Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Juste une Bouillotte ? VIE et santé ?

Guérir rapidement? Même du pire ?

9 Décembre 2020, 17:02pm

Publié par Bertie LAVIE

Il y a des cas où l'hôpital est indispensable et d'autres où l'on doit se limiter à la chirurgie réparatrice d'urgence où elle excelle !
Il y a des cas où l'hôpital est indispensable et d'autres où l'on doit se limiter à la chirurgie réparatrice d'urgence où elle excelle !

Il y a des cas où l'hôpital est indispensable et d'autres où l'on doit se limiter à la chirurgie réparatrice d'urgence où elle excelle !

Ce qui marche pour guérir rapidement

aujourd'hui !

 

 

C'est en premier lieu la prise de conscience qui vous permettra d'enclencher la poursuite de votre guérison, qui a démarré puisque vous êtes "malade".

 

Le respect des signaux de votre corps est le plus important à comprendre.

 

     Notre corps si merveilleux, si précis dans ses actions nous envoie systématiquement tous les messages nécessaires à notre compréhension.

 

     MAIS le plus souvent nous refusons ces signaux et nous les ignorons.

 

C'est en changeant notre regard intérieur, notre écoute fine, que nous aurons la certitude de pouvoir guérir sans trop de difficultés.

 

     Le plus souvent la guérison amène des souffrances qui sont totalement inutiles puisqu'elles ne font partie que des signaux.

 

Le repos impératif et absolu fait partie des trois grands points, les plus forts, les plus utiles. Et quand je dis repos, c'est 12 à 14 heures de repos intensif et total dans une journée, y compris bien sûr la nuit ET LA SIESTE. C'est dans cette période, et uniquement celle-ci, que notre cerveau accepte de réaliser les grands chantiers physiques de notre corps, d'où son importance.

Nota : les heures avant minuit (solaire) comptent double et une sieste de 20/30 minutes vaut un cycle complet.

N'oubliez pas votre bouillotte si la moindre sensation de fraîcheur ou de frisson (même de fièvre, si bénéfique) vous accompagne au moment du coucher. lisez l'épisode 6

Éviter de "tomber en scorbut", est le deuxième point que je vous ai signalé. La chute du taux de saturation en vitamine C (ascorbémie) dans votre organisme entraîne immédiatement les douleurs et l'augmentation des œdèmes, éventuellement "l'arrêt du chantier" et donc la poursuite de la phase d'attente, qui va pouvoir durer des jours, des semaines, des mois, des années !

 

 

La déshydratation est la pire chose qui puisse arriver à un malade. Le manque d'eau disponible, et j'insiste sur disponible, dans notre organisme, est ce qui entraînera le plus de complications pouvant aller jusqu'à ce qui ressemble à de la démence !  Un cerveau hydraté est un cerveau qui enregistre ! (Arnaud RIOU).

 

Dans une phase de maladie, il est très important d'amener de l'eau de très haute qualité à votre organisme. L'eau du robinet sera donc à exclure, l'eau minérale avec plus de 45mg/l de résidus sec en bouteille aussi, ces eaux sont beaucoup trop chargées en minéraux et électrolytes divers qui encrassent les cellules, souvent déjà "surchargées".

Au minimum consommez de l'eau de source ou encore mieux de l'eau osmosée, et à partir d'un osmoseur le plus simple possible moins de 250€=9 mois de bouteilles achetées... et de plastique jeté ! (DEPURAGUA, Groupe Optima)

L'eau peut être chaude (thé, tisane,...). Un jus de fruit en bouteille ou un soda, un verre de lait n'est pas de l'eau !

 

     Comme vous serez au lit, vous n'aurez pas d'activité musculaire importante, vous n'avez donc pas besoin de beaucoup de sucres, les laitages vous sont totalement interdits, je parle du lait de vache bien sûr. Le lait de vache, c'est pour les petits veaux en bonne santé, ce qui n'est pas votre cas.

Par contre, vous aurez besoin de protéines de très bonne qualité. La plus facile, la plus efficace sera une protéine vivante. Et dans notre alimentation traditionnelle française nous avons le jaune d’œuf cru (mayonnaise avec une vraie huile), il peut être chaud, par exemple un œuf à la coque ou sur le plat, et les fruits de mer consommés crus.

 

Mais si vous n'avez pas pu changer votre regard et avoir la compréhension exacte de l'origine de ce stress, de ce conflit qui a déclenché un processus de réparation, vous restez susceptible de pouvoir reproduire cet exercice une (plusieurs) nouvelle fois. D'où l'importance de tous les accompagnements psychothérapeutiques que vous pourrez utiliser. Il y en a de très efficaces, avec paroles ou sans paroles et il y en a qui ne donnent que du confort (et je ne dis pas à qui !).

 

 

Je suppose que vous n'êtes pas en sous-dosage de vitamine D et que vous vous en occupez naturellement !

Vous pouvez le faire vérifier dans n'importe quel labo d'analyses médicales même sans ordonnance !

 

 

 

Il y a un 4ème point que je veux ajouter (12 octobre 2020)

                                  Ce sont :

les perturbateurs.

 

Car c'est cela qui explique les réactions différentes de chacun au même évènement, aux mêmes stress, aux mêmes rencontres d'informations virales. En effet, au même moment, dans les mêmes circonstances, les mêmes lieux, les mêmes rencontres virales(!), certains vont "TOMBER" malades, "ATTRAPER" la maladie à la mode, "DÉVELOPPER" le microbe du jour,

 

et d'autres RIEN !

 

 

Parmi les perturbateurs, nous trouvons :

  • Le niveau d'encrassement de vos cellules, organes, et circuits neuronaux.
  • Ceux qui vous entourent, famille(s), amis, collègues, patron, clients. 
  • Ceux qui vous ont élevés (et/ou qui vous "éduquent" encore).
  • Les croyances acquises depuis votre conception (plus exactement 9 mois avant...).
  • Votre déficit de sommeil actuel.
  • Votre état d'hydratation global ET cellulaire.
  • Votre état de stress à cet instant.
  • L'événement qui vient de parvenir à vos sens, comment réagit-il avec les souvenirs anciens ancrés dans votre (vos) passé(s)?
  • La chimie ingérée ... tous les jours.

 

************************

Il vous faut bien comprendre qu'existe dans la nature tout ce qu'il faut pour fonctionner naturellement, mon expérience personnelle m'a fait choisir très peu de choses.

 

 

Parmi la multitude de compléments alimentaires proposés, je ne garde pour ma part à la maison que :

        - de l'argile en poudre à boire, ou en vrac pour des cataplasmes ou des pansements.

        - de la vitamine C en poudre en quantité suffisante VitCnat.com

        - du sérum de Quinton (eau de mer) en bouteille de verre de 1 litre (CSBS).

        - de l'argent colloïdal.

Le reste, homéopathie par exemple, H.E. ne sont que des compléments très occasionnels puisque mon alimentation suffit amplement pour avoir tout le nécessaire.

 

Pourquoi ai-je privilégié la vitamine C ? Je vous l'ai expliqué au cours des années passées.

Pourquoi ai-je sélectionné l'argile ? C'est parce que l'expérience millénaire des peuples qui vivent près de la nature a montré son efficacité et toutes les recherches de ces 50 dernières années le montrent aisément. De plus son "coût" est extrêmement faible et à la portée de chacun.

 

Vitamine C: lisez à partir de 1h00 jusquà 1h10 au moins !

À retenir :

 

Quand vous guérissez, c'est notre planète qui guérit aussi !

C'est de notre responsabilité...

Et quand vous polluez votre corps c'est la même chose !

          Mourir n'est pas désagréable. C'est de souffrir avant qui l'est !

 

Nous avons perdu  le "savoir mourir" et l'accompagnement de ceux qui partent, il nous faudra le réapprendre...

... ça serait bien de le faire avant notre propre échéance...!

 

Le scorbut "tue" assez vite, sauf si vous avez recours à la chimie pour en contrer les effets,  mais c'est un "problème" facile à résoudre grâce à un apport régulier de vitamine C.

 

Ne pas accepter de s'arrêter pour un repos absolu n'est qu'une croyance, qu'on nous à inculqué, souvent de force... Merci maman, merci papa.

 

Si vous continuez à faire ce que vous avez toujours fait,

            vous obtiendrez toujours le même résultat...

 

L'eau "potable" n'est pas toujours bonne à boire, et jamais

         l'eau du robinet, ni l'eau minérale... (si elle à plus de 45mg/l de résidus sec)

 

Les aliments blancs, blanchis ou raffinés ne sont supportables

que par les "très bien portants"...! Qui sont assez rares !

 

Être celui qui accompagne un malade est une responsabilité énorme, qui conditionne les possibilités du malade de guérir ! Lui DONNEZ-vous le temps ( le droit) de dormir suffisamment pour guérir ?

     -Tu es sûr que ça va bien ?

     -Tu as tout le temps envie de dormir ! (c'est insupportable ! et ça fait peur ...)

***********

 Je vous propose une bonne santé, faites-en ce que vous en voulez !  Merci.

 

**********

Je vous suggère de lire l'excellent article aux pages 22 et 23 du N°100 de néosanté par Jean-Brice Thivent qui vient excellemment compléter ceci. Vous pouvez vous le procurer ICI , si (par hasard) vous n'êtes pas encore abonné à cette revue !

 

Dans le N°104 d'octobre, le Dr Eric Ancelet fait un long article sur les liens d'information du système immunitaire ! ICI C'est vraiment une nouvelle approche ! Innovante ?

Oui je sais encore 4€... mais je vous en ai mis des extraits hier :  

******************

8 maladies qui ne s'attrapent qu'une seule fois.

Les infections nosocomiales (attrapées à l'hôpital) les plus répandues :

L’infection nosocomiale la plus connue et la plus répandue dans les hôpitaux est la cystite.  Puis pneumonie, septicémies et bactéries.

****************
Je vous invite à aller voir la liste du décodage des "maladies" sur néosanté en cas de besoin  https://www.neosante.eu/index/

*****************

Transmettez ce dossier à ceux qui sont dans la crainte de la maladie et qui ne savent plus guérir ! (sommeil, eau, ascorbémie, perturbateurs).

***********************

La durée du sommeil a un impact sur la
réactivité émotionnelle du lendemain, montre
une étude récemment publiée dans la revue Health
Psychology. Pendant 8 jours consécutifs, les chercheurs
ont interrogé près de 2.000 personnes sur leur durée de
sommeil, les événements stressants ou positifs vécus le jour
d’après et leurs affects, c’est-à-dire leur manière de réagir aux
événements sur le plan émotionnel. Bilan de l’enquête : le
nombre d’heures dormis la nuit précédente influençait l’affect
positif en réaction aux événements, mais pas l’affect
négatif. En d’autres termes, les participants ne trouvaient
plus autant de joie dans les bonnes choses
après une nuit plus courte. Allonger son temps
de sommeil aiderait donc à être plus
heureux au réveil…

 

Néosanté N° 106 p4

 

Commenter cet article