Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Juste une Bouillotte ? VIE et santé ?

Avoir du courage pour changer ?

31 Janvier 2013, 15:37pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

  *************************************************************************************************

4601252035_46339af441.jpg

Ainsi que disait Samuel Fuller :


Beaucoup

seraient lâches...


... s’ils en avaient ...


le courage !

Voir les commentaires

Pris isolé­ment, tous les efforts sont loin de suf­fire.

31 Janvier 2013, 12:34pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

...

Changement d'ère en cours !

ampoule

           Aujourd’hui, les dettes accu­mulées, dette finan­cière, dette énergé­tique et dette écologique nous revi­en­nent comme des bombes à retarde­ment qui com­men­cent à exploser. Les généra­tions de ce siè­cle doivent se pré­parer à ce con­tre­coup en se ren­dant moins dépen­dantes des ressources non renou­ve­lables, et en con­sol­i­dant leurs réseaux de sol­i­dar­ités, au sein de com­mu­nautés humaines renforcées.

Le vent du change­ment est là. 1321755948_45f36787b7.jpg

Le con­sumérisme con­naît ses derniers feux.

Le moment his­torique que nous vivons demande un mode de pen­sée différent.


Sans faire de bruit, un mou­ve­ment informel com­posé de citoyens engagés, de com­mu­nautés, d’entreprises et d’élus a entamé la tran­si­tion vers le monde post car­bone. Ces acteurs pré­co­ces tra­vail­lent à réduire leur con­som­ma­tion, à pro­duire locale­ment nour­ri­t­ure et énergie, à inve­stir dans l’économie locale, à réha­biliter des savoirs, à préserver les écosys­tèmes locaux. Leurs moti­va­tions sont diverses : freiner le change­ment cli­ma­tique, préserver l’environnement, la sécu­rité ali­men­taire, le développe­ment économique local. L’essence de ces efforts est cepen­dant la même : tous recon­nais­sent que le monde change, que la manière habituelle d’agir, fondée sur l’idée que la crois­sance de la pro­duc­tion et de la con­som­ma­tion peut et doit con­tin­uer indéfin­i­ment, ne fonc­tionne plus.


La crise glob­ale des sys­tèmes naturels, énergé­tiques et économiques forme l’étoffe de notre époque singulière.

Pour y réa­gir, nous sommes con­va­in­cus de la néces­sité de con­tribuer à l’élaboration des tran­si­tions vers les sociétés de l’après-pétrole, les sociétés de sobriété.

Pris isolé­ment, tous ces efforts sont loin de suf­fire.

Mais une fois rassem­blés, ils peu­vent ori­en­ter la nou­velle société.

 

http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-changement-d-ere-l-anthropocene-et-ses-issues-114891213.html

Voir les commentaires

Une bonne blague !

31 Janvier 2013, 10:19am

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

http://www.lapetitedouceur.org/article-pour-me-faire-aimer-114706055.html

u6i9gz3l.gif

La blague du blog à Nicole CHAREST



Un motard dur-à-cuire se promène sur sa Harley lorsqu'il a aperçoit une fille qui s'apprête à sauter en bas d'un pont. Il s'arrête et lui demande : « Qu'est-ce que tu fais ?

Elle lui répond : « Je vais me suicider ! »

Alors qu'il ne veut pas paraître insensible, il ne veut pas non plus passer à côté d'une bonne affaire. Il dit alors :

« Avant de sauter, pourquoi ne m'embrasserais-tu pas ? »

Elle l'embrasse alors avec volupté. Après cette embrassade, le motard lui dit :

« Wow! C'est la première fois qu'on m'embrasse de cette façon. C'est tout un talent que tu t'apprêtes à gaspiller. Tu pourrais devenir célèbre. Mais pourquoi veux-tu te suicider ?

– Parce que mes parents n'aiment pas que je m'habille en fille... » 

Voir les commentaires

de Paulo COELHO (2)

31 Janvier 2013, 10:07am

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

1049103055_4ad6c91e8d.jpg

 

Celui qui veut voir l'arc-en-ciel

doit apprendre à aimer la pluie !

P 89 Aleph

Voir les commentaires

Histoire d'amour...

31 Janvier 2013, 09:56am

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥ 

♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥ 

♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥ 

♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥ 

 

  « S’aimer soi-même

est le début d’une histoire d’amour
qui durera toute la vie ( la sienne !). »

 

http://www.lapetitedouceur.org/article-pour-me-faire-aimer-114706055.html

Voir les commentaires

Allez vite au jardin de Vieux Jade...!

30 Janvier 2013, 18:13pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

extraits bref :  

...

Sept milliards de zombies ne font rien, ne décident rien, n'ont de pouvoir sur rien.

 

C'est pourquoi on les somme de choisir. Pour leur donner l'impression qu'au contraire, ils ont le droit d'avoir un avis. Très important pour la préservation du traintrain quotidien dit "paix sociale".

 

c'est là : http://www.vieux-jade.com/article-pour-ou-contre-114886914.html

 


Le seul choix que nous ayons - et encore, est-ce un choix, c'est de s'efforcer de parvenir à cesser de dormir. C'est là-dessus que nous devons concentrer nos forces, pas à choisir entre la main droite et la main gauche du diable.  

Voir les commentaires

Se nourrir et nourrir sa famille ...

29 Janvier 2013, 11:07am

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

J'ai découvert par hasard ce site qui donne plein d'idées sur la nutrition et qui me semble (mais je n'ai pas tout lu !) intéressant...

 

http://www.lanutrition.fr/

Voir les commentaires

Ensemencer la conscience de veille ?

29 Janvier 2013, 10:10am

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 

Le chakra du Cœur, centre de la Volonté divine,

ne peut s'ouvrir et ensemencer la conscience de veille

des plus belles intentions créatrices,


s'il n'est pas "nourri" par la force d'Amour.

 

http://espace-relaxation-wakanda.over-blog.com/article-114835736.html

 

 

 

Jusqu’au 31 janvier (minuit) vous pouvez télécharger gratuitement l’enregistrement audio de la Balade méditative  sur la page du site :

http://bodhiyuga.net/index.php/les-enseignements/themes/91-la-pratique/les-meditations-guidees/132-balade-meditative


20minutes 54 que l'on peut écouter aussi en fond sonore !

C'est dès fois "bien" d'être guidé par une voix extérieure ...

Voir les commentaires

Le silence pour renouveler nos forces ?

28 Janvier 2013, 18:39pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

**********************************************************************************

********************************************************************************

************************************************************************************

«Prenons le temps d'aller dans le silence. 

Le silence met fin à toute confusion

et renouvelle nos forces.»
Dadi Janki

 

5483639616_21b624d45c.jpg


Voir les commentaires

de Paulo COELHO

28 Janvier 2013, 18:01pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

µµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµ

**********************************************

****************************** 

Dans la VENGEANCE

le maximum qui puisse nous arriver

est de nous mettre à égalité avec nos ennemis,


3569539403_dfa7ba982a.jpg

alors que dans le PARDON

nous montrons plus de sagesse et d'intelligence.

P.84

 

 

Voir les commentaires

Les dangers du pamplemousse si vous consommez certains médicaments

26 Janvier 2013, 17:51pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

 
   
 
     
 

Les dangers du pamplemousse


De nombreux lecteurs m'écrivent pour demander si vraiment, un fruit aussi sain que le pamplemousse peut être dangereux pour la santé.

Depuis plusieurs mois en effet, les médias mettent en garde les populations contre les interactions du pamplemousse avec certains médicaments.

Ma réponse est un grand OUI !

Les risques du pamplemousse sont majeurs, avec de nombreux médicaments. Les effets indésirables de ces médicaments peuvent être multipliés par 20 par un simple verre de jus de pamplemousse, avec des conséquences potentiellement fatales.

Voici pourquoi, et voici comment vous protéger :

Le pamplemousse bloque la métabolisation de certains médicaments

Lorsque vous avalez un médicament, celui-ci passe dans votre sang puis il est utilisé par votre organisme : des enzymes vont « digérer » le médicament pour le transformer en substances utilisables par vos cellules, qui vont l'absorber, le « consommer », puis rejeter des déchets par les urines.

Le problème est que le pamplemousse contient des produits actifs appelés furanocoumarines, qui bloquent de façon irréversible un de nos enzymes, le CYP3A4.

Or, cet enzyme CYP3A4 est précisément celui qui sert à assimiler de nombreux médicaments contre le cancer, l'hypertension, les problèmes cardiovasculaires, les problèmes urinaires, ainsi que des médicaments immunodépresseurs (qui affaiblissent le système immunitaire) et des anti-infectieux, des analgésiques (antidouleur) et des tranquillisants (la liste de ces médicaments est à la fin du message).

Voici donc ce qui arrive aux personnes qui prennent du pamplemousse en même temps que ces médicaments :

Leurs médicaments passent dans leur sang et ne sont pas « consommés » comme ils devraient l'être, (en langage médical, on dit « métabolisés »), parce que l'enzyme est bloqué. La concentration sanguine en médicament s'élève, jusqu'à atteindre l'overdose, avec des effets graves incluant « mort subite, blocage rénal aigu, arrêt de la respiration, saignements gastro-intestinaux, destruction de la moelle osseuse chez les personnes ayant un système immunitaire affaibli. » (1)

« Prendre un comprimé avec un verre de jus de pamplemousse est comme prendre 20 comprimés avec un verre d'eau », explique David Bailey, le pharmacologue canadien qui a découvert ce phénomène il y a 20 ans, et qui s'est spécialisé dans l'étude des interactions entre médicaments et pamplemousse. « Il s'agit d'overdose accidentel. » (2) Des études avaient en effet déjà indiqué que boire un verre de 200 mL de pamplemousse par jour, trois jours de suite, provoque une hausse de 330 % de la concentration sanguine de simvastatine, un médicament très couramment prescrit contre le cholestérol, par rapport à un verre d'eau.

85 médicaments concernés

Malheureusement, il existe de plus en plus de médicaments qui sont métabolisés par l'enzyme CYP3A4 – et dont la métabolisation est donc bloquée par la consommation de pamplemousse.

La liste est passée de 17 médicaments en 2008 à 43 en 2012 !

Le risque d'accident s'est donc considérablement élevé, et justifie aujourd'hui que chacun veille à ce que les médicaments qu'il prend ne soient pas incompatibles avec le pamplemousse.

Ceci est d'autant plus important que l'effet se produit même avec des petites doses, que le pamplemousse soit consommé tel quel ou sous forme de jus.

Les personnes de plus de 45 ans compensent moins bien les concentrations excessives de médicaments dans le sang, et sont donc particulièrement vulnérables, surtout que ce sont elles qui consomment en général le plus de pamplemousses.

Comment vous prémunir

Si vous ne prenez aucun médicament, pas de problème, vous pouvez continuer à vous régaler de ce fruit délicieux.

Si vous prenez des médicaments, vous n'êtes pas forcément obligé d'arrêter le pamplemousse.

Vous devez savoir que le risque ne concerne que :

  • les médicaments pris oralement (par la bouche) ;

  • qui ne sont que faiblement ou moyennement absorbés par l'organisme ;

  • et qui sont métabolisés par l'enzyme CYP3A4, ou cytochrome P450 3A4, ce que vous pouvez vérifier sur la notice.

Lorsque c'est nécessaire, la notice des médicaments concernés comprend toujours l'avertissement de ne PAS consommer de pamplemousse simultanément, donc c'est une raison de plus de toujours lire les notices.

Vous trouverez ci-dessous la liste des médicaments principaux concernés : je vous donne les noms des molécules (génériques), et pour certains le nom commercial.

Bien à vous,

Jean-Marc Dupuis

Liste des médicaments contre-indiqués avec le pamplemousse (attention, cette liste n'est pas forcément exhaustive : vérifiez toujours la notice de vos médicaments, et demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

1. Certaines statines (médicaments pour faire baisser le cholestérol) : 

  • Nom de la molécule : Simvastatine. Nom commercial : Zocor et génériques
  • Nom de la molécule : Atorvastatine. Nom commercial :Tahor et génériques
  • Nom de la molécule : Lovastatine

2. Certains médicaments contre l'hypertension  

  • Nom de la molécule : Félodipine. Nom commerciaux : Logimax, Flodine et génériques.
  • Nom de la molécule : Nicardipine. Nom commercial :Loxen

3. Certains médicaments immunodépresseurs (contre le rejet de greffe d'organe)  

  • Nom de la molécule : Ciclosporine. Nom commercial : Néoral
  • Nom de la molécule : tacrolimus. Nom commercial : Tacrolimus
  • Nom de la molécule : Sirolimus. Nom commercial : Rapamune
  • Nom de la molécule : Everolimus. Nom commercial : Afinitor

4. Certains médicaments contre le cancer

  • Nom de la molécule : Crizotinib.
  • Nom de la molécule : Dasatinib.
  • Nom de la molécule : Erlotinib.
  • Nom de la molécule : Everolimus.
  • Nom de la molécule : Lapatinib.
  • Nom de la molécule : Nilotinib.
  • Nom de la molécule : Pazopanib.
  • Nom de la molécule : Sunitinib.
  • Nom de la molécule : Vandetanib.
  • Nom de la molécule : Venurafenib.

5. Certains médicaments contre les infections

  • Nom de la molécule : Erythromycine.
  • Nom de la molécule : Halofantrine.
  • Nom de la molécule : Maraviroc.
  • Nom de la molécule : Primaquine.
  • Nom de la molécule : Quinine.
  • Nom de la molécule : Rilpivirine.

6. Certains médicaments contre les problèmes cardiovasculaires

  • Nom de la molécule : Amiodarone.
  • Nom de la molécule : Apixaban.
  • Nom de la molécule : Clopidogrel.
  • Nom de la molécule : Dronedarone.
  • Nom de la molécule : Eplerenone.
  • Nom de la molécule : Felodipine.
  • Nom de la molécule : Nifedipine.
  • Nom de la molécule : Quinidine.
  • Nom de la molécule : Rivaroxaban.
  • Nom de la molécule : Ticagrelor.

7. Certains médicaments contre les problèmes nerveux et psychiques

  • Nom de la molécule : Alfentanil (oral).
  • Nom de la molécule : Buspirone.
  • Nom de la molécule : Dextromethorphan.
  • Nom de la molécule : Fentanyl (oral).
  • Nom de la molécule : Ketamine (oral).
  • Nom de la molécule : Lurasidone.
  • Nom de la molécule : Oxycodone.
  • Nom de la molécule : Pimozide.
  • Nom de la molécule : Quetiapine.
  • Nom de la molécule : Triazolam.
  • Nom de la molécule : Ziprasidone.

8. Médicament contre les problèmes gastrointestinaux

  • Nom de la molécule : Domperidone.

9. Certains médicaments contre les problèmes urinaires

  • Nom de la molécule : Darifenacine.
  • Nom de la molécule : Fesoterodine.
  • Nom de la molécule : Solifenacine.
  • Nom de la molécule : Silodosine.
  • Nom de la molécule : Tamsulosine.


******************************

Si vous pensez que ce message pourrait intéresser un ami ou un proche, n'hésitez pas à le lui transférer.

Voir les commentaires

ACCEPTATION ?

26 Janvier 2013, 17:08pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

***************************************************************************

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

Accepter c’est consentir sereinement

à un état de choses contre lequel on ne peut rien.

 

Ѽ


Epictète n’affirmait-il pas :

« Ne demande pas que les événements arrivent comme tu le veux,

mais contente-toi de les vouloir comme ils arrivent,

alors tu couleras une vie heureuse. »

 
 
Mais qu’est-ce qu’une vie heureuse ?

lien vers la source du texte complet

http://patybio.over-blog.com/article-denise-desjardins-accepter-n-est-pas-se-resigner-114759348.html

Voir les commentaires

« L'île aux sentiments »

26 Janvier 2013, 10:38am

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

 

Conte « L'île aux sentiments » (auteur inconnu) ... un envoi de LL.

 

7519185888_094840cefc.jpg
Il était une fois...

... une île où tous les différents sentiments vivaient : le Bonheur, la Tristesse, le Savoir, ainsi que tous les autres, l'Amour y compris.


Un jour on annonça aux sentiments que l'île allait couler.
Ils préparèrent donc tous leurs bateaux et partirent.

Seul l'Amour resta.
L'Amour voulait rester jusqu'au dernier moment.

Quand l'île fut sur le point de sombrer, l'Amour décida d'appeler à l'aide.


La Richesse passait à côté de l'Amour dans un luxueux bateau.

L'Amour lui dit : "Richesse, peux-tu m'emmener ?"

- "Non car il y a beaucoup d'argent et d'or sur mon bateau. Je n'ai pas de place pour toi."


L'Amour décida alors de demander à l'Orgueil, qui passait aussi dans un magnifique vaisseau : "Orgueil, aide-moi je t'en prie ! "

- "Je ne puis t'aider, Amour. Tu es tout mouillé et tu pourrais endommager mon bateau."


La Tristesse étant à côté, l'Amour lui demanda : "Tristesse, laisse-moi venir avec toi."

- "Ooh... Amour, je suis tellement triste que j'ai besoin d'être seule !"


Le Bonheur passa aussi à coté de l'Amour, mais il était si heureux qu'il n'entendît même pas l'Amour l'appeler !


Soudain, une voix dit :

"Viens Amour, je te prends avec moi."

C'était un vieillard qui avait parlé. L'Amour se sentit si reconnaissant et plein de joie qu'il en oublia de demander son nom au vieillard.

Lorsqu'ils arrivèrent sur la terre ferme, le vieillard s'en alla.


L'Amour réalisa combien il lui devait et demanda au Savoir : "Qui m'a aidé ?"
- "C'était le Temps" répondit le Savoir.
- "Le Temps ?" s'interrogea l'Amour.
- "Mais pourquoi le Temps m'a-t-il aidé ?"
Le Savoir, sourit plein de sagesse, et répondit :

"C'est parce que Seul le Temps est capable de comprendre combien l'Amour est important dans la Vie." !

Voir les commentaires

Fabriquer des malades ? (ou !)

26 Janvier 2013, 10:25am

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

Quelques extraits d'un article à voir ICI

...

Les troubles de la sexualité et les maladies chroniques et/ou métaboliques (HTA, diabète, excès de cholestérol...) sont aussi particulièrement concernés car ce sont des affections à traitement de longue durée, souvent à vie. Et pour augmenter le"cheptel" de malades, les critères de définition du diabète, de l'hypertension et du cholestérol ont été revus à la baisse. Par exemple, jusqu'en 2000, le seuil de glycémie permettant de définir le diabète était de 1,4 g/l. Depuis 2000, il est passé à 1,26 g/l. Mieux encore, entre 1,1 et 1,26 g/l, on est désormais considéré comme "pré-diabétique".

 

..../...

sur 270 femmes atteintes de pré-ménopause prenant des médicaments pendant trois ans, un seule évitera une fracture vertébrale".

 

 

Le point.fr

Voir les commentaires

Des mots et des maux

25 Janvier 2013, 20:11pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

***************************************************

******************

********

Les mots

mani-festent nos idées.

4538366281_4c6c7677d9.jpg

Les maux

mani-festent nos idées cachées.

5600981188_ce6091b14f.jpg

Voir les commentaires

Vous auriez dit CHIMIOTHÉRAPIE ?

25 Janvier 2013, 11:07am

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

Voir les commentaires

Quelques idées sur le bord du chemin

24 Janvier 2013, 18:24pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

 

 

Je suis la personne la plus importante de ma vie et je veux prendre soin de moi et combler mes besoins pour être au maximum de mon énergie et en faire profiter les autres.

 


Je fais face à mes peurs, je les transforme en positif et je fonce tête baissée dans mes rêves les plus fous.

 


Faire du ménage dans mes «bouffeurs» d'énergie et Dieu seul sait que j'avais tendance à m'en mettre sur les épaules pour être «parfait» aux yeux des autres.

 

Les pierres angulaires sur lesquelles nous nous devons, de construire notre bonheur de vivre s'appellent : plaisir et amour.

 


Maintenant, je prends soin de moi; j’ai appris à faire connaissance avec moi-même au lieu de me juger, à être « avec moi » au lieu d’essayer de me changer.

Quelle différence, quelle douceur!

 


Voir les commentaires

Les cadeaux de la vie.

24 Janvier 2013, 14:44pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

 

Jeudi 20 octobre 2011 sur le sie : http://www.chemindevie.net/article-le-diplome-84355800.html

Transmis par LL.

Le diplôme

Un jeune homme s'apprêtait à obtenir son diplôme de fin d'étude. Pendant plusieurs mois il avait admiré une belle voiture de sport exposée dans un showroom, et sachant que son père pouvait bien la lui offrir, il lui avait déjà dit que c'est ça qu'il voulait comme cadeau.

Comme le jour de la remise des diplômes approchait, le jeune homme s'attendait à voir des signes que son père lui avait déjà acheté la voiture.

j0401898_resize.jpg Finalement, au grand matin du jour "j", son père l'appela dans son bureau et il lui dit comment il était fier d'avoir un fils aussi intelligent et formidable, et comment il l'aimait beaucoup.

Le père tendit à son fils une boite dans un emballage cadeau, curieux mais aussi déçu le jeune homme ouvrit la boite et découvrit une belle Bible avec une couverture en cuir.

Très furieux, il éleva la voix à son père et lui dit :"Avec tout ton argent, tu ne m'offres qu'une Bible ???" et, claquant la porte, il sortit la maison en laissant derrière lui la Sainte Bible.

Plusieurs années sont passées et le jeune homme se trouva couronné de succès dans le monde des affaires, il s'acheta une grande et belle maison et il fonda une famille merveilleuse; il se souvint de son père qui était devenu très vieux et se dit qu'il devait aller le voir , car il ne l'avait plus revu depuis le jour qu'il avait obtenu son diplôme.

Juste avant de partir, il reçu un télégramme lui disant que son vieux père venait de mourir et qu'il avait cédé tous ses biens à son fils. Il devait donc partir immédiatement pour s'occuper de son héritage. Quand il arriva dans la maison de son père, soudain, son coeur fut rempli de tristesse et de regret... il se mit à fouiller dans le dossiers importants de son père et il tomba sur cette Bible à l'endroit même ou il l'avait laissée il y a plusieurs années... Il éclata en sanglots, ouvrit la Bible et se mit à tourner les pages.

Et comme il lisait ces paroles, une clef de voiture tomba d'une enveloppe qui était collée à la couverture arrière de la Bible. La clef avait une étiquette avec le nom du concessionnaire du showroom, le même concessionnaire qui vendait la belle voiture de sport qu'il désirait tant avoir et sur l'étiquette figurant la date du jour de la remise de son diplôme, et ces mots...

CE PRÉSENT EST BIEN PEU RELATIVEMENT À LA FIERTÉ QUE J'AI À TON ENDROIT. JE TE SOUHAITE LA MEILLEURE DES CHANCES !!!

Combien de fois sommes-nous passés à cotés de cadeaux présentés par la vie, simplement parce qu'ils ne sont pas venus de la manière attendue. Les joies et les opportunités qui nous sont offertes ne viennent pas nécessairement de la manière désirée mais bien de la façon dont les événements ont choisi de nous les présenter ! N'en tiens qu'à nous d'avoir l'ouverture nécessaire pour les accueillir....

Si ceci a touché ton coeur, envoie- le à d'autres personnes...

Voir les commentaires

Choix ?

24 Janvier 2013, 14:07pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

 

Nous sommes tous devant un choix à faire :


 - voulons-nous continuer à faire partie du problème

ou

 - voulons-nous commencer à faire partie de la solution ?

 

Suivez la route c'est tout droit

Voir les commentaires

Le cancer, enfant terrible du hasard ?

23 Janvier 2013, 20:10pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

néosanté.eu je vous retransmets ce que je viens de recevoir et qui intéresse tout le monde

 

mercredi 23 janvier 2013

Bonjour,

portrait de Yves Rasir Cette semaine, je me mets en retrait et je vous propose un extrait du livre que nous venons de publier aux éditions Néosanté : « La vérité sur le cancer que la médecine ne vous dit pas encore ». Son auteur, Boris Sirbey, est un jeune philosophe des sciences qui a écrit cet essai sur le cancer en hommage à sa mère. Il y raconte la tragédie qui s'est déroulée lorsqu'elle a été hospitalisée, démythifie la vision classique de la maladie, explore la piste psychosomatique et développe une série de réflexions sur l'avenir de la médecine.. Son but est de montrer que, loin de se ramener à une simple affaire de génétique et de produits nocifs, le cancer est toujours en relation étroite avec le vécu personnel du patient. Dans cet extrait, Boris Sirbey met le doigt sur les failles et les contradictions de la théorie officielle, laquelle attribue au hasard un rôle prépondérant dans le processus cancéreux. La semaine prochaine, nous vous offrirons un autre extrait montrant que l'approche psychobiologique du cancer s'appuie sur des bases rationnelles autrement plus solides. Je vous recommande chaudement la lecture de ce livre d'ores et déjà disponible en libraire et sur notre site internet au prix modique de 20 €. Et je vous encourage à faire suivre ce message à vos contacts.

Yves Rasir

Le cancer, enfant terrible du hasard ?

La médecine institutionnelle considère le cancer comme le résultat de l'apparition d'une cellule anormale qui, après avoir été mise en contact avec une substance pathogène, se met à se multiplier à une vitesse exponentielle. Apparaissant d'abord dans un organe donné, le foyer primitif libère alors des cellules cancéreuses capables de former, dans d'autres parties du corps, des métastases, c'est-à-dire des cancers secondaires. Les perturbations qu'entraîne le cancer finissant inévitablement par entraîner la mort, il est alors justifié de recourir à des moyens particulièrement drastiques comme la chirurgie, la chimiothérapie ou la radiothérapie pour l'oblitérer rapidement.

Ce modèle, à première vue, semble bien rendre compte des observations expérimentales sur cette maladie. Néanmoins, il implique aussi un certain nombre de contradictions. Une part très importante du processus de formation du cancer tel qu'il est envisagé par la médecine conventionnelle, en effet, relève du hasard : en premier lieu, dans le fait même de l'apparition de cellules anormales, dont la raison de la formation reste encore un mystère ; ensuite, dans le passage à l'état de cellule cancéreuse, qui est provoqué par la mise en contact accidentelle avec un produit pathogène ; enfin, dans l'évolution du cancer, la création de colonies se faisant au gré du déplacement erratique des cellules cancéreuses dans les systèmes sanguin ou lymphatique. Pourtant, un certain nombre de facteurs semblent contredire cette hypothèse du hasard :

 

  1. L'organisme produit en moyenne 300 cellules cancéreuses par jour : toutefois, au lieu de devenir des cancers, elles sont automatiquement éliminées par le système immunitaire, qui les identifie comme éléments indésirables. La médecine institutionnelle en conclut donc que ce qui provoque le cancer est une déficience du système immunitaire, qui, pour une raison inconnue, devient incapable de faire la différence entre une cellule normale et une cellule cancéreuse. Cependant, l'organisme est un système d'une extraordinaire sophistication, et qui ne survit que parce qu'il arrive, en dépit de changements constants, à maintenir un équilibre global, ce qui suppose d'incessants ajustements au niveau de l'interaction des organes. Cette capacité à s'autoréguler dans un équilibre dynamique est appelée l'homéostasie. La composition du sang, par exemple, met en jeu presque tous les processus métaboliques, ce qui suppose un degré de complexité que le plus puissant ordinateur aurait du mal à gérer. Or, il semble pour le moins difficile d'expliquer comment un système de surveillance aussi efficace peut connaître des dysfonctionnements aussi grossiers que le postule la cancérologie, contredisant l'intelligence qu'il démontre par ailleurs dans le maintien de l'homéostasie organique.
  2. Si vraiment le cancer est le produit d'un dysfonctionnement immunitaire et d'un hasard, pourquoi est-ce que tous les cancers ne sont pas d'emblée des cancers généralisés ? Dans la mesure où le système immunitaire ne fait plus son travail, il faudrait logiquement que des foyers cancéreux apparaissent non dans un endroit précis, mais un peu partout dans le corps. Or, dans la majorité des cas, les cancers sont circonscrits à un seul organe, avec des métastases elles aussi placées de façon précise dans le corps. Pourquoi est-ce que le système immunitaire continue d'éliminer les cellules cancéreuses qui se forment partout ailleurs dans le corps, pour ne les laisser proliférer qu'à un endroit bien localisé ?
  3. Comment expliquer le processus de formation des métastases ? Se fondant sur le caractère mécanique de la propagation du cancer, la médecine conventionnelle postule qu'elles transitent par le système circulatoire pour former de nouveaux cancers à un endroit ou à un autre de l'organisme ; mais il est en réalité extrêmement difficile de prouver que quelque chose d'aussi gros qu'une cellule cancéreuse puisse réellement migrer à travers ce filtre extrêmement précis et complexe qu'est le système sanguin, surtout si cette migration a pour but de former une colonie dans un organe dont les tissus sont totalement différents. Or il est fréquent que des cancers du foie génèrent des métastases au poumon ou au cerveau, ce qui contredit la logique de dissémination spatiale qu'ils sont censés suivre. Par ailleurs, personne n'a encore pu observer de façon réellement directe la migration des cellules cancéreuses, ce qui rend cette hypothèse difficilement tenable. Mais si ce n'est pas cette migration qui est à l'origine des métastases, qu'est-ce qui les provoque ?
  4. Comment expliquer l'existence de cancers au développement fulgurant, qui n'évoluent pas sur une période de quelques années, mais se manifestent au bout de quelques jours seulement ? Compte tenu de la vitesse de division des cellules cancéreuses, un enfant qui aurait respiré des particules d'amiante en passant sous un porche vétuste en 1984 ne devrait contracter un cancer des poumons qu'en 2001. Or il se présente régulièrement des cas de cancers apparaissant non en dix ans, mais en l'espace de quelques semaines, les analyses qui n'avaient rien révélé auparavant montrant soudain l'apparition d'importantes masses tumorales. Là encore, la médecine officielle postule le plus souvent qu'une erreur a été faite au niveau des examens, mais on peut légitimement douter du fait que de telles erreurs puissent se répéter de façon aussi systématique et à si grande échelle. Seulement, si vraiment le phénomène des cancers à développement brusque existe, comment l'expliquer du point de vue de la théorie classique ?
  5. Que penser de l'existence de cancers « en sommeil », c'est-à-dire de tumeurs inactives, composées de cellules qui ont suivi un développement cancéreux, mais qui ont cessé de se multiplier ? Là encore, compte tenu du fait que les cancers sont censés suivre une croissance mécanique, leur présence dans l'organisme semble tout à fait inexplicable. Pourtant, on sait parfaitement qu'elles existent, et que des personnes peuvent vivre normalement pendant des années en dépit de la présence dans leur corps d'énormes tumeurs dormantes.
  6. Enfin, le dernier point, et non le moindre, à expliquer, est évidemment celui de la rémission spontanée du cancer. La médecine conventionnelle postule que la loi qui dirige le cancer est celle de l'expansion systématique et que, une fois déclaré, un cancer continue à se développer sans retour en arrière. Or on sait parfaitement qu'il existe depuis longtemps des cas de guérisons spontanées, obtenues en l'absence de tout traitement médical. Comment expliquer qu'un cancer puisse disparaître naturellement, si vraiment il s'agit d'un processus totalement mécanique et irréversible ?

Mis bout à bout, tous ces « phénomènes parasites » remettent en cause le modèle appliqué par la science dite « classique » et démontrent que, contrairement aux apparences, cette affection semble suivre une logique différente que celle que lui prête la médecine institutionnelle.

Les cancérologues, à l'image des médecins en général, tendent à considérer le corps comme le produit d'un strict déterminisme biochimique, ce qui les amène à laisser de côté un certain nombre de phénomènes pourtant essentiels dans la pathologie du cancer. Postulant que l'organisme se réduit, en dernière analyse, à l'ensemble des actions et réactions chimiques observables expérimentalement, ils en déduisent que le développement des maladies est consécutif à une insuffisance quelconque du système immunitaire, qui, pour des raisons contingentes (fatigue ou stress de l'organisme, incapacité à répondre à la virulence d'un virus ou d'une bactérie) ou fonctionnelles (prédispositions génétiques), n'arrive plus à faire son travail.

Cependant, tout le problème, c'est que le concept de « biochimie » que les cancérologues utilisent comme ciment dans leurs modèles ne renvoie évidemment pas à une entité existant réellement et agissant pour son compte propre, mais à un ensemble de processus qui dépendent en grande partie du système nerveux central, c'est-à-dire du cerveau. Or le cerveau, en tant qu'il régule les fonctions conscientes et inconscientes de l'organisme, est le siège du psychisme, qui peut donc être considéré comme l'acteur de toutes les modifications biochimiques du corps. Aussi, s'il est certain que la biochimie « contrôle » le corps et le psychisme, on peut tout aussi bien dire que la biochimie est elle-même « contrôlée » par le psychisme.

De ce point de vue, ce qui caractérise véritablement la médecine actuelle, c'est que, bien qu'elle reconnaisse le rôle joué par le cerveau, elle part du principe que c'est le corps qui détermine l'esprit, et que, par conséquent, l'esprit humain n'est qu'un « symptôme » du fonctionnement du cerveau.

La médecine psychosomatique, pour sa part, reconnaît à la fois l'existence du corps et de l'esprit, et considère que le cerveau joue en réalité un rôle de transmetteur dans les deux sens, ce qui permet à l'esprit d'agir sur le corps, et au corps d'agir sur l'esprit.

C'est en cela que l'approche dite « holistique » en médecine, qui envisage l'être humain comme un tout, se révèle incomparablement plus efficace que l'approche biochimique, qui, en réduisant les phénomènes qu'elle étudie à un schéma déterministe strict, évacue purement et simplement une partie d'entre eux hors de son champ de compréhension. Et, pour peu que l'on considère cette approche totale, on se rend compte que, loin d'être une sorte de mode de détermination plus vague et plus subjective, la compréhension holistique est en réalité beaucoup plus précise et efficace.

Boris Syrbey

 


Je vous encourage à vous abonner, au minimum à demander un exemplaire gratuit, pour recevoir directement chez vous les dernières infos sur la maladie comme cette interrogation face aux cancers !


 

Néosanté hebdo

http://ethreemail.com/subscribe?g=67c9c32b

Voir les commentaires

Petites phrases parmi d'autres ..;

21 Janvier 2013, 16:00pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

 

 

Tu n'est que le maillon d'une chaîne

qui doit se plier au mouvement

de la vague d'Amour.

 

***************

 

Un verrou ne sert pas toujours à "fermer" la porte,

il peut servir aussi à la maintenir ouverte...

 

Voir les commentaires

L’Invention du virus du sida ? ! ? !

19 Janvier 2013, 14:09pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

Si vous aviez des doutes ...

-Un livre exceptionnel : l’Invention du virus du sida, par le professeur  Peter H. DUESBERG.

Il faut tout d’abord rendre hommage à l’éditeur de ce livre en français : Marco PIETTEUR qui, depuis la ville de Liège, en Belgique, ne cesse d’oser publier des livres qui sortent des sentiers battus. En janvier 2013 il va éditer un livre important: Soja ami ou ennemi ? du docteur Kaayla T. DANIEL  (livre pour lequel j’ai fait une préface ainsi que Corinne GOUGET) qui montre à quel point le soja cuit est catastrophique pour la santé des êtres humains. Il a édité mon livre Vaccins, un génocide planétaire ? qui prouve la folie des vaccins…et bien d’autre livres encore que bien des éditeurs français n’osent pas publier car ils remettent en question les dogmes de notre société matérialiste.

Le livre de Peter DUESBERG est donc enfin disponible en français et c’est une véritable chance pour tous ceux qui veulent comprendre ce qu’est vraiment le sida. DUESBERG est l’un des plus grands microbiologistes de notre époque et il a vécu  toute l’histoire du sida en étant aux première loges…Il montre , d’une manière incontestable parce que très documentée sur le plan historique et scientifique, comment les virologistes qui avaient promis de trouver une cause virale au cancer et avaient totalement échoué malgré les milliards de dollars qui leur avaient été alloués, avaient besoin de trouver une nouvelle maladie due à un virus pour ne pas perdre les fonds qui leur étaient consacrés ! Ils ont alors créé l’ « hypothèse sida », à savoir que les troubles de l’immunité constaté principalement chez les utilisateurs de drogues étaient dus à un virus, le fameux virus HIV. Or, pour Peter Duesberg, la preuve que ce virus est la cause des déficits immunitaires n’a jamais pu être apportée, car ce virus est totalement inoffensif. On peut résumer le problème ainsi : dans une région d’Afrique on a trouvé plusieurs girafes mortes. L’autopsie a montré qu’elles avaient été empoisonnées. Mais un chercheur a déclaré que les girafes avaient été égorgés par des moutons ! Hypothèse étonnante mais qui, aussitôt propagée dans la presse, est devenue une « vérité » immuable. Une  armée de chercheurs reçoivent des millions de dollars pour étudier le problème mais aucun de peut sortir du dogme du « mouton tueur » sous peine de se voir retirer tous ses fonds de recherche… Ceux qui osent poser des questions sur la validité de ce dogme sont immédiatement mis au ban de la société et traités de fous dangereux !

Comme le dit dans sa préface le prix Nobel Kary MULLIS : « Nous n’avons été en mesure de découvrir aucune raison valable qui poussait la majorité des gens dans ce monde à croire que le sida était provoqué par un virus appelé HIV. Il n’y a absolument aucune preuve qui démontre la vérité de cette assertion. Nous n’avons pas non plus pu découvrir pourquoi les médecins prescrivent un médicament particulièrement toxique appelé AZT à des patients dont le seul symptôme est la présence d’anticorps au HIV dans leur sang. En réalité il n’y a aucune raison compréhensible, pour personne, de prendre ce médicament. On peut admettre que l’erreur est humaine mais l’hypothèse HIV=Sida est vraiment une des plus terribles qui soit. »

Il faut signaler à ce propos que si les séropositifs traités par la médecine officielle vivent plus longtemps qu’au début du sida, c’est simplement parce que les médicaments antiviraux qu’on leur prescrit actuellement sont beaucoup moins toxiques que l’AZT des premières années !

La cause des déficiences immunitaires est, pour Peter Duesberg, les « drogues qui sont dans la seringue et pas le virus qui est dessus » ! Il montre, chiffres à l’appui, que, dans les pays pauvres, la malnutrition et la pauvreté sont les causes des déficiences immunitaires. Dans les pays riches, c’est la prise de drogues et de médicaments chimiques qui est la cause principale de l’effondrement immunitaire ... Le sida  n’est donc pas une maladie contagieuse mais une maladie due à l’absorption de produits toxiques, dans les pays développés. Duesberg écrit : « Alors que des centaines de milliers de personnes meurent de fortes consommations de drogue ou de leurs prescriptions d’AZT, les officiels du sida s’acharnent à faire la promotion des préservatifs, des seringues stériles et des tests HIV parmi une population terrifiée. Ceci constitue un désastre médical sans précédent. Par ironie du sort, les séropositifs n’ont en vérité aucune raison d’avoir peur. De même que les séronégatifs, ceux qui s’abstiennent de consommer de la drogue ne mourront jamais du « sida ». Les personnes aux anticorps positifs au HIV peuvent mener des vies absolument normales, tout comme le font à travers le monde  dix-sept à dix-huit millions de séropositifs. »

Pourtant l’étude des chiffres ne ment pas : le sida ne s’est pas propagé à la population hétérosexuelle, comme le font toutes les maladies sexuellement transmissibles, il est toujours resté confiné au groupe des preneurs de drogues.

Comme le dit Peter Duesberg : « La manipulation cynique de la peur peut rapporter gros au lobby du sida mais elle constitue une tragédie humaine pour toute autre personne ». Il cite Teresa Schmitz de Floride qui, parce que son mari était séropositif, l’ a vu prendre de l’AZT… et présenter alors tous les symptômes du sida. Après avoir contacté Duesberg et persuadé son mari de quitter ce médicament toxique, sa vie est redevenue normale !

Duesberg affirme : « Trente cinq milliards de dollars ont été engloutis dans la seule étude du HIV, ne laissant pratiquement aucune possibilité de soutien financier au domaine comparativement minuscule de l’étude de la toxicité des drogues et des médicaments. L’hypothèse drogue-sida prédit avec exactitude tous les aspects du sida aux Etats-Unis et en Europe alors que l’hypothèse HIV n’en prédit aucun. En plus de sauver du sida environ 75.000 vies pour les seuls Etats-Unis, l’hypothèse drogue pourrait épargner une dépense annuelle de 20 milliards de dollars aux contribuables états-uniens. »

Les virologistes officiels tentent de cacher le fait que depuis 1981, aux Etats-Unis, 94% des cas de sida proviennent de groupes à risques ayant fait l’usage de stupéfiants. Si le sida était de nature infectieuse, il aurait du se propager à l’ensemble de la population, ce qui ne s’est jamais produit.

Comme le dit Kary Mullis : « Je ne puis trouver un seul virologue qui puisse me donner les références montrant que le virus HIV serait la cause probable du sida. Si vous demandez à un virologue de vous fournir cette information la seule réponse que vous obtenez est une réaction de fureur… Comment un virus dormant pourrait-il provoquer une maladie mortelle telle que le sida ? Comment un virus, qui ne peut être détecté qu’après une amplification d’un milliard de fois, peut-il être responsable de « réactions biochimiques provoquant la mort ?»

Ou comme le dit Harvey Bialy : «  L’hypothèse HIV  transgresse tout ce qui était précédemment connu en matière de maladie virale et permet n’importe quelle thérapie, n’importe quelle sorte de recherche, pourvu qu’on ramène du fric. Tout cela n’a rien du tout à voir avec la science. Nous avons pris le sexe, l’avons mis en équation avec la mort et, dans ce mélange, nous avons claqué un tas d’argent. Quel hideux ragoût ! »

Duesberg analyse en détail comment le lobby des virologues, avec le soutien de l’industrie pharmaceutique, a pris le contrôle des organismes officiels, des médias, des politiciens et des groupes d’aide aux malades du sida. Il raconte comment ses idées personnelles ont été bloquées de mille manières et comment la communauté scientifique a été manipulée pour faire passer Duesberg pour un dangereux illuminé !

Ce livre se lit comme un vrai roman policier. Il est étayé par un nombre impressionnant d’études scientifiques irréfutables. Il permet de comprendre comment le public a été berné depuis quarante ans par une pseudoscience sans véritables fondements.

Il prouve que :

-Le virus HIV n’est pas la cause du sida.

-Le sida n’est pas sexuellement transmissible.

-Les médicaments antiviraux provoquent les maladies symptomatiques du sida.

Ce livre est un document à la fois historique et scientifique d’une immense valeur. Toute personne capable d’oser remettre en question des dogmes en vigueur doit le lire de toute urgence… et le donner à lire à tous ces médecins qui se contentent de répéter les mythes officiels sans s’être jamais donné la peine d’écouter ceux qui en contestent le bien-fondé !

Il faut remarquer que le film « The house of numbers » que l’on peut voir sur internet (Daily Motion) donne 100% raison aux dissidents qui, comme Peter Duesberg, ont toujours combattu la thèse virale du sida. Le livre La théorie du sida, une incohérence scientifique de Rebecca CULSHAW également publié par Marco PIETTEUR, montre les faits en s’appuyant sur des preuves mathématiques et scientifiques irréfutables. Quelle est la seule défense des partisans de la doctrine officielle ? Il se contentent de « diaboliser » ceux qui leur résistent mais sans répondre à aucun de leurs arguments ! Le sida est devenu une affaire si juteuse que la quasi-totalité des groupes d’aide aux malades du sida sont financés par l’industrie pharmaceutique. Pour contrer les idées de Duesberg, et d’autres scientifiques dissidents, les officiels ont maintes fois cherché à apporter des « preuves » montrant que l’hypothèse virale était confirmée, mais aucune ne résiste à l’examen ! Duesberg montre tout cela avec une rigueur remarquable et il donne toutes les références de tout ce qu’il affirme.

Sur Youtube : L’imposture scientifique du sida : le professeur Etienne de Harven montre la valeur des idées de Duesberg et des autres « scientifiques dissidents ».

Voir les commentaires

Nouvelles lumières et FEU sacré...

19 Janvier 2013, 13:38pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

14 minutes  pour partager ce FEU et ce CONTE!

Que du bonheur à écouter même en faisant autre chose !

Merci à mon amie ISABELLE.

 

Voir les commentaires

Fin de réveillon pour les Pharaons ? suite et décryptage.

18 Janvier 2013, 19:23pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

http://sphotos-h.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/282811_313872128732046_1548580048_n.png

  http://sphotos-h.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/282811_313872128732046_1548580048_n.png

Si quelqu'un a le décryptage réel hiéroglifique je suis preneur !

Mon ami Jean-Yves viens nous décrypter cette sortie ! MERCI à lui.


Salut à toi...
Cette fresque est très intéressante... je ne la connaissais pas. Elle est d'époque ptolémaique, donc assez récente, très peu avant l'ère chrétienne... la provenance:je dirais très probablement le temple de Kom-Ombo,  puisqu'on y voit le dieu Horus à droite et Sobeck à gauche. Or ce temple est double et dédié à ces deux divinités.
L'iconographie de l'époque promémaïque est très riche mais très difficile à interpréter. Ils ont poussé  le symbolisme très loin et la complexité intellectuelle des figures représentées est difficile à traduire et surtout appréhender, même pour des égyptologues avertis.
Ici, à l'évidence, c'est bien de pharaon dont il s'agit, coiffé de la couronne atef, et il ensemence la terre de son Verbe. C'est véritablement le Verbe créateur, le Verbe-semence qui va rendre la terre féconde. Il est le lien entre le ciel et la terre, de la même manière que pharaon unit la haute et la basse égypte. Par son Verbe qui fait nourrit  les germes et les potentialités, il est pleinement dans sa fonction. De sa main gauche, il verse  une coupe dont trois gouttes gouttes s'échappent (trois n'est pas un nombre au hasard) et curieusement deux autres coupes sont renversées au sol, donc c'est le contenu de trois coupes qu'il a versé. Le Verbe abreuve les assoiffés de l'esprit comme l'eau abreuve ceux qui ont soif.
Pour l'instant je n'en dirais pas davantage. Le Verbe est une énergie créatrice, et l'eau est représentée en égyptien par le hiéroglyphe N qui a aussi la signification de l'énergie primoridale (les eaux du nou, le nou étant l'océean primordial d'où va émerger la première pyramide).
Voilà cher ami ce que m'inspire cette très belle fresque sur le Verbe, troisième terme entre ciel et terre. Bien sur il faudrait traduire les hiérocglyphes du texte qui sort de la bouche de pharaon et qui abreuve la terre, mais mes connaissances en ptolémaïque ne sont pas à la hauteur...

Voir les commentaires

qu'est ce que bien s'alimenter ?

18 Janvier 2013, 18:19pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

 

Je vous suggère d'aller voir ce que l'amie PATY en dit !

 

http://patybio.over-blog.com/article-qu-est-ce-que-bien-s-alimenter-114504649.html

Voir les commentaires

1 2 3 > >>