Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Juste une Bouillotte ? VIE et santé ?

« TROUVER LE SENS DE LA MALADIE EST UN ENRICHISSEMENT »

6 Octobre 2015, 14:51pm

Publié par n' ED

néosanté N°49 (extraits d'un interview) de :

Djohar Si Ahmed & Gérald Leroy-Terquem

 

***********************************************

Comment penser la maladie ? Comment penser la souffrance du corps ou de l’âme ? Comment penser les voies de guérison ? Comment accueillir et déployer ses émotions pour guérir ? Djohar Si Ahmed et Gérald Leroy-Terquem pointent, dans leur récent ouvrage, (Les processus de guérison. Accueillir et déployer ses émotions pour guérir (Dangles, 2015)). les limites de la pensée médicale sur ces questions, mais aussi leur (légitime) désappointement de thérapeutes face à certains patients en analyse depuis des années, sans le moindre changement... Surtout, ils reconsidèrent, à l’aune de leur parcours et de leurs recherches, l’idée qui campe au coeur de la ligne éditoriale de Néosanté : toute maladie a un sens. Il est clair, pour eux, qu’elle n’est  pas seulement le fait d’agressions physiques ou psychiques, mais qu’elle résulte avant tout de la  façon dont nous traitons, en notre for intérieur, les épreuves et les chocs traumatiques subis  depuis notre gestation et notre enfance, et qui se font écho de loin en loin. « Jusqu’à ce qu’un  écho plus puissant que les autres ne déclenche la maladie », disent-ils.

.../...
 

Ce qui nous arrive ne nous tombe pas du ciel par hasard, nous y participons. Chercher le sens, c’est ça : en quoi ce qui m’arrive fait aussi partie de moi-même et de mon histoire ? Qu’est-ce qui, en moi, est aussi à l’origine de ce qui m’arrive ? Trouver le sens de la maladie, quelle qu’elle soit, est un préalable à la guérison mais il est aussi source d’enrichissement.

Selon l’OMS, la définition de la santé, c’est revenir à l’état de santé antérieur à la maladie.

Pour nous, c’est revenir à l’état de santé antérieur à la maladie, mais riches de ce que la maladie nous a appris.

En sortir grandis, avec ce que cela implique de mise au jour de notre histoire, de ce qui nous constitue, des « fantômes », d’ouverture de cryptes (secrets de famille...), d’événements, de situations, à l’origine de notre problématique et auxquels, sans cette maladie, nous n’aurions pas pu avoir accès pour les déployer et nous en libérer.

*****************************

Objectif :

PENSER /PANSER

Commenter cet article
E
Peut-être la peur de perdre mes parents enfant...Ma mère m'a eu à 42 ans et elle, elle avait de sacrées blessures.
Répondre
N
avez vous fait vérifier votre taux de vitamine D ?<br /> quoique de toute façon pas besoin IL FAUT en prendre ... nous sommes tous carencés.<br /> http://fawkes-news.blogspot.fr/2014/05/le-cancer-du-sein-pratiquement-eradique.html
N
N'étiez-vous pas dans l'enseignement ?<br /> Il me semble (!) avoir entendu ou lu cela sur votre blog ! (http://monbloganti-cancer.com/ ) mais dans quelle archive ?<br /> Les seins ne servent pas à nourrir nos parents !<br /> Curieux ma mère aussi avait ce même âge quand je suis né en 49 !
E
D'accord, ce qui nous arrive, a un sens. On trouve le sens et on en fait quoi ? Mais on peut aussi creuser pendant des années. Donc on est condamné à échouer. Bonjour la culpabilité ? C'est vous le coupable vous n'avez pas assez creusé. Bon je n'ai certainement pas assez creusé puisque le cancer continue de me ronger et je souffre même si je n'en ai pas l'air. Cela va me rattraper. Merci Ned pour tous vos commentaires et soutiens.
Répondre
N
mais aussi leur (légitime) désappointement de thérapeutes face à certains patients en analyse depuis des années, sans le moindre changement... <br /> <br /> Creuser pendant des années NON ! NON et NON !<br /> Soit l'accompagnant thérapeute (!) est mauvais ou bien pas formé pour aider à sortir du tunnel (c'est le cas des psychiatres) .<br /> Je suis malade JE NE SUIS JAMAIS LE COUPABLE . Juste le responsable de ce que je décide d'en faire ! ! !<br /> J'ai "appris" qu'il n'y avais JAMAIS de perte de "mémoires" seulement des "refus" de se souvenir !<br /> ... souvent totalement inconscients et c'est le rôle de l'accompagnant de guérison de soulever le voile... au bon moment.<br /> Le cancer n'est pas "une maladie qui ronge" et celleS du(es) seins <br /> ar vous le savez surement il y a 3 cancer différents du sein (5 si on prends en compte le sein droit et le gauche gérés par deux zones différentes dans le cerveau !)<br /> -celui qui concerne les glandes productrice de lait.<br /> - Celui qui concerne les canaux qui conduise le lait au mamelon.<br /> -ceux qui concernent le derme et peuvent donc se situer aussi sur un sein carcinome bénin ou myélome si malin (donc futé ! ). <br /> <br /> Je continue à dire que la souffrance n'est que le résultat de résistances ou d'empèchementS , ( médica-menteux, conflits anciens non totalement résolus qui reviennent en surface de temps à autre, et le tabouret à 3 pattes ! )<br /> Tu nous disais il y a peu que tu n'avais jamais été aussi heureuse Mais de quoi étais tu MALHEUREUSE AVANT ? Concernant les enfants peut-être ?