Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2012-09-17T13:20:00+02:00

... mais toi tu la portes encore !

Publié par NED de mabouillotte-et-mondoudou

 

L'incapacité, ou plutôt la non-disposition du mental humain à lâcher le passé

est parfaitement illustrée dans l'histoire des deux moines zen.


Tanzan et Ekido,

qui marchaient sur une route de campagne extrêmement boueuse après

des pluies torrentielles. Près d'un village, ils croisèrent une jeune femme

qui tentait de traverser la route. La boue était si profonde qu'elle aurait

abimé le kimono de soie qu'elle portait. Tanzan la prit sur ses épaules

d'un coup et la transporta de l'autre coté de la route.

 Puis les moines reprirent leur route en silence. Cinq heures plus tard,

alors qu'ils approchaient du temple où ils allaient loger, Ekido ne put se contenir

plus longtemps. "Pourquoi as-tu porté cette femme ?" demanda-t-il.

"Nous sommes des moines. Nous ne sommes pas censés faire des choses pareilles."

"Je me suis délésté de la femme en question il y a des heures

lui repondit Tanzan, mais toi tu la portes encore, il me semble."

 

Extrait du livre Nouvelle Terre de Eckhart Tolle

commentaires

L 18/09/2012 20:40


Belle vue depuis la mongolfière, alpha7? Quel effet, cette prise de hauteur? D'une façon figurée, prendre de la hauteur c'est positif! Ca peut résoudre des problèmes!


Tous les commentaires d'alpha7, Ned, Elena et Boreal sur cet article sont aussi intéressants les uns que les autres, merci à tous, quelle profondeur dans vos écrits!


Que dire sur le poids du passé? Les blessures physiques, comme celle dont parle alpha7 le concernant, doivent être plus faciles à oublier que les blessures verbales même si la douleur physique
est peu agréable, j'en conviens. Les blessures verbales du passé sont plus ou moins bien cachées dans le sandwitch dont parle NED, elles vivotent et se réactivent facilement, d'autant plus
si la "charge émotive" associée était importante à l'époque de la blessure.Plus il y a de couches au sandwich, plus il est difficile à avaler et à digérer!


Qu'en pensez-vous?


Le conte choisi par NED est bien trouvé avec une belle métaphore. Merci. une lectrice.

NED de mabouillotte-et-mondoudou 19/09/2012 12:57



PENSER voilà peut-être le "problème" ...


Ajouter en conscience une couche de sauce dans le sandwitch même très pimentée serait-elle une "possibilité" pour en permettre la totale digestion ?



boréal 18/09/2012 18:44


Détacher, lacher prise, l'un avant l'autre, mais pas toujours facile de se détacher sans éprouver de la culpabilité, celle qui vous ronge de l'intérieur.


Il faut se détacher en comprenant que détacher n'est pas ne plus aimer ou ignorer, cela est se donner le droit de prendre son envol, pas toujours facile, mais une fois que cela est compris
le lacher prise est plus facile.


Vivre l'instant présent, le ici et maintenant, faites le au maximum


Prendre conscience du maintenant


Bonne soirée à tous


 

NED de mabouillotte-et-mondoudou 19/09/2012 13:05



En somme (pas dormir !) juste un problème d'ABANDON(s) ?



alpha7 18/09/2012 13:19


Coucou me revoiloup de cet agréable week-end qui me fait vous dire qu'un vol en montgolfière est de la Zen Altitude, du moins pour celui que j'ai vécu en ce samedi ! une pleinitude comme je les
zen !


Le lacher-prise n'est pas facile en effet et je pense qu'il est bon de se pencher sur le détachement en premier ! je m'explique par cette petite histoire personnelle : j'ai eu il y a bien
longtemps le poignet ouvert en tombant sur un tapis de bouteilles en verre ; il a fallu enlever les morceaux de verre à "chaud" les uns après les autres puis recoudre à vif ! j'étais enfant et
cela remonte donc à bien longtemps. Dois-je tous les jours, à maintenant 53 ans, continuer à vivre ma douleur physique d'origine en regardant ma cicatrice ? Bien sûr que non !!! j'ai le droit de
regarder ma cicatrice, de vivre avec et de me dire que la douleur n'est plus d'actualité, tout simplement.


Nous pouvons ainsi nous détacher sans pour autant quitter, abandonner, délaisser, trahir, etc... les situations, les personnes qui nous entourent, les personnes disparues par exemple, sans que
cela nous empêche qu'y penser, de les aimer et de vivre avec eux sans être accroché par une "dépendance" de souvenirs du passé en rapport, et c'est cela l'important je pense, en rapport avec
l'émotion d'origine. Le lacher-prise se fait quand nous ouvrons notre coeur pour lacher. Nous devons avoir de l'Amour en nous pour ne pas être en prise avec ces émotions.


L'instant présent est là pour être vécu en pleine conscience autant que possible.


Nous pouvons regarder derrière nous sans pour autant courrir vers notre passé.


Nous pouvons regarder devant nous sans pour autant courrir vers notre futur.


L'instant présent est dans l'ici et maintenant. Ne nous attachons pas à nos anciens "ici et maintenant" et ne courront pas vers nos futurs "ici et maintenant".


A chaque instant présent, son temps de le vivre en pleine conscience, le plus possible.


Que ce mardi vous apporte par tous ses instants présents, un peu plus de paix intérieure afin de lacher-prise plus facilement. 


 

NED de mabouillotte-et-mondoudou 18/09/2012 16:56



Merci de vos apports



Elena 18/09/2012 11:48


Je me souviens avoir lu cette courte histoire des deux moines dans "le guerrier pacifique". Elle était présentée autrement et insistait davantage sur la beauté de la jeune femme que l'un des deux
moines aurait pris dans ses bras (et non sur le dos). Il y avait d'ailleurs beaucoup d'humour dans ce livre,ce qui n'enlève rien à cette version d'Eckart qui garde tout son sens.


Lorsqu'on est "attaché" à son passé, on ne perçoit pas cette "vérité. L'histoire permet de mettre en évidence un fonctionnement, je devrais dire un disfonctionnement de la pensée ou du mental qui
se base sur ce qu'il connaît, le "connu" où ce qu'il croit "connaître" de son existence passée qui fige les limites de sa perception du moment, créant ainsi de fortes résistances. J'ai senti
cette résistance en me demandant ce que mes souvenirs pouvaient bien vouloir me signifier en construisant cet écran qui empêche d'être entière dans cet instant T. Peut-être que ce n'est pas le
souvenir qui "empêche" mais la charge émotive qui est liée à ce souvenir qui appel un lâcher prise.


Woua quel poids, il est temps de lâcher du lest !


Bonne journée!


 


 


 


 


 


 

NED de mabouillotte-et-mondoudou 18/09/2012 12:47



ce n'est pas le souvenir qui "empêche" mais la charge émotive qui est liée à ce souvenir !


C'est ce qui s'appelle le ressenti. Un +ou- gros sandwitch ou s'est enrégistré l'évènement qui n'as pu être trié la nuit suivante et jamais partagé ensuite.
L'apparition de 3 éléments de ce sandwich nous remet instannément dans  la charge de base et si c'est douloureux elle est auusitôt "cachée " par tous les moyens possibles !


J'ai beaucoup aimé cette courte histoire qui porte tant de sens !


Merci à bientôt


 



boréal 17/09/2012 22:55


Bonsoir à tous, et à toutes,


Il est toujours difficile de lacher prise sur le passé, car nous avons tendance à y revenir pour nous souvenir, mais revenir sur le passé, est reculer, alors que devant nous est ouvert notre
chemin,  celui que nous avons décidé de suivre.


Alors laissons le passé, où il est, il est le passé positif ou négatif, peu importe, nous devons avancer pour que notre existence se tourne sur aujourd'hui le présent, alors
vivons l'instant!


Et profitons de tous ce qui nous entoure, car nous nous donnons la peine d'ouvrir les yeux, nous pouvons voir toute la beauté qui nous entoure et arrêter de penser à ce que nous avons vécu!


L'instant T, celui là est important.


 


Bonne soirée à tous


 

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog