Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Juste une Bouillotte ? VIE et santé ?

guerir

Simplement reconnaitre... et commencer à (re)vivre... en quittant la survie !

31 Août 2021, 18:05pm

Publié par Bertie LAVIE

*****************

« ...dès que l'on met en conscience un
événement difficile, il n'a plus de poids car il a
libéré la lumière qui était enfermée en lui.

Ce qui est lourd, douloureux et difficile, c'est
de la lumière enfermée dans la matière, dans
la réalité. On la libère par la conscience.

 

J.P. BREBION

 

***************

Voir les commentaires

Allergies et intolérances alimentaires la longue galère !

8 Mars 2021, 11:19am

Publié par Bertie LAVIE

 

 

Allergies et intolérances alimentaires 

(À l'air je gît et un tollé rance alimente mon aire)

 

Marc Welter (lien en bas colonne de droite) est de retour sur son Blog avec l'annonce d'un journal pour partager ses découvertes.

Voici sont dernier message reçu il y a quelques temps (début mars 21) :

 

Le vrai problème avec les intolérances, hypersensibilités, allergies alimentaires, dans l'immense majorité des cas, n'est pas réellement résolu quand on supprime le ou les aliments qui provoquent des symptômes...

...mais quand on parvient à comprendre, et à remonter jusqu'à la vraie source du problème.

Sauf que l'immense majorité des gens ne pense même pas à chercher plus loin.

Améliorer un soucis de santé leur suffit.

 

Ce que je peux vous dire, même si vous ne partagez pas ce point de vue, c'est que :

Vouloir ignorer que les intolérances, hypersensibilités, allergies alimentaires sont juste un maillon d'une réaction en chaîne, vous fait courir d'autres risques.

 

Ce maillon n'est qu'une étape intermédiaire d'une cascade de causes et d'effets.

Et sa vraie origine est généralement plus profonde qu'on le croit.

Les conséquences et ramifications peuvent vous revenir violemment en retour, à retardement, tel un boomerang.

 

Ce dont vous avez vraiment besoin, c'est de creuser jusqu'à la véritable source pour enfin y voir clair.

 

Une bonne compréhension ne sera réellement possible que lorsque vous aurez regroupé étape par étape, de manière cohérente et méthodique les informations fiables, objectives, dignes de confiance sur les intolérances, hypersensibilités, et allergies alimentaires pour enfin remonter à la source.

******************

Et je lui ai répondu :

il y a tant de choses que l'on ignore aujourd'hui encore, et il faut le reconnaitre et l'accepter, sans pour autant s'y résigner.

OUI ! BRAVO Marc ! La bonne voie est là ... mais quelle galère disais - tu (et je partage) pour en arriver là !

Merci pour nous de partager ce "savoir" accumulé que la médecine refuse de transmettre (pour cause de gros sous !) et que les "écoles" de naturo(pathies) n'ont aucun(s) intéret(s) à remettre en question ... et n'y pense même pas, englués dans leurs certitudes et savoirs parfois centenaire, sans parler des royalties offertes par les labos. Je ne parles pas ici de leur connaissance de la nutrition et de la diététique mais de leur vision souvent allopathique  et pasteurienne de la maladie de leurs client.

Oui, il y a des aides, le temps de gérer le temps des douleurs, si il y en a.

Oui, il y a des exclusions d'aliments à faire, qui devraient être provisoires, jusqu'à ce que la compréhension naisse au plus profond de soi et qu'un (le) "produit miracle" ou la "thérapie qui vous va juste comme il faut" vienne réveiller les 2 ou 3 (!) neurones coincés dans un engramme de votre histoire passée !

Et soudain la "guérison " est FÊTE et plus rien n'est pareil ...

Et la joie est de retour à chaque instant !

C'est de nouveau LA VIE.

                 Bertie

Voir les commentaires

Guérir rapidement? Même du pire ?

9 Décembre 2020, 17:02pm

Publié par Bertie LAVIE

Il y a des cas où l'hôpital est indispensable et d'autres où l'on doit se limiter à la chirurgie réparatrice d'urgence où elle excelle !
Il y a des cas où l'hôpital est indispensable et d'autres où l'on doit se limiter à la chirurgie réparatrice d'urgence où elle excelle !

Il y a des cas où l'hôpital est indispensable et d'autres où l'on doit se limiter à la chirurgie réparatrice d'urgence où elle excelle !

Ce qui marche pour guérir rapidement

aujourd'hui !

 

 

C'est en premier lieu la prise de conscience qui vous permettra d'enclencher la poursuite de votre guérison, qui a démarré puisque vous êtes "malade".

 

Le respect des signaux de votre corps est le plus important à comprendre.

 

     Notre corps si merveilleux, si précis dans ses actions nous envoie systématiquement tous les messages nécessaires à notre compréhension.

 

     MAIS le plus souvent nous refusons ces signaux et nous les ignorons.

 

C'est en changeant notre regard intérieur, notre écoute fine, que nous aurons la certitude de pouvoir guérir sans trop de difficultés.

 

     Le plus souvent la guérison amène des souffrances qui sont totalement inutiles puisqu'elles ne font partie que des signaux.

 

Le repos impératif et absolu fait partie des trois grands points, les plus forts, les plus utiles. Et quand je dis repos, c'est 12 à 14 heures de repos intensif et total dans une journée, y compris bien sûr la nuit ET LA SIESTE. C'est dans cette période, et uniquement celle-ci, que notre cerveau accepte de réaliser les grands chantiers physiques de notre corps, d'où son importance.

Nota : les heures avant minuit (solaire) comptent double et une sieste de 20/30 minutes vaut un cycle complet.

N'oubliez pas votre bouillotte si la moindre sensation de fraîcheur ou de frisson (même de fièvre, si bénéfique) vous accompagne au moment du coucher. lisez l'épisode 6

Éviter de "tomber en scorbut", est le deuxième point que je vous ai signalé. La chute du taux de saturation en vitamine C (ascorbémie) dans votre organisme entraîne immédiatement les douleurs et l'augmentation des œdèmes, éventuellement "l'arrêt du chantier" et donc la poursuite de la phase d'attente, qui va pouvoir durer des jours, des semaines, des mois, des années !

 

 

La déshydratation est la pire chose qui puisse arriver à un malade. Le manque d'eau disponible, et j'insiste sur disponible, dans notre organisme, est ce qui entraînera le plus de complications pouvant aller jusqu'à ce qui ressemble à de la démence !  Un cerveau hydraté est un cerveau qui enregistre ! (Arnaud RIOU).

 

Dans une phase de maladie, il est très important d'amener de l'eau de très haute qualité à votre organisme. L'eau du robinet sera donc à exclure, l'eau minérale avec plus de 45mg/l de résidus sec en bouteille aussi, ces eaux sont beaucoup trop chargées en minéraux et électrolytes divers qui encrassent les cellules, souvent déjà "surchargées".

Au minimum consommez de l'eau de source ou encore mieux de l'eau osmosée, et à partir d'un osmoseur le plus simple possible moins de 250€=9 mois de bouteilles achetées... et de plastique jeté ! (DEPURAGUA, Groupe Optima)

L'eau peut être chaude (thé, tisane,...). Un jus de fruit en bouteille ou un soda, un verre de lait n'est pas de l'eau !

 

     Comme vous serez au lit, vous n'aurez pas d'activité musculaire importante, vous n'avez donc pas besoin de beaucoup de sucres, les laitages vous sont totalement interdits, je parle du lait de vache bien sûr. Le lait de vache, c'est pour les petits veaux en bonne santé, ce qui n'est pas votre cas.

Par contre, vous aurez besoin de protéines de très bonne qualité. La plus facile, la plus efficace sera une protéine vivante. Et dans notre alimentation traditionnelle française nous avons le jaune d’œuf cru (mayonnaise avec une vraie huile), il peut être chaud, par exemple un œuf à la coque ou sur le plat, et les fruits de mer consommés crus.

 

Mais si vous n'avez pas pu changer votre regard et avoir la compréhension exacte de l'origine de ce stress, de ce conflit qui a déclenché un processus de réparation, vous restez susceptible de pouvoir reproduire cet exercice une (plusieurs) nouvelle fois. D'où l'importance de tous les accompagnements psychothérapeutiques que vous pourrez utiliser. Il y en a de très efficaces, avec paroles ou sans paroles et il y en a qui ne donnent que du confort (et je ne dis pas à qui !).

 

 

Je suppose que vous n'êtes pas en sous-dosage de vitamine D et que vous vous en occupez naturellement !

Vous pouvez le faire vérifier dans n'importe quel labo d'analyses médicales même sans ordonnance !

 

 

 

Il y a un 4ème point que je veux ajouter (12 octobre 2020)

                                  Ce sont :

les perturbateurs.

 

Car c'est cela qui explique les réactions différentes de chacun au même évènement, aux mêmes stress, aux mêmes rencontres d'informations virales. En effet, au même moment, dans les mêmes circonstances, les mêmes lieux, les mêmes rencontres virales(!), certains vont "TOMBER" malades, "ATTRAPER" la maladie à la mode, "DÉVELOPPER" le microbe du jour,

 

et d'autres RIEN !

 

 

Parmi les perturbateurs, nous trouvons :

  • Le niveau d'encrassement de vos cellules, organes, et circuits neuronaux.
  • Ceux qui vous entourent, famille(s), amis, collègues, patron, clients. 
  • Ceux qui vous ont élevés (et/ou qui vous "éduquent" encore).
  • Les croyances acquises depuis votre conception (plus exactement 9 mois avant...).
  • Votre déficit de sommeil actuel.
  • Votre état d'hydratation global ET cellulaire.
  • Votre état de stress à cet instant.
  • L'événement qui vient de parvenir à vos sens, comment réagit-il avec les souvenirs anciens ancrés dans votre (vos) passé(s)?
  • La chimie ingérée ... tous les jours.

 

************************

Il vous faut bien comprendre qu'existe dans la nature tout ce qu'il faut pour fonctionner naturellement, mon expérience personnelle m'a fait choisir très peu de choses.

 

 

Parmi la multitude de compléments alimentaires proposés, je ne garde pour ma part à la maison que :

        - de l'argile en poudre à boire, ou en vrac pour des cataplasmes ou des pansements.

        - de la vitamine C en poudre en quantité suffisante VitCnat.com

        - du sérum de Quinton (eau de mer) en bouteille de verre de 1 litre (CSBS).

        - de l'argent colloïdal.

Le reste, homéopathie par exemple, H.E. ne sont que des compléments très occasionnels puisque mon alimentation suffit amplement pour avoir tout le nécessaire.

 

Pourquoi ai-je privilégié la vitamine C ? Je vous l'ai expliqué au cours des années passées.

Pourquoi ai-je sélectionné l'argile ? C'est parce que l'expérience millénaire des peuples qui vivent près de la nature a montré son efficacité et toutes les recherches de ces 50 dernières années le montrent aisément. De plus son "coût" est extrêmement faible et à la portée de chacun.

 

Vitamine C: lisez à partir de 1h00 jusquà 1h10 au moins !

À retenir :

 

Quand vous guérissez, c'est notre planète qui guérit aussi !

C'est de notre responsabilité...

Et quand vous polluez votre corps c'est la même chose !

          Mourir n'est pas désagréable. C'est de souffrir avant qui l'est !

 

Nous avons perdu  le "savoir mourir" et l'accompagnement de ceux qui partent, il nous faudra le réapprendre...

... ça serait bien de le faire avant notre propre échéance...!

 

Le scorbut "tue" assez vite, sauf si vous avez recours à la chimie pour en contrer les effets,  mais c'est un "problème" facile à résoudre grâce à un apport régulier de vitamine C.

 

Ne pas accepter de s'arrêter pour un repos absolu n'est qu'une croyance, qu'on nous à inculqué, souvent de force... Merci maman, merci papa.

 

Si vous continuez à faire ce que vous avez toujours fait,

            vous obtiendrez toujours le même résultat...

 

L'eau "potable" n'est pas toujours bonne à boire, et jamais

         l'eau du robinet, ni l'eau minérale... (si elle à plus de 45mg/l de résidus sec)

 

Les aliments blancs, blanchis ou raffinés ne sont supportables

que par les "très bien portants"...! Qui sont assez rares !

 

Être celui qui accompagne un malade est une responsabilité énorme, qui conditionne les possibilités du malade de guérir ! Lui DONNEZ-vous le temps ( le droit) de dormir suffisamment pour guérir ?

     -Tu es sûr que ça va bien ?

     -Tu as tout le temps envie de dormir ! (c'est insupportable ! et ça fait peur ...)

***********

 Je vous propose une bonne santé, faites-en ce que vous en voulez !  Merci.

 

**********

Je vous suggère de lire l'excellent article aux pages 22 et 23 du N°100 de néosanté par Jean-Brice Thivent qui vient excellemment compléter ceci. Vous pouvez vous le procurer ICI , si (par hasard) vous n'êtes pas encore abonné à cette revue !

 

Dans le N°104 d'octobre, le Dr Eric Ancelet fait un long article sur les liens d'information du système immunitaire ! ICI C'est vraiment une nouvelle approche ! Innovante ?

Oui je sais encore 4€... mais je vous en ai mis des extraits hier :  

******************

8 maladies qui ne s'attrapent qu'une seule fois.

Les infections nosocomiales (attrapées à l'hôpital) les plus répandues :

L’infection nosocomiale la plus connue et la plus répandue dans les hôpitaux est la cystite.  Puis pneumonie, septicémies et bactéries.

****************
Je vous invite à aller voir la liste du décodage des "maladies" sur néosanté en cas de besoin  https://www.neosante.eu/index/

*****************

Transmettez ce dossier à ceux qui sont dans la crainte de la maladie et qui ne savent plus guérir ! (sommeil, eau, ascorbémie, perturbateurs).

***********************

La durée du sommeil a un impact sur la
réactivité émotionnelle du lendemain, montre
une étude récemment publiée dans la revue Health
Psychology. Pendant 8 jours consécutifs, les chercheurs
ont interrogé près de 2.000 personnes sur leur durée de
sommeil, les événements stressants ou positifs vécus le jour
d’après et leurs affects, c’est-à-dire leur manière de réagir aux
événements sur le plan émotionnel. Bilan de l’enquête : le
nombre d’heures dormis la nuit précédente influençait l’affect
positif en réaction aux événements, mais pas l’affect
négatif. En d’autres termes, les participants ne trouvaient
plus autant de joie dans les bonnes choses
après une nuit plus courte. Allonger son temps
de sommeil aiderait donc à être plus
heureux au réveil…

 

Néosanté N° 106 p4

 

Voir les commentaires

GUÉRIR c'est aussi réparer les 2 autres plans !

29 Novembre 2020, 16:25pm

Publié par Bertie LAVIE

       Je vous ai transmis récemment les infos nécessaires pour la guérison facile d'une perturbation (appelée généralement maladie dans le monde "moderne"), mais j'ai omis de vous inviter à prêter attention aux 2 autres plans qui sont , certes séparés mais indissociables de notre corps physique.

 

     Je vous invite à revoir attentivement mes précédents articles : 

 - http://mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr/2019/01/une-autre-approche-du-trois.html

     Puis

- http://mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr/2018/11/3-plans-comme-un-triangle.html

     Puis

- http://mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr/2019/09/encore-sic-les-trois-plans.html

 

Après cela une autre invitation pour un facile travail de guérison sur les 2ème et 3ème plans ensemble :

les petits bonhommes allumettes ! Le lien sur ce blog est : 

- http://mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr/2014/08/les-petits-bonhommes-allumettes.html

 

Bertie

*****************

Rappel :
Nous sommes en guerre a dit le président ! Sans préciser qui est le "nous" dont il parle ....

Ceux à qui ça va rapporter le plus ?

TOUTES les guerres passées ont été "organisées pour cela ... $$$

*******

Il n’y a pas une politique de santé, il y a une industrie de la maladie ».

*****

Voir les commentaires

Système dit IMMUNITAIRE ! Complément de : Guérir rapidement même du pire ?

15 Novembre 2020, 18:14pm

Publié par Bertie LAVIE

Complément de :  Guérir rapidement? Même du pire !

 

À lire IMPÉRATIVEMENT AVANT ce qui suit, sinon vous ne comprendrez pas ce que je veux vous dire !

 

SI vous en êtes au stade Guérir, c'est donc que vous êtes au stade malade !

Donc dans la phase chantier de réparation et reconstruction organisée par votre cerveau avec beaucoup de minutie et quoi qu'en pense la médecine "dite moderne et Pasteurienne" sans à peu près, ni n'importe quoi !

Au contraire, toute phase de maladie va être traitée comme un chantier sur une autoroute, c'est à dire vite et parfaitement !

 

 

ALERTE : Coulée de boues ayant entraîné une partie des chaussées et des infrastructures

  • Détournement du trafic par des voies secondaires
  • Choix d'un chef de chantier et organisation du plan des travaux pour une réouverture la plus rapide possible
  • Commande des matériaux nécessaires
  • Envoi ou embauche des personnels nécessaires
  • Livraison des engins et des matériels
  • Déblaiements et évacuations en décharge extérieure des "déblais et gravats"
  • Organisation des transports pour éviter les manques et les embouteillages
  • Mise en place des produits de reconstructions et consolidations y compris fabrications sur place des éléments de liaisons
  • Organisation de la restauration, de l’approvisionnement en eau, du repos et des transports des personnels (le chantier se situant en rase campagne loin de tout !)
  • Travaux de finitions, marquages, etc...
  • Réouverture au trafic
  • Une enquête sur les causes de ce problème doit normalement être menée afin que cet incident ne se reproduise plus ! Mais bien souvent cette étape est oubliée faute de "temps" ou de "volonté" voire même de connaissance !
  • Enregistrement du dossier complet aux archives avec annotations des différents éléments prêts à resservir pour une prochaine éventuelle fois plus loin !

 

Notre système immunitaire, il est là !

C'est ce dossier où est consigné les "pourquoi", les "comment", les "ce qui a fonctionné", les "ce qu'il faut éviter". Quelles précautions n'avaient pas été prises avant, quels signes précurseurs étaient déjà présents ? Ces informations codées (ADN? ARN?) seront inscrites au sein des mycrozymas ou exozomes amenés ou créés sur place pour tous les prochains "chantiers" de réparation de notre corps.

 

************

Ce chantier présenté ci-dessus pourrait être une bronchite ou une pneumonie ! Ou même une simple (!) rhinopharyngite !

 

Je vous laisse lire les différents décodages biologiques correspondants, comprendre les manques qui ont entraîné des complications, les "changements" à réaliser pour ne pas les reproduire ...

Voyez néosanté vous avez le lien dans l'article que vous venez de lire ou relire !

Vous voilà armé pour ne pas craindre la maladie à la mode pour laquelle des "spécialistes" vous enjoignent de porter un masque et des protections ... inutiles ! 

Bertie LAVIE

 Système dit IMMUNITAIRE ! Complément de : Guérir rapidement même du pire ?

Voir les commentaires

Informations virales ? une nouvelle approche par le Dr ANCELET.

13 Octobre 2020, 15:56pm

Publié par Bertie LAVIE

VIRUS ET IMMUNITÉ Une symbiose ignorée

Un dossier d’Éric Ancelet

(extraits choisis par Bertie LAVIE dans Néosanté N°104 p7 et suivantes )

Demain paraîtra un article sur les "moyens de guérisons".

 

.../...Et notre relation particulièrement conflictuelle au monde microbien (base fondamentale de tout le vivant) est cause et effet de cette dysbiose généralisée qui pervertit, asservit, anéantit toutes formes de vie en nous et autour de nous. La maladie résulte de cette distance, de cette déconnexion du réseau symbiotique global. Plus la déconnexion s’intensifie, avec pour conséquence l’effondrement de la biodiversité, la destruction massive et systématique des symbiotes, plus la maladie devient profonde et irréversible, et la violence inévitable. À l’inverse, la santé est la résultante d’une connexion forte au réseau symbiotique, à la symbiodiversité.

/… L’interprétation des propos de Charles Darwin, comme l’adoption des théories erronées de Louis Pasteur, découlent de cette attitude dominatrice validée par tous les conquérants, qu’ils soient guerriers, missionnaires ou marchands. En réalité, s’il y a bien une « sélection naturelle », elle ne peut être conçue comme une lutte éternelle de chacun contre tous et de tous contre chacun, une sélection brutale qui favoriserait des « forts » et éliminerait des « faibles », et permettrait ainsi aux plus « aptes » de survivre, procréer, occuper l’espace, asservir les « inférieurs » humains et non humains, polluer et gaspiller les ressources communes. Certes des confrontations existent à certains moments et dans certaines conditions, comme lors de pénurie, du rut ou de la prédation, mais ces événements ponctuels ne constituent pas la trame fondamentale des relations, lesquelles sont plutôt paisibles chez toutes les espèces non humaines. Aucun être singulier, ni aucune espèce, fut-il ou fut-elle fort(e) et apte dans certains domaines, n’est destiné(e) à dominer et exterminer tou(te)s les autres, ou accéder à ce privilège de ne plus vieillir ni mourir. Seule l’espèce humaine vit dans cette illusion !

/…Le vivant est un flux continu au sein d’un réseau dans lequel chaque forme apparaît, se transforme, disparaît, selon des dynamiques complexes regroupées par Darwin sous les termes « sélection naturelle ». Toutes les formes de vie sont « aptes », pertinentes, pleines de sens et... éphémères ! Et dans cette trame fluide, vibrante, chatoyante, les virus jouent un rôle essentiel, celui du messager qui parcourt le réseau biotique, celui qui unit, relie, informe et transforme afin que « chaque un » s’ajuste aux métamorphoses évolutives du « tous ». Les virus sont ce qui dans le vivant génère les ajustements nécessaires à la pérennité de l’ensemble. Ce qui ne peut pas, ou ne veut pas, s’ajuster (trouver une posture juste) va se dévitaliser, « tomber malade », et si la maladie ne peut établir un nouvel équilibre, il ne restera qu’une seule option possible, disparaître.

/…

Les cellules accueillent-elles les virus ?

En effet, pourquoi accueillir des microbes, des virus, et les vé-hiculer vers des sites précis, ce que l’on nomme des « cellules cibles » , si cela nous rend « malades » et peut même nous anéantir en tant qu’êtres individués ? Cela n’a évidemment aucun sens….si la maladie elle-même est dénuée de sens, et si le fait de disparaître (changer de forme) n’est pas perçu et intégré comme une étape essentielle de la vie. Par contre, si le microbe est une information utile, si la maladie a du sens, et si l’immunité est un système très élaboré de communication avec le réseau microbiosphérique, nous voyons apparaître la possibilité d’évoquer la symbiose là où nous ne percevions qu’antagonisme et perpétuel combat…

le système immunitaire est chargé de les accueillir, de les décoder (interpréter le message), de les orienter (vers certaines cellules), de superviser leurs actions régulatrices, immédiates ou différées selon la nature, l’intensité et la durée des dissonances et conflits qui les ont activés. L’information virale est toujours intégrée aux structures mémorielles de l’organisme récepteur (conservation des informations),

/…Grâce aux virus, nous pouvons nous relier, nous informer, nous dépolluer, nous adapter, dépasser nos conflits psychobiologiques, apprendre à devenir un « être nouveau » à chaque instant de nos vies. Ce processus est la base même de la vie ! Des milliards d’organismes constitués de milliards de cellules produisent des milliards de virus afin de pérenniser cet incroyable foisonnement qui anime notre planète depuis des milliards d’années. Les virus naturels ne sont donc pas des « parasites », et ils ne sont pas « pathogènes » ! Par contre, les virus vaccinaux, les vi-rus de synthèse issus des bio et nanotechnologies, sont des intrus, de vrais parasites et de vrais pathogènes, destinés à perturber l’expression et l’expansion de notre conscience individuelle et collective, de notre empathie, de toutes nos émotions.

-Étymologiquement, le terme épidémie désigne « quelque chose qui circule ».

- L’épidémie ou la pandémie tel que nous entendons ces mots (maux), la maladie avec une forte expression de symptômes pénibles, tout cela traduit toujours un conflit, c’est-à-dire une rupture d’équilibre et un dysfonctionnement dans les relations aux autres vivants humains et non humains. Aujourd’hui ces mots épidémie et pandémie, tout comme microbe, virus, contagion et maladie, sont devenus péjoratifs et très anxiogènes, car indissolublement liés dans la conscience collective à la souffrance et à la mort, sans que nous percevions notre implication, notre responsabilité dans l’apparition des pathologies qui nous affligent. Le conflit sous-jacent à toute maladie n’est (plus) jamais perçu comme une cause première.

manipulations et mensonges amplifiés par les médias, utilisation à des fins de contrôle...) qui peuvent avoir des conséquences désastreuses pour l’évolution des consciences … Nous humains, voudrions ne plus être malades (voire ne plus vieillir ni mourir !) sans conscientiser ni solutionner nos conflits individuels et collectifs. C’est absolument impossible !

/…C ’est à nous tous humains de saisir le sens de ces bouleversements bio-logiques que nous regroupons sous l’expression « être malade », et dont nous attribuons toute la responsabilité aux microbes et virus. Il nous faut saisir le véritable sens de nos maladies, et changer au plus vite de cap pour le bien de tous. Alors ? Le Covid-19 est-il une épidémie virale ou une épidémie de peur ?

/… Le système immunitaire n’a pas pour fonction de nous maintenir vivants quels que soient nos agissements ! Il ne peut nous protéger de nous-mêmes, des conséquences de nos excès et de nos exactions.

/…

Que signifie « être malade » ?

Depuis toujours, deux visions, ou plutôt deux interprétations du phénomène « maladie », s’affrontent radicalement. L’une fait de la maladie une situation dénuée de sens (signification et direction), et du corps un bastion conçu pour se défendre contre toute invasion microbienne à l’extérieur, et toute prolifération cellulaire « anarchique » à l’intérieur, aidé en cela par les antibiotiques et les vaccins, toute la gamme des « anti » dont le dénominateur commun est une grande toxicité et une efficacité médiocre. C’est le monde selon Pasteur. La seconde interprétation fait de la maladie la résultante d’un conflit, ou d’une multitude de conflits, individuels et collectifs, et de ce fait une occasion de prendre conscience de ces conflits, de se mettre en quête de solutions existentielles afin d’atteindre un nouvel équilibre et revenir à l’homéostasie. Être malade signifie ici (tenter de) « guérir », ne plus involuer dans la violence de la dissociation, reprendre une juste place dans la coévolution des espèces, car « être » et « devenir » n’est jamais un destin individuel, toujours un chemin parcouru en cohérence avec l’ensemble du vivant. C’est le monde selon Hippocrate, et bien d’autres après lui, notamment Antoine Béchamp. La maladie nous invite à recréer du lien dans un contexte plus équitable, moins inégalitaire, où chaque individu de chaque espèce visible ou invisible a une valeur identique et un rôle essentiel à tenir.

/…

La contagion, l’épidémie, voire la pandémie, indiquent que plusieurs personnes ont le même conflit (de séparation, de territoire, de peur de la mort...), ou simplement la même peur d’ « attraper un microbe » et de « tomber malade ». Nos multiples façons d’être malade traduisent donc tout à la fois la diversité, l’ancienneté et l’intensité de nos conflits, mais aussi nos tentatives réitérées de les résoudre.

 

/… PERSONNE ne meurt d’une maladie virale ! (p11)

Nous mourrons de l’intensité et de la multiplicité de nos conflits individuels et collectifs, et de la destruction très rapide de notre planète. La maladie témoigne de cela, et ses multiples manifestations surviennent tant durant la phase de « conflit actif », que durant la phase de « réparation », si nous parvenons à dépasser et solutionner le conflit… cette capacité à résoudre nos conflits s’effondre très vite, du fait du « déficit de nature », … de la malnutrition …, des multiples pollutions chimiques (dont les médicaments et les vaccins), électromagnétiques (5G...), émotionnelles et numériques (écrans, médias). Tout cela induit une dévitalisation et un vieillissement prématuré avec de sévères déficiences neuro-endocrino-immunitaires. Le véritable problème de nos cultures dominantes hors sol, c’est la disparition de l’empathie, avec cette compulsion à piller et détruire notre lieu de vie et ses cohabitants, associée à un déni culturel de la vieillesse, de la maladie et de la mort. Nous tolérons la disparition de centaines d’espèces par jour, nous tolérons la pauvreté et la réduction en esclavage de milliards de nos semblables qui s’épuisent à générer notre confort technophile et techno-dépendant, mais nous ne supportons pas même l’idée de la mort d’un proche !

/…p12

Le virus peut être « à usage interne », …. Ou « à usage externe », être émis à l’extérieur de cet organisme par la voie muqueuse, et transféré à d’autres organismes qui à leur tour vont pouvoir bénéficier de l’information… C’est cela que l’on nomme « contagion », et échanges intimes propres au monde vivant dans son ensemble …. Ces échanges continus entre nous, … génèrent du bien-être et du plaisir par le biais des endorphines. Être en contact nous détend, nous rend joyeux, stimule et renforce notre immunité et notre motivation à vivre. … l’espace de l’intimité est aussi l’espace du partage, de la « contagion ». Générer la suspicion et la peur de l’autre pour nous confiner, nous tenir à distance, empêcher le contact, c’est créer une confusion entre le plaisir de vivre et la crainte de la mort, c’est nous condamner tous au conflit insoluble, à la stagnation, à l’involution, à la dépression et aux multiples pathologies mentales et somatisations induites. C’est aussi pérenniser la soumission et l’asservissement aux oligarchies qui se prétendent seigneurs et maîtres de tous les vivants de ce monde.

Peur du virus, virus de la peur

/…Ceux qui manifestent des symptômes et « tombent malades » sont ceux dont les conflits nécessitent des réajustements existentiels, et surtout ceux qui vivent dans la peur. La peur entrave ce processus par ses puissants effets immunodépresseurs. Le virus en lui-même ne génère pas la peur ! La peur du virus (et de tout microbe), la peur de la maladie (et de tout changement existentiel), sont des phénomènes culturels nés d’interprétations partielles (Darwin) ou erronées (Pasteur), et amplifiées par les médias jusqu’à la démesure du confinement dévitalisant. Beaucoup des décès imputés au coronavirus sont en fait des morts dues à la peur du coronavirus chez des personnes déjà très affaiblies et soumises à un environnement très anxiogène (personnes décrétées « à risque », ambiance de panique, isolement affectif...).

.

************

Pour vous procurer le dossier en entier : 4.00€ C'est là

Voir les commentaires

Les bras m'en tombent ! Un pneumologue parle de la façon dont l'oxyggène passe dans le sang !

17 Septembre 2020, 15:19pm

Publié par Bertie LAVIE

LA RESPIRATION AU MICROSCOPE

Pour le moment, nous n'en savons que très peu sur la façon dont le coronavirus provoque une hypoxie silencieuse, indique Ottestad. « Nous sommes tous un peu perplexes à ce sujet. » Cela dit, il existe certaines théories.

L'une d'entre elles s'appuie sur le fait que l'oxygène passe des poumons au sang via de petites poches d'air connues sous le nom d'alvéoles pour atteindre les vaisseaux sanguins. Le SARS-CoV-2, le virus à l'origine de la pandémie, s'introduit dans l'organisme en fixant les pics de sa surface virale sur des récepteurs de protéines appelés ACE2, présents en abondance dans les poumons et leurs nombreuses alvéoles. Une fois le germe établi dans un nombre suffisant de cellules, la bataille livrée par notre système immunitaire contre le virus inflige à notre organisme des dégâts en série.

Un tel phénomène pourrait entraver le passage de l'oxygène des alvéoles au sang, alors que le dioxyde de carbone, qui passe plus facilement du sang pour être expulsé par les poumons, est moins affecté, précise Ottestad. Il évoque deux petites études d'autopsies qui suggèrent que la COVID-19 provoque une inflammation précoce des tissus entourant les alvéoles.

Comprendre : le cœur

Une autre possibilité pourrait être que la maladie crée un décalage entre les mouvements de l'oxygène dans les poumons et la circulation sanguine, explique le pneumologue William Janssen, directeur du service de médecine intensive au National Jewish Health. Habituellement, les vaisseaux sanguins se contractent afin que l'afflux sanguin soit plus important dans les régions hautement aérées des poumons, là où est absorbé l'oxygène, et plus faible dans les zones où le flux d'air est réduit. Cependant, cette sécurité pourrait être dysfonctionnelle chez les patients atteints de la COVID-19, l'afflux sanguin serait plus important dans les zones endommagées des poumons et restreint dans les parties saines.

************

Pitoyable ! Il a réellement fait des études de médecine ? Et d'anatomie ?

La réalité :

Faire passer l’oxygène de l’air ambiant jusqu’à nos cellules n’est pas une mince affaire. Le sang se charge de l’oxygène grâce aux globules rouges et de leur hémoglobine. Cette protéine contient en effet un atome de fer qui, dans les poumons, s’assemble avec l’oxygène ayant traversé les alvéoles pulmonaires. En empruntant le réseau sanguin, ce complexe circule dans l’ensemble de l’organisme, et la réaction inverse libère de l’oxygène dans les tissus selon les besoins. En contrepartie de cet apport à la cellule, l’hémoglobine prend en charge l’élimination du dioxyde de carbone formé et le ramène vers les poumons d’où il sera expulsé. Elle est alors prête à effectuer un nouveau cycle. Lu ICI

La pression d'air et la perméabilité de la membrane a donc beaucoup d'importance.

Un conflit de territoire (envahissement) en cours de guérison, (avec plein de mucus ) pour cause d'ascorbémie , de déshydratation, manque de sommeil, position inconfortable, sur-oxygénation intempestive,  peut amener la quasi impossibilité de la transmission des échanges O² /CO² ! La prolifération des déchets du chantier en cours sur la surface alvéolaire  (environ 75m²) , soit microbes, champignons, bactéries, virus (c'est selon) mélangés avec les mucus et plaques de muqueuses usagées, le tout organisé par le cerveau archaïque en charge des réparations et l'assistance des mycrozymas sous ses ordres.

Si vous relisez Les suggestions ce-qui-marche-pour-guerir-aujourd-hui    Puis faites vous surprendre: Tapez "Guérir" dans la boite de recherche en haut à droite

Si vous voulez tout savoir sur les poumons, et la respiration : cliquez

Voir les commentaires