Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Juste une Bouillotte ? VIE et santé ?

Le champignon qui mange le plastique.

17 Février 2012, 18:35pm

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

Le 02-02-2012 - Le champignon qui mange le plastique.

 

Découvert sur : http://messagesdelanature.ek.la/nouvelles-technologies-p162382

Nouvelles technologies

Le plastique est partout dans nos vies. Tellement omniprésent que l’on oublie à quel point nous en sommes devenus dépendants. Cette famille de matériaux présente de nombreux avantages : robuste, facile à travailler, peu coûteuse à produire. Elle est donc la solution de choix pour les industriels de tous bords, qu’il s’agisse d’emballages, de garnitures de sièges, de biberons, de jouets, etc. Mais les plastiques sont dans leur écrasante majorité des dérivés du pétrole, une ressource fossile, et contiennent nombre de produits chimiques qui sont régulièrement soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens, ou d’avoir des propriétés cancérigènes. De plus, les plastiques ne se dégradent pas quand ils sont abandonnés en décharge ou dans la nature et constituent de facto une menace pour la biodiversité, on pense ici par exemple aux sacs plastiques que l’on retrouve dans les estomacs d’animaux marins ou aux fragments de plastique qui obstruent les appareils digestifs de différents oiseaux.   Comment faire face à ce fléau ? On peut travailler sur la réduction des emballages, renoncer aux sacs plastiques de sortie de caisse, remplacer les plastiques par des matériaux durables, mettre l’accent sur le recyclage. Des solutions qui commencent à se développer mais qui ne résolvent pas le problème du plastique déjà présent en décharge et dont on ne sait que faire. La nature nous offre une nouvelle fois une solution en la « personne » de Pestalotiopsis microspora, un champignon découvert par une équipe scientifique de l’Université de Yale dans la forêt équatorienne. Les étudiants et les chercheurs de la prestigieuse université ont rapporté de leur expédition ce champignon qui s’avère capable de se développer en se nourrissant exclusivement de polyuréthane, un plastique à la structure relativement simple que l’on retrouve dans tout un tas de mousses rigides ou flexibles (isolation, ameublement), dans l’automobile, les préservatifs, les gants chirurgicaux, etc. Autre caractéristique exceptionnelle de ce champignon, il est capable de dégrader le plastique dans un milieu anaérobie (NDLR : dépourvu d’oxygène) tel qu’on les trouve dans la plupart des décharges dans les couches qui ne sont pas en contact avec la surface. L’enzyme responsable de ce tour de force a été isolé par Jonathan Russell en collaboration avec Pria Anand. Un nouvel exemple de la nécessité de préserver la biodiversité qui détient beaucoup de réponses aux problèmes qui se posent à l’Homme, qu’il s’agisse d’avancées pharmaceutiques ou de gestion des déchets. http://www.zegreenweb.com/sinformer/un-champignon-decouvert-en-amazonie-peut-se-nourrir-de-plastique,47382  

Voir les commentaires

Les-produits-bio-americains-vont-debarquer-en-europe en juin

17 Février 2012, 14:20pm

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

Grâce à un asoupliisemnt des normes ? Aïe AÏe !

 

http://www.bioaddict.fr/article/les-produits-bio-americains-vont-debarquer-en-europe-a2812p1.html

Voir les commentaires

Décodage de votre prénom ?

17 Février 2012, 09:38am

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

C'est une piste que j'avais eu la chance d'explorer avec Gérard, un thérapeute performant, il y a longtemps. Ci dessous une grille de décodage assez complète .

 

Lettres redoublées: problèmes de choix, ex. par rapport au sexe de l’enfant (parents en désaccord ou de choix différent)
 
- a, ab : (grec:) sans, "alpha privatif", à , en rapport, liaison avec, négation, éloignement, écart, séparation
- ad : (lat:) vers, dans la direction de, pour,
- aine : dans la haine, né dans la haine, aîné >problème d'aine, avec l'aîné, / laine
- al : Dieu, à Dieu, / à, en rapport, liaison avec, autre
- al(d) : halte, arrêt,
- am(e) : âme >mémoire d'un mort
- an(e) : en, dans l'an, dans la réalité, hardi, qui ose, ; an comme diminutif pour enfant, bébé, quand la terminaison est phonétiquement
prononcé "âne", mémoire d'un enfant qui n'est pas né ou ne doit pas naître a - né (cf. prénom Anne)
- ana : de nouveau, à rebours
- andr : homme, en trois >relation triangulaire,
- ani : pas ami, méchant,
- ange : >mémoire d'un petit enfant mort très jeune, ou durant grossesse etc.
- a(n)ne : connaissance, pas de, qui n'est pas né >mémoire d'une mort), >pendant la grossesse,: l’enfant qui vient n’a pas le sexe attendu.
- ar : vie, avec art, argent, valeur, ah !, aigle,
- ard, aud : trop, fort / avec art, richesse, né pour l'art, pour ajuster, adapter, articuler, >pas pour être incarné,
- arn: vessie
- au :à, eau, >grossesse, ventre maternel.
- aud : proie, conquête, richesse, héritage, continuité, aide voir ode
- aume : home, maison, homme
- aur : or
 
- b(i)en, bon : faire (du), bien, bien fait,
- bald, bau : audacieux, courageux, beau,
- bar :violence, barbarie, rayer, arrêter, ours, pesanteur
- bat : en bas, par terre, battre
- ber(t) : service, brillant, lumière blanche, étincelant, >St Bernard, Bernard l'ermite (problèmes de foyer, squatter, déménagements fréquents), porte secours à celui qui est hors du foyer, cf. aussi bar
- bi: bisexualité, deux fois, répétition
- bri : brisé, bri, brisure, changement brusque, mort brutale, force, puissance
- brun : trouble, >conception trouble (suivi d'un 'o'), / "brune eau": enfantement problématique, conception hors norme, désapprouvée
 
- cal : calé, pas né, >difficultés à la naissance et en est mort éventuellement, séparation >problème de peau
- car :chéri, cher, soin, soigné, bien-aimé / car il est là lui, car / écarté, mis à l'écart
- cé : c'est, césure
- cél : céleste, tumeur
- cent : sans, sang,
- cha : car il est là lui, car, écarté, mis à l'écart
- chri : cri, sacrifié (Christ)
- ci : ici, maintenant, en temps voulu (mémoire d'un enfant arrivé trop tôt/tard)
- cien : le sien, sa propriété, ce qui est dit
- cl(o), clau : clos, fermé, cloître, occulté, clé
- col :collé, lié, union, correspondre à, colle, ciment, >cou,
- con :sexe féminin; avec
- cor: chéri, cher, bien-aimé; de nouveau
- cr : brisé, bris, brisure, cassure, écrasé
- cy : ici, maintenant, en temps voulu (mémoire d'un enfant arrivé trop tôt/tard)
 
- da : dire oui, acquiescement, "das ist" = c'est,
- dan : juge (Hébreu); dedans, dans
- de(s) : aux dés, hasard, appartenance, deux , séparé de, qui a cessé d'être, qui indique un renforcement de l'action
- di(t) : double, (le) dire, pour le dire, pour l'affirmer >mémoire de quelqu'un), Dieu, avec l'aide de Dieu, diet (peuple en germanique); dis-le ! ,
- die : double, en relation avec le divin, Dieu, dis eh ! , ce jour
- dit(h), die : le dire, ne plus taire,
- do: premier de fratrie ou en rapport avec un premier de fratrie
- dom : maison (domus), maître de maison, propriété du maître
- dr : droit, dressé, but à atteindre, joindre
- dre(y) : trois, triangulaire, tri, écart, mis à l'écart,
- drine : qui rigole, qui coule / en dialecte = coup, secousse électrique, ; réunir ce qui est en trois, en droit
 
- ec : capacité, fonction , hors de
- ed : proie, conquête, richesse, héritage, continuité, aide,
- eine, ène :haine; aine
- el(i) : élue, destinée à / Dieu (Hébreu)
- el(l)e : elle, la mère qui a enfanté, >mémoire d'un enfant mort très jeune et devenu un ange ("ailes"), revenu à Dieu,
- em(i) : à moi, avec moi, avec nous, ma propriété,
- en : enfant, en, dedans,
- eo : aurore
- ep : sur, position supérieure
- er : éveillé, vivant lui, vigilant,
- es(t) : c'est, elle est, il est,
- èse : aise, facilité
- ette : raccourcissement, manque de, tête, trop peu de >problème de dette, d'argent, spoliation d'héritage >dette transgénérationnelle, mettre à l'abri de l'indigence >conflit de direction (2 T = 2 rails), aussi = "être
- eu : bien, heureux, vrai, eux, œuf, ovule, >conception,
- ex : hors de, qui a cessé, ancien
 
- fa : quatrième, faire, dans le faire, utile, nécessité d’agir, enfant utile; quatrième de fratrie ou mémoire par rapport à un quatrième de fratrie
- fel : briller, fertile, fécond, favorable, chanceux; voire "fiel"
- fer : faire, utile, force (écrasante), protecteur, (all=) paix, ordre, calme
- fl : flux, flanc, influx, flemme
- flor : eau, >sein maternel, défloraison vaginale, problème par rapport à la grossesse
- fr : fracture, souffrance, fracas, froid
- fran
- affranchi du joug, de la domination, être indépendant,autonome, adulte
- frid : gris
 
- ga(u): gain, fortune, bonheur, gars (garçon), chef
- gard : gare !, gare à la casse ! égaré (cf. Agar qui fut chassé par Sara, femme d'Abraham; hagard
- gas :invité, hôte, étranger, richesse, voire le gaz (matière ou y être dedans)
- ge(o) :gai, Dieu, terre, mettre en ordre; terre ("gè" en grec)
- ger (gre) :gérer, gestion, guerre, arme, éveillé
- ghi : giser, gît, sous le gui (parasite du chêne) cf. guy (guigne …)
- gl : fusion, agglutiné, glaise, giser, gît, sous le gui (parasite du chêne) cf. guy (guigne …)
- gon : homme, combattant, combatif
- gr : saut, graine, grabuge, >conception, grossesse
- gui : gai, joie, volonté, protection, bonheur, savant, voyant, ou guigne, gît >mort gisant, mettre par terre, annuler, ruse, tromperie,
- gwen :blanc, brillant, équilibre
 
- har : courageux, doit se battre, voire "hard" (dur)
- hé :elle, hait,
- hed : richesse (germanique), cf. ed
- hen : maison, famille,
- her : guerre, doit se battre, défendre, air, vie, très grand
- hil : enfant, descendant,
- hu : hue !, va ! (myopie), avance !, pensée, raison
 
- ia : il y a
- ice : hissé, pendu, mort par pendaison, "il sait",
- ie(n) : faire le lien, avoir un lien (transgénérationnel)
- ier(e) : hier, relatif au passé,
- in(e) : un, hein !, "j'ai peur d'être coupé quand je suis à deux", en, dedans, chercher l'unité, faire l'unité, le lien entre les parents (désunis) ; plus tard, thérapeutes (au sens large)
- ique : cf. nique (sexe de l’enfant n’est pas celui désiré; "hic", problème à propos / sur l’enfant)
- ir(e) : ire, colère, destiné à être calme ou à calmer, pacifique
- is(a,e,i) : garder l'équilibre, l'égalité, la légalité, équilibrer, combattant
- jac(q) : aîné, premier de fratrie, clan, famille, >intérêt pour la famille, la généalogie, les origines, (souvent des premier de fratrie)
- je : j'ai, affirmation de soi, favorisé, agréé, > + an = problème de jambe, de déplacement
- joa : c'est bien à moi, j'ai / pas à moi, pas de moi
- jos : j'ose; référence à un Joseph
- ju : j'ai eu,
- jo(h) : joie
- kar : chéri, cher, soin, soigné, bien-aimé, / voir aussi car : mis à l'écart, écart, tri
- kil : cf. "kill" : tuer, mémoire de meurtre etc.
- la : sixième de fratrie ou rapport avec un sixième de fratrie
- lau : eau, sève de vie, toujours vert, sein maternel, >problème de fertilité, d'enfanter, trait à la grossesse,
- lau(r) : or, valeur importante, vigoureux, enfant très attendu (car rare) (souvent des aînés ou enfants uniques)
- lé : cf. léo
- léo :lion, le grand le bon, le fort, admiré, gloire; laideur sur soi
- lène : la haine, l'aine, dans la haine, laine,
- li(li) : lys blanc, innocence, équilibre, virginité, lien, liaison, lien transgénérationnel avec une personne proche (même fratrie ou fratrie des parents)
- li(s,t) : lit, enfantement, conception, >histoire de lit occupé par quelqu'un d'autre, d'unions maritales problématiques, amants, qu'on a pas pu avoir
- lice : lice : tissu, structure / licet : permis, plaît / lisse : ça glisse, aisé
- lin(d) doux, gentil, joli, tiède; rapport au tilleul qui calme
- line: avec un lien, dans la lignée, par rapport à la lignée (cascades transgénérationnelles)
- lor (lou / i) : luit, brille, louis d'or, loup, gloire, se loue en argent
- lotte : tiré par les lottes (Neptune): il ôte quelque chose, prend la place de quelqu’un (père …)
- lu : en relation avec, lumière, luire, vérité, eau, être émis, être élu, choisi; désigne quelqu’un (père…);
par rapport à quelque chose d’écrit(secret à révéler)
- luc(e) : lumière, doit briller, éclairer, dire la vérité, / en verlan : "cul" >problème par rapport à la sexualité,
- lyse ; enlisé, dissolution
- ma : maman, à moi, mari, maison,
- main : à moi, ma propriété,
- mal : miel, doux; mauvais, à mal, donne le jour au mal (enfantement non désiré …) ; mâle
- man : homme, race, espèce; manuel, par la main le travail
- mar : mari, homme, grand, mâle, grandeur, quantité, action, utilité, mer, mère, période de grossesse, amer, âcre
- mas : maison, don, présent, vigueur, puissance, mari (en latin); masse, poids,
- mat :échec et mat, mate
- mau(r) : mort; Maure, > Arabe ….
- mé : mes; à moi
- mel : miel, doux, charmant, délicieux, apaisant, mal, donne le jour au mal,
- mi (my) : à moi, ma propriété, met (s) (de mettre), troisième de fratrie ou rapport avec un troisième de fratrie,
moitié, à moitié>jumeau mort ou disparu durant grossesse,
- mich : miches, seins, en hébreu "mère qui a enfanté' >problèmes de sexualité féminine: à moi, mien, ma propriété
- min : mémoire de quelqu'un qui a été miné, laminé (guerre, accident..); à moi, mien, ma propriété
- mir : pôle, ligne de mire, merveilleux, étonnant; troisième de fratrie ou rapport avec un troisième de fratrie
- mon : à moi, (grec=) seul, solitaire, unifié, un; à moi, mien ma propriété
- mond : protecteur, gardien, voir aussi mar

 
- na(n) : en, dans l'an, dans la réalité, hardi, qui ose ; peut ou ne peut pas s’affirmer
- naud : négation, non, nœud, né pour,
- ne : ne pas, né, grossesse,
- ni ; nié, pas, absence de choix, pas encore; nid, pas de nid
- nien : niet, pas, à rien, enfant nié,
- nique, nic, nick, : faire la nique, supprimer > sexe inverse à celui voulu ou attendu
aussi Nikè (la victoire, en grec) : donc nécessité de vaincre: mémoire de trahison
 
- o : (en début de mot =) étonnement / eau, au, grossesse,
- o(c / i) : acquiescement, dire oui, voulu
- od : proie, conquête, richesse, héritage, continuité, aide
- od(i)e : chant, enfant attendu avec joie
- ou: hésitation, choix controversé
- oul: loup, houle
- os : très, j'ose // pas osé le dire durant la grossesse (si ette suit),
- pat: pater (lat) père
- paul : pole, retrouver le nord, son axe
- per : éternel; rapport au père, à la paire, au double (jumeaux ?)
- phil : aimant, ami, fidèle, très, beaucoup; fil conducteur, lien, enfant qui réunit
- pl : plan et ses plis, complexe, simple, place, ample
- pol(d) : pole, retrouver le nord, son axe,
 
- ra(y) / rey : Dieu (égyptien), conseillé, soutien, tuteur, tête, sommet, crâne, pointe, chef, guide, / rayon (de soleil), axe directif
- re : second de fratrie ou rapport avec un second de fratrie, qui seconde, lié, ligoté, à / de nouveau, remplace un enfant mort juste
avant, répétition voir aussi ra(y)
- ren : rend, restitue, dette,
- ri : rire, bonheur; ruisseau, dans le lit du ruisseau, par rapport à l’eau, la grossesse
- ric : puissant, chef, roi, riche (celte) / risque
- rien : rien, n'a rien, situation de pauvreté, démuni, perte
- rine : rien, n'a rien, situation de pauvreté, démuni, perte
- ro : glorieux,
- sandr : cendres, dans la mort,; sans troisième,
- sc : couper la surface, scie, scalpel
- si : septième de fratrie ou rapport avec un septième de fratrie, (septikos en grec=), > putréfaction, mort, transformation, recyclage
- sl : glisser en tournant, slalom, contournement, dévier, permet d’échapper à, apporte une solution d’évitement,
- sm : serré, asthme, orgasme, spasme,
- sol: cinquième de fratrie ou rapport avec un cinquième de fratrie; solitude, enfant unique, pas de possibilité d’en faire d’autre
- st : rester, arrêter, installer, instant, stupeur
- str : couches, construire, stress, strangulation
- syl : s'il, des bois; cil (rapport à la vision)
 
- ta :tante; à toi, tienne
- t(h)e : (à) toi, qui te concerne, sur toi, référence à Dieu
- thieu : Dieu
- tin(e) : thym, guérir en réunissant
- tr : trembler, trépider, trame, trajet, ventre, entre
- tri : triste, écart, séparation, jumeau écarté,
- tte: voir ette
 
- ve :vie
- ver : vérité, dans le vrai; direction montrée,
- vi : sexe masculin ou bisexualité ; vie, nécessité que le bébé vive (mémoire d'un enfant mort très tôt)
- vie : nécessité que le bébé vive (mémoire d'un enfant mort très tôt)
- vier : vie hier, dette transgénérationnelle, viré, quatre (en Néerlandais)
- vine : divine, de Dieu, en relation avec Dieu; enfin venu;
- vir : homme, masculinité, quatre
- vr : vrille, rotation, entoure, ouvre, lèvre
- xa : axe
- y :c'est aussi avec un "y" un suffixe qui signifie "dissolution", "dislocation", ou encore un nom qui signifie "destruction d'éléments organiques par des agents physiques, chimiques, ou biologiques". La forme du Y suggère une voie qui se divise en deux et
donc une perte de l'unité du couple (par exemple), des choix difficiles à faire, opposés etc. que la naissance provoque
 

http://www.retrouversonnord.be/blabriqueprenom.htm

Voir les commentaires

QUESTIONS CHERCHANT RÉPONSES !... et quelqu'un pour les écouter ?

16 Février 2012, 13:00pm

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

 

Extrait :

Pourquoi attrape t-on un eczéma, une névralgie sciatique ou cette inflammation douloureuse de l’épaule qu’on appelle périarthrite scapulo-humérale ?

Le simple fait d’être atteint d’une affection semble déjà un mystère mais d’autres questions s’y ajoutent, tout aussi légitimes.

D’abord dans l’importance de l’affection : pourquoi un eczéma, une sciatique ou une périarthrite de l’épaule qui durent quelques jours, semaines, mois ou années ; ou récidivant suivant des rythmes si divers ?

Ensuite - quand il s’agit de tissus répandus sur l’ensemble du corps – la question tout aussi interpellante de la localisation : pourquoi un eczéma (ou un furoncle, une verrue etc..) au visage, au thorax, à la cuisse ou au pied ? Pourquoi une sciatique ou une périarthrite de l’épaule du côté droit ou du côté gauche ?

 

lien ici vers le site comprendre sa maladie

 

Pour vous étonner ou vous rassurer ou vous interroger !

Prenez le temps de lire ces quelques pages...

et acceptez,

de vous répondre aux questions qui se posent, à vous!

 

Et ensuite posez vos questions à votre (?) médecin ! ! !

Pourquoi à droite, pourquoi l'épaule, pourquoi maintenant, pourquoi pas une sciatique ......

Voir les commentaires

MAINTENANT VOUS AVEZ TOUJOURS LE CHOIX !

16 Février 2012, 12:50pm

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

 

1. SOYEZ HEUREUX MAINTENANT :

 

2. VOUS AVEZ TOUJOURS LE CHOIX :

 

3. CONSERVEZ UNE ATTITUDE POSITIVE EN TOUT TEMPS :

 

Si cela vous "parle" lisez donc le message entier   lien ICI

Voir les commentaires

bénéfice net en repli de 39% ... !

16 Février 2012, 11:34am

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

 

Société Générale 2011: bénéfice net en repli de 39%

 

Paris (awp/afp) - La banque Société Générale a annoncé jeudi un bénéfice net 2011 de 2,38 milliards d'euros, en chute de 39% du fait de la baisse des résultats de sa banque de financement et d'investissement et de nombreux éléments liés à la volonté de l'établissement de se renforcer.

Ce résultat est inférieur aux attentes des analystes, qui tablaient sur un bénéfice de 2,72 milliards.

 

Comme quoi tout est relatif même 39% en moins ça laisse quand même la possibilité d'aller......

 Et j'ai connu des patrons  qui avec un bénéfice de 1000€

sur une mauvaise année se trouvaient privilégiés !

Voir les commentaires

Ecoute

16 Février 2012, 10:40am

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

Démarrez la musique !

 

Il est aussi agréable et stimulant

de côtoyer quelqu’un qui vous écoute,

qu’il est pénible et frustrant

d’être avec une personne qui fait la sourde oreille.

lien

Aux 2 visages

Voir les commentaires

Un peu d'humour pour dire OUi ou NON en 54 secondes

14 Février 2012, 17:01pm

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

 

 

 c'est débile mais ça fait un peu de bien !

Voir les commentaires

Respectez vos limites !

14 Février 2012, 09:59am

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

Info lettre de Lise Bourbeau

femmeheureuse2

SAVIEZ-VOUS que respecter vos limites est une marque d’amour envers vous-même ?

 

La plupart des gens ne les respectent pas, principalement parce qu’ils ne les connaissent pas.
Et vous ?
Connaissez-vous les vôtres ?

Nous avons tous des limites dans notre monde matériel, c’est-à-dire aux plans physique, émotionnel et mental. Ce n’est que dans le monde spirituel qu’il n’y en a plus. C’est en prenant de plus en plus conscience que nous sommes Dieu et que nous avons cette grande puissance que nous avons de moins en moins de limites.

Afin d’atteindre ce niveau de conscience, nous devons d’abord apprendre à respecter nos limites actuelles, car ce n’est qu’en les acceptant qu’elles disparaissent peu à peu. Prenons l’exemple d’une personne qui désire apprendre à nager, mais qui a tellement peur de l’eau qu’elle est convaincue que c’est au-delà de ses limites. Ce n’est qu’en acceptant sa limite actuelle et cette peur que cette dernière diminuera et qu’elle pourra peu à peu faire des actions pour apprendre à nager.

Vos limites ne doivent JAMAIS vous empêcher d’avoir des désirs dont la réalisation vous permettra de répondre à vos besoins. Vous pouvez les accepter tout en continuant à visualiser vos objectifs en vous disant qu’un jour vous les atteindrez.

 

Lire la suite / ICI

Voir les commentaires

Antonio Damasio : Le désir de comprendre la conscience

13 Février 2012, 18:15pm

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

lien sur TED

 

Son texte en français est ci-dessous : mais (en principe) vous pouvez activez les sous-titres en bas à gauche)

cliquez sur le bouton SNARE ...

 

 

Je suis là pour vous parler des merveilles et des mystères d’un esprit conscient. La merveille c’est que nous nous sommes tous levés ce matin et en faisant cela notre esprit a repris conscience. Notre esprit a repris le sens complet de soi-même et le sens complet de notre propre existence, et pourtant nous prenons rarement le temps de réfléchir sur cette merveille. Nous devrions, en fait, parce que sans la possibilité d’avoir un esprit conscient, nous n’aurions pas la moindre connaissance de l’humanité ; nous n’aurions aucune connaissance du monde. Nous ne sentirions ni douleur, ni joie. Nous n’aurions pas accès à l’amour ou à la capacité de créer. Et bien sûr, Scott Fitzgerald a notoirement dit qu' «on a beaucoup à reprocher à celui qui a inventé la conscience. » Mais il a aussi oublié que sans la conscience, il n’aurait pas accès au vrai bonheur, non plus à la possibilité de transcendance.

Assez parlé de la merveille, parlons maintenant du mystère. Ceci est un mystère qui est vraiment extrêmement difficile à élucider. Depuis le tout début des études philosophiques et certainement pendant toute l'histoire de la neuroscience, ceci reste un mystère qui résiste à l’élucidation, et qui soulève des controverses importantes. Et il y a en fait beaucoup de gens qui pensent qu’on ne devrait même pas y toucher ; nous devrions la laisser tranquille; ça n’a pas à être compris. Je n’y crois pas, et je crois que la situation est en train de changer. Ce serait ridicule d’affirmer que nous savons comment on fait pour créer de la conscience dans nos cerveaux, mais nous pouvons certainement commencer à aborder la question, et à voir une solution de quelque sorte.

Et une autre merveille dont on doit se réjouir c’est le fait que nous avons maintenant des technologies d’imagerie qui nous permettent de rentrer dans le cerveau humain pour pouvoir faire, par exemple, ce que vous voyez maintenant. Ce sont des images qui viennent du labo de Hanna Damasio, qui vous montrent, dans un cerveau vivant, la reconstruction même du cerveau. Et c’est une personne qui est en vie. Ce n’est pas une personne qu’on analyse en autopsie. Et ce n’est pas tout -- et c’est une chose vraiment époustouflante -- ce que je vais vous montrer dans un instant, qui va en dessous de la surface du cerveau pour regarder vraiment dans le cerveau vivant les vraies connexions, les vrais parcours. Toutes ces lignes en couleur correspondent à tout un tas d’axones, les fibres qui relient les cellules du corps aux synapses. Désolé de vous décevoir, elle ne sont pas vraiment faites en couleur. Mais en tous cas elles sont là. Les couleurs servent de code, pour indiquer la direction, si c’est de l’arrière vers l’avant ou vice-versa.

En tout cas, qu’est ce que la conscience? Qu’est-ce qu’un esprit conscient ? En de termes très simples nous n dire que c’est ce qu'on perd en entrant dans un état de sommeil profond sans rêves, ou en subissant de l'anesthésie, et c’est aussi ce qu'on retrouve quand on se remet du sommeil ou d’une anesthésie. Mais qu’est-ce que c'est exactement, cette chose que l'on perd lors de l'anesthésie, ou pendant le sommeil profond sans rêves ? Tout d’abord, c’est un esprit, qui est un flux d’images mentales. Et bien sûr, pensez aux images qui peuvent être des circuits sensoriels et visuels, comme ceux que vous constatez en ce moment par rapport à la scène et à moi, ou bien des images auditives, que soulèvent en ce moment mes mots. Ce flux d’images mentales c'est l’esprit.

Mais il y a autre chose encore que tout le monde dans cette salle ressent. Nous n'émettons pas de manière passive des images visuelles, auditives ou tactiles. Nous avons un soi. Nous avons un Moi qui est automatiquement présent dans nos esprits à tout moment. Nous sommes maîtres de nos esprits. Et chacun de nous a la sensation que c'est bien lui ou elle personnellement qui est en train de l’éprouver -- et non pas la personne assise à coté. Alors pour avoir un esprit conscient, on a un soi à l’intérieur de l'esprit conscient. L'esprit conscient est donc un esprit qui contient un soi. Le soi introduit la perspective subjective dans l’esprit, et nous ne sommes complètement conscients qu'à partir du moment où le soi vient à l'esprit. Alors ce qu’il nous faut savoir afin d'aborder le mystère c'est, premièrement, comment l'esprit se fabrique dans le cerveau, et, deuxièmement, comment le soi se construit.

5:02 'La première partie, le premier problème est relativement facile – il n’est pas du tout facile -- mais c’est quelque chose qu'on évoque déjà depuis un certain temps dans la neuroscience. Et c’est assez clair que, pour faire un esprit, il faut créer une carte des neurones. Imaginez un quadrillage comme celui que je suis en train de vous montrer, maintenant, imaginez qu'à l’intérieur de ce quadrillage -- cette feuille en deux dimensions -- il y ait des neurones. Et visualisez, si vous voulez bien, un panneau, un panneau numérique, où il y ait des éléments qui peuvent être illuminés ou pas. Et selon le dessin que vous créez en éclairant ou pas les éléments numériques, ou, dans ce cas, les neurones sur la feuille, vous serez en mesure de construire une carte. Bien sûr, c’est une carte visuelle que vous voyez, mais ça s’applique à n’importe quelle carte -- auditive, par exemple, pour ce qui est des fréquences sonores, ou la carte qu'on construit avec notre peau dès qu'on palpe un objet.

Maintenant pour illustrer l'importance de ce lien entre d'une part la grille de neurones et la disposition topographique de l’activité des neurones, et d'autre part, notre expérience mentale -- je vais vous raconter une histoire personnelle. Si je couvre mon œil gauche -- et je parle ici de moi personnellement, pas de vous tous -- si je couvre mon œil gauche, je regarde la grille – à peu près comme celle que je vous montre. Tout est beau et parfait et perpendiculaire. Mais il y a quelques temps, j’ai découvert que si je couvre mon œil gauche, ce que je vois à la place c’est ça. Je regarde la grille et je vois une déformation sur le bord de mon champ central à gauche.

Très bizarre – je l’ai analysé pendant un moment. Mais il y a quelques temps, grâce à l’aide d’une collègue ophtalmo, Carmen Puliafito, qui a développé un scanner laser de la rétine, j’ai découvert ceci: si je fais un scanner de ma rétine sur le plan horizontal que vous voyez dans le coin, voici ce que j’obtiens. Sur le coté droit, ma rétine est parfaitement symétrique. Vous voyez la descente vers la fovéa d’où partent les nerfs optiques. Mais sur le coté gauche de ma rétine il y a une bosse, qui est marquée là par une flèche rouge. Elle correspond à un petit kyste qui se situe plus bas. Et c’est exactement ce qui provoque la déformation de mon image visuelle.

Pensez donc : vous avez une grille de neurones, et soudainement il advient un changement mécanique qui modifie la position de la grille, et vous obtenez une déformation de votre expérience mentale. Voici donc à quel point se rapprochent votre expérience mentale et l’activité des neurones dans la rétine, qui, elle, est une partie du cerveau qui se trouve dans le globe oculaire, ou, autrement dit, une couche du cortex visuel. Alors de la rétine ça va vers le cortex visuel. Et bien sûr, le cerveau ajoute beaucoup d’information à tous ces influx nerveux transmis par la rétine. Et dans cette image-là, vous voyez toute une série d’îles -- ce que j’appelle zones de création d’images -- dans le cerveau. Vous avez, par exemple, le vert, qui correspond à l'expérience tactile, ou le bleu qui correspond à l'expérience auditive.

En plus ces zones de création d’images, où vous avez le plan de toutes ces cartes des neurones, fournissent les signaux à cet océan violet que vous voyez tout autour, qui est le cortex de l’association. C'est là où on peut enregistrer ce qui se passe dans ces zones de création d’images. Et ce qui est vraiment merveilleux, après c’est qu'en partant de la mémoire, venue de ces cortex de l’association, on peut récréer des images dans les zones mêmes de perception. Voyez donc à quel point notre cerveau est pratique et paresseux. Il a certaines zones destinées à la perception et à la création d’images, Et ce sont exactement les mêmes qui seront utilisées pour la création d’images quand on rappelle des informations.

Jusqu’à présent le mystère de l’esprit conscient se réduit un peu parce que nous avons un sens général de notre façon de créer ces images. Mais qu’en est-il du soi ? Le soi est vraiment le problème qui nous échappe. Et pendant longtemps, personne n’a voulu y toucher, parce qu’on disait, «Comment peut-on avoir ce point de référence, cette stabilité, qui est nécessaire au maintien de la continuité du soi jour après jour ? » Et j’ai trouvé une solution à ce problème. C’est la suivante. Notre cerveau produit un plan de l’intérieur du corps qui nous sert comme référence pour tous les autres plans.

Laissez-moi vous raconter un peu comment j’en suis arrivé là. J'en suis arrivé là parce que, si on a cette référence que nous appelons le soi -- le Moi, le "je" dans notre processeur intérieur -- il nous faut quelque chose de stable, quelque chose qui ne change pas trop du jour au lendemain. Bon, il se trouve que nous n'avons qu'un seul corps. Nous avons un seul corps, pas deux, pas trois. Donc c’est un début. Il n'y a qu'un seul point de repère -- c'est le corps. Mais ensuite, bien entendu, le corps consiste en beaucoup de parties, qui poussent à différentes vitesses, et qui n'ont pas les memes dimensions chez tout le monde. Cependant, ceci n'est pas le cas à l’intérieur. En tout ce qui concerne ce qu'on appelle le milieu interne -- par exemple, toute la gestion de la chimie interne de notre corps -- est, en fait, extrêmement stable jour après jour -- et pour une très bonne raison. Si on s'éloigne trop des paramètres qui sont proches de la ligne médiane désignant les conditions qui rendent la vie possible, on arrive à la maladie sinon la mort. Nous avons donc un système intégré dans notre propre vie qui garantie une certaine continuité. Quelque chose que je nomme "la monotonie presque infinie" d’un jour à l’autre. Parce que si on n’a pas cette monotonie, physiologiquement, soit on tombe malade, soit on meurt. Alors voilà un autre élément de cette continuité.

Et la dernière chose c’est qu’il y a une connexion très étroite entre la régulation de nôtre corps par le cerveau et le corps même, différente de n’importe quelle autre connexion. Par exemple, je me fais une image de vous, mais il n’y a pas de lien physiologique entre les images que j’ai de vous comme public et mon cerveau. Cependant, il y a un lien étroit, permanent entre les parties de mon cerveau régulatrices de mon corps et mon corps même.

Voila ce à quoi ça ressemble. Regardez la zone là. Il y a le tronc cérébral entre le cortex cérébral et la moelle épinière. Et c’est dans cette zone que je vais vous montrer maintentant que sont localisés tous les instruments de la régulation vitale du corps. C’est tellement détaillé que, par exemple, regardez cette partie en rouge dans la partie supérieure du tronc cérébral, si vous l’endommagez, à cause d’une attaque d'apoplexie par exemple, vous entrez dans le coma ou dans un état végétatif, qui est, bien sûr, un état dans lequel l'esprit disparait, et la conscience disparait. Ce qui se passe alors en réalité, c’est que vous perdez le fondement du soi, vous n’avez plus accès à aucune sensation de votre propre existence, et, en fait, il peut y avoir des images qui continuent à prendre forme dans votre cortex cérébral, sans que voyez en soyez conscient. En effet, vous perdez conscience dès que cette zone rouge de votre tronc cérébral est endommagée.

En revanche si on considère la partie verte du tronc cérébral, rien de tel ne se produit. C’est tellement spécifique. Alors, avec cette partie verte du tronc cérébral, si vous l’endommagez, et ça arrive souvent, vous allez tomber dans une paralysie totale, mais vous aurez toujours un esprit conscient. Vous ressentez, vous savez, vous avez un esprit totalement conscient que vous pouvez transmettre très indirectement. C’est une condition horrible. Vous ne voulez pas la voir. Il y a des gens qui sont, en fait, emprisonnés dans leur propre corps, mais ils ont un esprit. Il y avait un film très intéressant, un des rares bons films qui parlent de ce genre de situation, réalisé par Julian Schnabel il y a quelques années où il s'agit d'un patient dans cette condition.

Maintenant je vais vous montrer une image. Je promets de ne pas en dire plus; ceci pourrait bien vous faire peur. Je tiens juste à vous dire que dans cette zone rouge du tronc cérébral, il y a, pour simplifier, tous ces petits carrés qui correspondent à des modules qui font des cartes cérébrales des différents aspects de notre l'intérior, et des différents aspects de notre corps. Ils sont finement topographiques et exquisément interconnectés avec un circuit qui se répète. Et c'est à partir de cette étroite connexion entre le tronc cérébral et le corps que je crois – et je pourrais me tromper, mais je ne crois pas -- qu'on crée le plan du corps qui est le fondement du soi qui consiste des sensations -- sensations primitives, d'ailleurs.

Alors, quelle est cette image? Regardez « cortex cérébral », regardez « tronc cérébral », regardez « corps », et vous avez une ideée de la très étroite connexion entre le tronc cérébral qui fournit le fondement du soi et le corps. Et vous avez le cortex cérébral qui fournit le grand spectacle de notre esprit avec une profusion d’images qui sont, effectivement, le contenu de notre esprit et auquel, d'habitude, on prêt le plus d’attention, comme on devrait bien, vu que c’est vraiment un film qui se déroule dans notre esprit. Mair regardez les flèches. Elles ne sont pas là pour rien. Elles sont là parce qu’il y a une interaction tres étroite. Il n'y a pas d'esprit conscient sans cette interaction entre le cortex cérébral et le tronc cérébral. De même, il n'y a pas d'esprit conscient sans l'interaction entre le tronc cérébral et le corps.

Une autre chose intéressante c’est que le tronc cérébral que nous avons est commun à d’autres espèces. Chez les vertébrés le modèle du tronc cérébral est comparable au notre, ce qui est une des raisons pour laquelle je crois que ces espèces ont des esprits conscients comme nous. Sauf qu’ils ne sont pas aussi riches que les nôtres, parce qu’elles n’ont pas de cortex cérébral comme nous. Voila où se trouve la différence. Et je ne suis pas du tout d’accord avec l’idée que la conscience devrait être considérée comme étant le plus grand produit du cortex cérébral. Seule la richesse de l'esprit l’est, et non pas le simple fait d’avoir un soi et de pouvoir parler de notre propre existence et d'avoir une perception du soi.

Il y a trois niveaux du soi à considérer -- le proto-soi, le soi central et le soi autobiographique. Les deux premiers sont communs à beaucoup d’autres espèces, et ils ressortent en grand partie du tronc cérébral et de tout ce qu’il y a comme cortex dans ces espèces. Certaines espèces seulement ont, je crois, un soi autobiographique. Les cétacés et les primates aussi ont un soi autobiographique dans une certaine mesure. Et nos chiens chez nous ont un soi autobiographique dans une certaine mesure. Mais voici la nouveauté.

Le soi autobiographique est construit sur une base de souvenirs -- souvenirs du passé, mais aussi des plans que nous avons faits; c’est le passé vécu et le futur anticipé. Et le soi autobiographique a provoqué la mémoire de longue durée, le raisonnement, l’imagination, la créativité et le langage. Et de là viennent les instruments de la culture -- la religion, la justice, le commerce, l'art, la science, la technologie. Et c’est dans cette culture que nous pouvons vraiment trouver -- et ceci est la nouveauté -- quelque chose qui ne soit pas entièrement fixée par notre biologie. Qui se développe à travers la culture. Qui se développe dans les collectivités d’êtres humains. Et c’est, bien sûr, la culture où nous avons développé quelque chose que j’aime appeler la régulation socio-culturelle.

Et enfin, vous pourriez bien demander, pourquoi faut-il s’en préoccuper ? Pourquoi se sentir concerné par ces questions de si c’est le tronc cérébral ou le cortex cérébral et comment c’est fait ? Il y a trois raisons. La première: la curiosité. Les primates sont extrêmement curieux -- les êtres humains surtout. Et si nous sommes intéressé, par exemple, par le fait que l’anti-gravité est en train d’éloigner les galaxies de la Terre, pourquoi ne devrions-nous pas nous intéresser à ce qui se passe à l’intérieur de l'être humain ?

Deuxièmement, pour comprendre la société et la culture. Nous devrions observer comment la société et la culture dans cette régulation socioculturelle sont toujours un travail en cours. Et finalement, la médecine. N’oublions pas que certaines des pires maladies de l’humanité sont des maladies comme la dépression, la maladie d’Alzheimer, la toxicomanie. Pensez aux attaques qui peuvent anéantir votre esprit ou vous rendre inconscient. Aucune chance de traiter ces maladies efficacement et de manière non-fortuite sans comprendre comment cela marche. C’est donc une très bonne raison au delà de la curiosité pour justifier ce que nous faisons, et pour justifier l'intérêt pour ce qui se passe dans nos cerveaux.

Merci de votre attention.

Voir les commentaires

La vie est censée être douce !

13 Février 2012, 09:36am

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

magie@matinmagique.com

.../....Nous sommes habités d’une force de vie incroyable, qui s’exprime autant par notre capacité psychologique à surmonter les épreuves que par notre capacité physique à nous autoguérir.

La question est :

que voulons-nous faire de cette force vitale, de ce trésor d’énergie?

On pourra toujours se relever, se guérir, se régénérer

– jusqu’à un certain point, du moins... !


Cela dit, je ne sais pas ce que vous en pensez, mais il me semble

qu’il est tellement plus délicieux d’investir notre énergie

à jouer, à créer et à rayonner

plutôt que de passer notre vie à nous briser et à nous réparer.

La vie est censée être douce....

et elle l'est !

 

Ne prenons plus les vérités pour des mensonges...

La vérité n'est jamais une insulte !

Voir les commentaires

Planète TERRE en 4 minutes .

11 Février 2012, 12:57pm

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

 

C'est un peu rapide ( mais on peux faire arrêt!)

Ceci est le 400 ème article posté ici ! Déjà !

 

 

Voir les commentaires

Écrire une lettre postale ?

11 Février 2012, 10:10am

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

http://normanfaitdesvideos.com/     ! ! ! ! ! !    \o/

                                                                      _)

                                                                   /  \

Voir les commentaires

Les cinq plus grands regrets des gens avant de mourir

10 Février 2012, 18:47pm

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

Cent Papiers

En s'occupant pendant plusieurs années de patients dans les dernières semaines de leur vie, une infirmière australienne a recueilli leurs derniers mots, voeux et souhaits, rapporte The Guardian.

Dans son livre The top five regrets of the dying (les cinq plus grand regrets des mourants) paru à la fin de l'été 2011, Bronnie Ware s'intéresse plus particulièrement à la «clarté de vision que les gens atteignent à la fin de leur vie, et à la façon dont nous pourrions apprendre de cette sagesse».

Elle explique que les réponses de ses patients sur leurs regrets ou des choses qu'ils auraient aimé faire de manière différente se recoupaient, sur «des thèmes communs qui revenaient constamment».

Voici les cinq plus grands regrets des patients dont elle s'est occupée:

1. «J'aurais aimé avoir le courage de vivre comme je voulais,
et pas de vivre la vie qu'on attendait de moi»

C'est, d'après Bronnie Ware, le regret le plus partagé.
«Quand les gens se rendent compte que leur vie est presque terminée et qu'ils la regardent avec clarté, c'est facile de voir le nombre de rêves qu'ils avaient et qu'ils n'ont pas réalisé.»

2. «Je regrette d'avoir travaillé si dur»

Le regret des patients masculins de l'infirmière.

«Les femmes l'ont également dit, mais comme la plupart d'entre elles étaient d'une génération plus ancienne, la plupart de mes patientes n'avaient pas été celles qui soutenaient financièrement leur famille.»

3. «J'aurais voulu avoir le courage d'exprimer mes sentiments»

4. «Je regrette de n'être pas resté en contact avec mes amis»
Bronnie Ware assure que ses patients «ne se rendaient vraiment compte de l'avantage des amis de longue date que dans leurs dernières semaines, et il n'était pas toujours possible de les retrouver».

5. «J'aurais aimé m'autoriser à être plus heureux»
Un regret «étonnamment partagé», d'après l'infirmière.

«La plupart ne réalisait qu'à la fin que le bonheur était un choix.»

Commrntaire de ZAK Thu, 09 Feb 2012 15:22 CST sur le  blog sott.net

Les 5 plus grands regrets des gens encore en vie :


1. «J'aurais aimé avoir le courage de vivre comme je voudrais, et pas de vivre la vie qu'on attend de moi»
2. «Je regrette de devoir travaillé si dur»
3. «Si j'avais le courage d'exprimer mes sentiments"
4. «Je regrette de n'être plus en contact avec mes amis»
5. «J'aurais pu être plus heureux»

*******

Je choisis d'être heureux tous les jours.
Ned

Voir les commentaires

Phrases prononcées par l’ex-patron d’Apple en juin 2005

10 Février 2012, 17:47pm

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

 

Quelques phrases dans un discours prononcé par l’ex-patron
d’Apple à l’Université de Stanford le 12 juin 2005.

 

« Il faut découvrir ce que l’on aime et qui l’on aime.

Et si vous n’avez pas trouvé, continuez à chercher.


Votre temps est limité, ne le gâchez pas en menant

une existence qui n’est pas la vôtre.

Ne soyez pas prisonnier de la pensée d’autrui.

Ne laissez pas le brouhaha extérieur étouffer votre voix intérieure.

Ayez le courage de suivre votre coeur et votre intuition.
L’un et l’autre savent ce que vous voulez réellement devenir.

Le reste est secondaire… »

Voir les commentaires

«Le corps de l’enfant est le langage de l’histoire de ses parents».

10 Février 2012, 17:45pm

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

  sur Néosante N° 9     Dr SOULIER.

Willy Barral est psychanalyste,
il fut élève de Françoise Dolto et de Pierre Solié.

C’est lui qui avait organisé à l’UNESCO le grand séminaire sur Françoise Dolto.

Il a écrit  des livres dont :« Françoise Dolto c’est la parole qui fait vivre » et
«Le corps de l’enfant

est le langage

de l’histoire de ses parents».

*****

Le nouveau-né avec ses pathologies, ses handicaps, ses ressemblances,

montre à la famille ce qui "cloche" dans "leur" histoire et qu'il amène  au jour !


Combien de membres de cette famille pourront faire le lien ...

pour le libérer du poids qu'il a accepté de montrer ?

 

Un "chemin de partage" intéressant à suivre en famille pour un week-end de neige ou de grand froid !

 

P.S. Pour les infos qui vous manquent :

s'adresser aux Tantes (soeurs des parents) de la personne concernée !

Voir les commentaires

LA LOGIQUE DU SYMPTÔME

10 Février 2012, 14:03pm

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

Sauf cas particulier, ce que nous appelons « maladie » est une sorte de programme d’assistance biologique parfaitement cohérent mis en oeuvre par notre cerveau pour tenter de nous venir en aide lorsque, à tort ou à raison, il nous croit en danger.

Car notre cerveau archaïque a une façon très particulière de considérer nos stress et nos peurs : il réagit comme si nous étions toujours confrontés aux dures réalités de la vie sauvage. C’est précisément l’objectif du décodage biologique de décrypter la peur animale inconsciente induite par un vécu humain afin de comprendre la logique du symptôme qui s’ensuit.

Cette approche permet aussi de mieux comprendre pourquoi un événement survenu bien avant notre naissance, pendant notre vie intra-utérine ou dans l’histoire de notre famille,

peut avoir une influence considérable sur notre santé.


LA MÉDIATHÈQUE DE NÉOSANTÉ
LA LOGIQUE DU SyMpTôME
Décodage des stress Biologiques et Généalogiques
par Laurent Daillie
prix : 23 € hors frais de port

pour commander ce livre, en librairie et

Vous le trouverez également
dans la boutique du site
www.neosante.eu

 

... que je vous recommande !

C'est la une des bases de beaucoup d'informations sur la santé, qui me sert à vous choisir des éléments à vous transmettre... !

Voir les commentaires

la médecine classique utilise tous les jours une technologie ne valant pas tripette !

9 Février 2012, 17:38pm

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

 

La preuve par Les scanners
www.neosante.eu N°9  une super revue, abonnez-vous !

 

de Yves RASIR

Fin des années 80, je collaborais au magazine belge Télémoustique, pour lequel j‘avais notamment réalisé une série d’enquêtes sur les médecines douces. C’est à cette occasion que plusieurs médecins homéopathes m’ont parlé du Dr Ryke Geerd Hamer et que l’un d’entre eux m’a invité à le rencontrer. J’ai donc assisté à plusieurs réunions discrètes, voire secrètes, au cours desquelles le toubib allemand venait partager ses découvertes avec ses confrères belges. Et ce que j’y ai vu m’a médusé : les praticiens apportaient un scanner cérébral de leurs patients cancéreux, le Dr Hamer examinait brièvement les clichés et livrait à chaque fois un diagnostic correct. Non seulement il pouvait dire quel était l’organe touché, mais il pouvait préciser le type de tumeur, son âge et son évolution récente. Tout ça pour des patients qu’il n’avait jamais vus, dont il ignorait tout et dont il ne possédait aucune pièce du dossier médical, hormis cette radiographie de leur cerveau qu’il découvrait. J’ai vu le Dr Hamer accomplir ce « prodige » à de nombreuses reprises.
De deux choses l’une : soit j’avais affaire à un illusionniste particulièrement doué, soit à un découvreur de génie. Car si cette prouesse « hamérienne » ne prouvait pas strictement l’origine psychique du cancer, elle apportait à tout le moins de l’eau au moulin de cette hypothèse. Elle  démontrait en tout cas que la maladie laisse une trace dans la boîte crânienne de ses victimes, sur une zone cérébrale précise en connexion nerveuse avec la partie du corps atteinte. Et ça, la science médicale était - et reste - bien incapable de l’expliquer dans l’état actuel de ses  connaissances. De deux choses l’une donc : soit je me devais de démasquer un dangereux  charlatan, soit il me fallait contribuer à une révolution tonitruante de la médecine.
C’est pourquoi je suis allé trouver le responsable du service de psycho-oncologie d’un grand hôpital universitaire, par ailleurs spécialiste renommé dans sa discipline. Avec l’accord préalable du Dr Hamer, je lui ai proposé l’expérience suivante :
il laissait au médecin allemand la possibilité d’examiner une centaine de scanners cérébraux et de formuler un diagnostic.
Si l’exercice se soldait par un pourcentage de réussite dépassant les lois du hasard, il m’aiderait à débusquer la supercherie ou à comprendre la portée de l’exploit.
Je ne m’attendais pas à être éconduit, mais c’est ce qui arriva. « Ça ne m’intéresse pas, que ce monsieur publie d’abord ses travaux dans les grandes revues médicales » me suis-je entendu répondre. J’ai insisté en signalant que ce canal habituel était forcément bouché puisque le Dr Hamer était déjà radié de l’Ordre des Médecins dans son pays, et que l’enjeu valait bien d’outrepasser les convenances, mais rien n’y a fait : le grand ponte belge a refusé tout net de relever le défi et m’a prié de ne plus l’importuner. Avec le recul, je peux dire que c’est ce jour-là que ma vie a basculé. Passe encore qu’on soit effrayé à l’idée de risquer sa réputation. Mais comment expliquer ce manque total de curiosité intellectuelle ? Comment justifier pareil dédain alors que son métier consiste précisément à explorer les aspects psychologiques du cancer ? Ce jour-là, j’ai compris que l’esprit scientifique avait déserté un lieu où il était censé prévaloir sur les préjugés. Et près de 25 ans plus tard, je demeure sidéré par la fin de non-recevoir qui fut opposée à ma naïve tentative d’organiser une vérification des travaux du Dr Hamer.
Car je n’en démords pas : cette question des scanners cérébraux est capitale. Cette technique d’imagerie médicale permettrait de vérifier facilement et scientifiquement la validité de la Médecine Nouvelle. Personnellement, je n’ai plus besoin de le faire car j’ai déjà montré ma matière grise à un médecin capable d’y repérer les « relais » correspondant à des maux physiques. Ce fut très concluant et je vous raconterai le mois prochain cette expérience ébouriffante. Mais cet outil de
diagnostic est aussi de nature à confondre les sceptiques. Lorsque j’interpelle à ce propos les détracteurs du Dr Hamer, ils font toujours semblant de ne pas avoir entendu et ils changent de sujet. Ou bien ils manifestent une incroyable mauvaise foi, comme naguère sur un plateau de télévision. Mon interlocuteur, en l’occurrence patron de syndicat médical et directeur d’une grande clinique bruxelloise, m’a lancé tout de go que « les scanners, c’étaient comme des taches de Rorschach, on pouvait leur faire dire n’importe quoi ». Autrement dit, la médecine classique utilise tous les jours une technologie ne valant pas tripette ! C’est dire à quel point l’intelligentsia médicale est capable de se ridiculiser pour fuir la vérité et ne pas admettre son erreur de jugement sur le Docteur Hamer. Les scanners sont une preuve qui fait peur.
Yves RASIR

Voir les commentaires

Gâteaux à la noix sans gluten de Madame ALLEN

7 Février 2012, 14:25pm

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

Hier en prenant le thé de 17h (5h pm !) nous avons cassé et trié des noix de nos arbres.

Ce midi après le repas Madame ALLEN à décidé de faire des biscuits pour notre thé du jour !

 

 

Il lui a "fallut"  : (pour un équivalent de 18 Traou Mad ou 8/10 muffins)


Des noix hachées, environ une tasse

Du sucre complet de canne RAPADURA, environ une tasse (selon vos envie de sucré)

3 oeufs entiers

Un soupçon de sel

1 cuillère à soupe bombée de Maïzena

3 grosses cuillères à soupe de farine de riz

½ tablette de chocolat noir dessert à couper en morceaux de 6 à 10 mm.

 

Mélangez le tout sans plus de précautions.

Versez  au ¾ de leur hauteur dans des petits moules silicone ou des ramequins chemisés, vous pouvez si vous en avez gardé (!) mettre un morceau de chocolat plus gros dans chaque moule. et éventuellement mettre un cerneau de noix entier qui va griller en surface, quitte à attendre un peu le début de cuisson si c'est trop liquide !

Enfournez (four froid, c'est sans importance) et portez à 200° C, environ 25 minutes (suivant le volume dans les moules et la vitesse de chauffe de votre four) en surveillant...

 

Ils ne doivent pas être trop cuits pour que le chocolat reste fondant

Consommez tièdes et pas trop froids (le chocolat fondant légèrement est l'idéal).

 

Résultats très agréables mais c'est en finissant  le dernier que j'ai réalisé

que je n'avais pas pris de photos !

Tant pis il reste encore des noix à casser !

 

Voir les commentaires

Vous avez des pouvoirs extraordinaires ?

7 Février 2012, 14:01pm

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

   Arrêtez le sabotage


  Ginette Salvas : link
    "Je vous invite à vous inscrire à ce webinaire gratuit pendant lequel je vous proposerai des outils pour vous aider à arrêter de vous saboter en identifiant les 3 principaux saboteurs et comment les neutraliser avec les outils de la PNL (Programmation Neuro Linguistique) et d’autres techniques.

 

Modifiez votre façon de penser (valeurs, croyances).

Modifiez votre façon de dire les choses (mots, intonation, vocabulaire).

Modifiez votre façon de vous comporter (image, gestes et attitudes).

Donnez de l’importance à vos désirs et à vos rêves.

Débarrassez- vous de ce que vous ne voulez plus dans votre vie.


 

Ou

 

Modifie ta façon de penser (valeurs, croyances).

Modifie ta façon de dire les choses (mots, intonation, vocabulaire).

Modifie ta façon de te comporter (image, gestes et attitudes).

Donne de l’importance à tes désirs et à tes rêves.

Débarrasse- toi de ce que tu ne veux plus dans ta vie.


Maintenant, si tu as (enfin !) pris conscience

que tu as un pouvoir extraordinaire

pour "faire" ton malheur.


Pense à utiliser ce pouvoir

pour faire TON bonheur !


Bonnne heure sans heurts

Voir les commentaires

Que laisser tomber ?

6 Février 2012, 00:00am

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

L’art d’être sage,

c’est l’art de savoir

quoi laisser tomber.
William James

Voir les commentaires

chiffres économiques concernant 2011 qui sont presque trop fous pour y croire

5 Février 2012, 18:28pm

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

juste 4 extraits des 50 ! ça suffit...

 

#12 En 1969, 95% des hommes entre 25 et 54 ans avaient un emploi. En Juillet 2011, seulement 81.2% des hommes de cette tranche d’âge avaient un emploi.


#13 Une étude récente a montré que 1 américain sur 3 serait incapable de payer la mensualité de son emprunt immobilier ou le loyer du mois prochain s’il perdait soudainement son emploi.

 

#36 37% des ménages américains de moins de 35 ans ont un capital de 0$ ou moins

 

#46 Si Bill Gates donnait toute sa fortune jusqu’au dernier centime au gouvernement, cela couvrirait seulement 15 jours de déficit budgétaire.

 

lien ici pour l'article complet

Voir les commentaires

Combien ça gagne, un ange ?

5 Février 2012, 13:17pm

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

Combien ça gagne, un Ange ?

      - Comme un expert des cas extrême ?

ou

     - comme un éboueur ?

 V.J.

 

... et un Ange-gardien ?

Peut-il avoir plusieurs personnes à "garder" ? ( double salaire ?)


... Et un Ange-lot à la loterie de la Vie ? (Est-ce lui le prix ou le lot  à gagner ?)

Voir les commentaires

«Comment puis-je permettre à cette force de vie de circuler en moi avec fluidité?

5 Février 2012, 11:29am

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

 

Tu n’as donc rien à forcer…

Il est plutôt question de permettre le processus que de le provoquer.

Ainsi, pour conclure, je t’invite à te demander régulièrement:


«Comment puis-je permettre à cette force de vie

de circuler en moi avec fluidité?

Qu’ai-je à nettoyer, à délier ou à ouvrir

pour que la magie puisse opérer?»


La réponse pourrait t’étonner.

 

https://mail.google.com/mail/?ui=2&shva=1#inbox/1354196ba2576282

Marie-Pier Charron

Voir les commentaires

Je serai parfait...

5 Février 2012, 10:24am

Publié par mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr

 

P1030207Afin de ne pas souffrir et gêner 

ceux qui m'ont si gentiment accueilli,

je prends l'option :

je serai parfait.

Il me faudra 54 ans pour m'en "rendre compte" et ...

décider d'être seulement moi-même.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 > >>