une joie sans contraire, ni contraintes. Une marmite céleste !

Commenter cet article