Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une Bouillotte, et un Doudou, pleins de VIE et ... sans gluten.

Dr HAMER vous connaissez ? (Video partie 1)

14 Août 2011, 09:04am

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

Si je n'avais pas eu la "chance" de rencontrer ses "explications" je ne serais  plus là aujourd'hui pour en parler!  MERCI à lui et ceux (quelques milliers en France !) qui transmettent sa compréhension du sens et du développement de ce qu'on appelle maladies dans nos pays !

 on ne vous demande pas de croire comme un gosse à l'école, mais de prendre un peu de temps pour découvrir

 comme un adulte responsable de sa santé et de celle de ses enfants et petits enfants....

Mais il est tellement plus confortable de se faire "rembourser" une visite ( je n'ai pas écrit consultation exprès !) chez un "mes deux seins !" Pour avoir une petite goutte ?

 

 

 

Commenter cet article

Baudouin Labrique 17/08/2011 12:47



POurarriver à mettre le sens qui nous convient aux maux, voici un outil que j'ai confetionné et qui s révèle très utile d'abord à moi-même et ensuite à mes patients


http://www.retrouversonnord.be/FT5Maladit.htm



Baudouin Labrique 17/08/2011 10:14



Qui doit trouver pour soi le sens des maladies ? Certainement pas une autre personne que nous !


 


Le Dr Thierry Janssen observe à ce sujet une quête de sens à l’envers chez certains patients :


"[…] au lieu
d’écouter les messages de leurs corps, ils pla­quaient des explications toutes faites sur leurs symptômes.


Ils récitaient des
théories apprises dans des livres ou répé­taient des paroles entendues dans la bouche d’un "gourou" du symbolisme des maladies. Mais jamais ils n’avaient accès à leur
propre vérité"
[1]..


Le Dr Thierry Janssen relate à cet égard la salutaire prise de conscience faite par un
psychothérapeute formé à la GNM :


"Je réalise à quel
point j’ai peur de ne pas pouvoir apporter de réponses aux personnes qui me consultent […]. 


Je transmets la
vision de la maladie qui m’a été enseignée. Mais qui suis-je pour "savoir" à la place de l’autre quel est le sens de sa souffrance ? Qui suis-je pour décider ce que "veut dire" la maladie de
l’autre ? Je me rends compte que je parle sans arrêt lors de mes consultations. J’ai horreur du vide. Je ne laisse pas de temps ni d’espace à mes patients. Je leur impose une croyance
qui me rassure "
[2].


 


 


 





[2]  Thierry Janssen, La
maaldie a-t-elle un sens ? ENquête au delà des croyances, p. 218.



[3]  ibidem p. 254.





mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr 17/08/2011 12:10



Une chose reste sûre :


seul il est rarement possible de trouver le sens ou l'origine de sa maladie (phase de tentative de réparation) et mettre en place les solutions au problème, d'ou l'importance de
l'accompagnateur... et de ses "savoirs".


Choisir celui qui va nous accompagner n'est pas toujours facile surtout s'ils sont tous très éloignés du domicile.! ! ! !


Notre cerveau à des capacités extraordinaire pour nous "cacher" ce qui a été douloureux ou pourrait l'être !


Percevoir le "petit fil blanc" de la réponse et s'accrocher  ala grosse ficelle rouge qui vient juste après notre  "cerveau excelle à ce jeu !


Mais il nous donne toujours ce petit fil blanc ... et le cache aussitôt avec la ficelle rouge ! c'est là que l'accompagnateur doit être très vigilant. S'il cause tout le temps ....!


Merci de votre commentaire.