Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Juste une Bouillotte ? VIE et santé ?

Capillothérapie

29 Octobre 2017, 18:20pm

Publié par Bertie

Dr Salmanoff

« Le médecin ne guérit pas, c’est la nature qui guérit. Hippocrate l’a proclamé et il avait raison, comme sur beaucoup d’autres points d’ailleurs. On dit que le jardinier fait pousser les plantes, mais ce n’est pas lui qui les fait pousser, c’est la nature ; lui se contente de leur assurer les meilleures conditions pour qu’elles se développent : il les arrose, les protège contre les insectes, le froid ou le soleil, arrache les mauvaises herbes. S’il voulait tirer dessus pour qu’elles poussent plus vite, il les déracinerait... Mes élèves et moi sommes comme le jardinier: nous cherchons à provoquer la guérison comme il cherche à préserver la prochaine récolte.

C’est le malade qui se guérit lui-même. Notre rôle se borne à aider l’organisme afin que se déclenche le mécanisme d’autoguérison. Voici qui vous donnera, dès maintenant, une idée de la différence qui existe entre la thérapeutique moderne et la nôtre : la thérapeutique moderne fait la chasse aux microbes par les antibiotiques, en cultivant en même temps les microbes “résistants” et les mycoses (c’est-à-dire les maladies provoquées par des champignons). Nous, nous cherchons à récupérer les réserves énergétiques de l’organisme humain par les soins hydrothérapeutiques en employant un nombre très restreint de médicaments, en évitant au maximum les médicaments toxiques, déprimants, qui chassent les sensations désagréables mais diminuent les réserves énergétiques. Les bains hyperthermiques maîtrisent presque toutes les maladies infectieuses. Les enveloppements chauds du thorax guérissent toutes les pneumopathies, incluse la tuberculose pulmonaire, dans un délai plus court que les anti-biotiques que nous prescrivons rarement, en doses très prudentes, à des intervalles prolongés. La thérapeutique moderne s’adresse seulement aux organes secs, en négligeant la partie humorale des organes et des tissus. Nous, nous sommes préoccupés, pour chaque malade, de pénétrer dans la composition des liquides extracellulaires, en cherchant à redresser leur équilibre acido-basique et minéral et en provoquant, par des régimes et par l’hydrothérapie locale ou générale, la répartition normale de ces liquides dans les diverses parties du corps (le crâne, le thorax, l’abdomen et le derme).

La thérapeutique moderne est éparpillée en trente doctrines spécialisées.

Notre thérapeutique est intégrale. C’est l’homme total qu’il faut soigner. Le spécialiste reste et restera un expert. Nous demandons son avis et son contrôle, mais seul le clinicien universel reste le juge. La thérapeutique moderne néglige l’irrigation profonde des organes et des tissus par les capillaires dans lesquels circule 80% du sang.

Notre méthode repose sur le rôle énorme de ces capillaires, d’où son nom de capillothérapie. La réalité, qu’il ne faut jamais oublier, c’est que l’organisme est mille fois plus intelligent que n’importe quel médecin.


 

La médecine physiologique d’Alexandre Salmanoff dans Alternatif Bien Etre 25 Février 2017

,,,/,,,

Il est donc essentiel de maintenir le foie en bon état de fonctionnement.

Pour cela, le Dr Salmanoff donne une recette toute simple : la bouillotte.

« On appliquera systématiquement la bouillotte bien chaude sur la région du foie après les trois principaux repas. Si le foie est très congestionné, on conservera la bouillotte environ 40 minutes, sinon, une vingtaine de minutes deux fois par jour suffiront. Si le foie et la rate sont congestionnés, ils immobilisent le diaphragme, ce qui entraîne de nombreux malaises. En appliquant la bouillotte, précise Salmanoff, on arrivera à une meilleure ventilation des deux bases des poumons... En chauffant le foie, en augmentant la température du sang dans les lacs sanguins du foie et de la rate, nous activons la circulation dans les capillaires hépatiques et sténiques et nous arrivons à augmenter le volume du sang circulant. Cette opération simple, si peu coûteuse, appliquée systématiquement pendant des mois, des années, est d’une valeur préventive inestimable. Après deux, trois, voire quatre semaines de cette simple thérapeutique, le diaphragme commence à être débloqué, ses mouvements deviennent plus amples, plus forts. La respiration, la circulation générale sont améliorées au profit de l’organisme. Je ne connais pas de médication plus simple, plus profonde et plus efficace que l’application de la bouillotte sur la région du foie. »

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Voilà !

C'est simple, facile, pas cher,

C'était affiché dans la colonne de droite du blog, mais l'erreur de manipulation qui l'a transformé ( vous l'avez remarqué je penses !) l'a supprimé ....

Et puis la bouillotte c'est mon domaine depuis des lustres...

Je vais tenter de récupérer cela dès que "possible"

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

 
Commenter cet article