Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Juste une Bouillotte ? VIE et santé ?

De la bouche d'Adam et les dents de la bouche...

18 Octobre 2020, 17:14pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

Un premier extrait d'une série d'articles.

... décodage des maladies de la bouche

******************

      Manquer de nourriture donne naissance à la faim,le besoin de manger dynamise l’animal vers la réponse à ce manque. La soif provoque le besoin de boire, et le manque  d’oxygène le besoin de respirer. Le cerveau présente également le besoin de dormir pour  rester en vie.


      Manger, boire, respirer et dormir sont donc les quatre besoins fondamentaux auxquels aucune structure biologique ne peut échapper.

Les trois premiers trouvent dans la cavité buccale le lieu par lequel la réponse parfaite au stress de survie va pénétrer dans le corps biologique. Voilà pourquoi la notion de « morceau » est prédominante dans le décodage des maladies de la bouche. Nous allons cependant voir que derrière ce vocable de «  morceau », la structure mentale va y placer une encyclopédie de versions conceptuelles. La cavité buccale est donc ressentie comme extrémité relationnelle au monde environnant en tant que biotope de survie pour notre dimension animale, monde extérieur dans lequel  se trouvent toutes les réponses à nos manques nommés besoins vitaux.

../...

Permettons-nous ici une audacieuse analogie :

le corps a besoin, dans sa matière, de glucides, lipides et protides ;

le mental a besoin, dans sa nature, de gloire (  reconnaissance, réussite), d’affect (amour, amitié…) et de présence (dans un groupe, dans un couple..)).

Mais encore : là où le corps/ matière a besoin d’échanges gazeux, le mental a besoin d’échange de mots, de se dire et d’être entendu (écouté au minimum), que ce soit en parlant, écrivant, chantant, mais aussi en dessinant, dansant ou faisant de la musique.


Et comme il est alors étrange de constater que parmi les besoins fondamentaux de  l’Esprit, se trouve le Silence !
Dr Christian Beyer dans Néosanté N° 31

Commenter cet article