Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Juste une Bouillotte ? VIE et santé ?

a

Il est facile alors de faire peur, de faire culpabiliser, de valoriser ou de dévaloriser quelqu’un pour le relier à sa cause.

15 Novembre 2020, 13:05pm

Publié par Bertie LAVIE

***********************************

 

*Extrait de la vidéo de Arnaud RIOU du 14/11/2020 : https://youtu.be/seHEV5gQm5w 

.../...

J’ai appris que l’on ne communique pas ce qu’on dit, on communique ce qu’on est.

Je sais que lorsqu’une personne est profondément en lien avec sa vérité, sincère avec sa cohérence, sa communication est fluide, sa respiration est profonde, son regard est franc.

Il n’utilise pas toutes les stratégies de manipulation pour nous faire douter, ou nous faire changer d’avis. 

Dans une communication, l’émotionnel est touché avant le rationnel. Il est facile alors de faire peur, de faire culpabiliser, de valoriser ou de dévaloriser quelqu’un pour le relier à sa cause. 

Mais quelles sont ses stratégies ? Comment les repérer, comment conserver notre discernement, notre libre arbitre ?

Comment écouter notre cœur, notre bon sens, pour agir non pas à partir de notre peur, mais à partir de ce qui réellement nous semble cohérent ? Car le cœur est une véritable intelligence. Le cœur sait. C’est un véritable cerveau. C’est un centre de compréhension dont le rayonnement électromagnétique est plus large que celui du cerveau. Les Indiens logis nous ont appris qu’ils connaissaient aussi bien l’astronomie que certains scientifiques en s’appuyant sur leur intuition.

Cela nous demande d’être calme, de ne pas excessivement réagir, de faire preuve de discernement. 

D’écouter la situation dans son ensemble, surtout d’écouter notre intuition et de faire confiance.

Car je crois que profondément, comme un animal dans la nature sait repérer les herbes et les plantes qui sont bonnes pour lui, qu'il sait reconnaître les prédateurs, les pièges et les partenaires avec lesquels il peut cheminer, une partie de nous sait. Elle s’appelle l’intuition.

Encore faut-il l’écouter.

*********************

Voir les commentaires

Les maladies sont des solutions de survie que les êtres vivants ...

4 Septembre 2020, 14:14pm

Publié par Bertie LAVIE

Les maladies sont des solutions de survie que les êtres vivants développent pour s’adapter à des facteurs de stress.

 

De là à dire :

 

TES MALADIES (oui, les tiennes !)

SONT des SOLUTIONS DE SURVIE

QUE TU POSSÈDES EN TANT QU'ÊTRE HUMAIN

ET QUE TU DÉVELOPPES

POUR T'ADAPTER AUX FACTEURS DE STRESS

QUI TE SONT IMPOSÉS AUJOURD'HUI

ET QUI TE SERONT aussi "PROPOSÉS" (sic)

PROCHAINEMENT !

...

Et des maux divers (éventuellement nouveaux dans ta panoplie) apparaîtront en tant que solutions de survie.

Choisir de se SOI-NIER ou de GAI-RIRE va devenir un nouveau challenge pour beaucoup d'entre nous !

 

http://mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr/2020/06/ce-qui-marche-pour-guerir-aujourd-hui.html

http://mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr/article-un-petit-truc-pour-quand-on-est-mal-84039618.html

 

*******

Rappel :
Nous sommes en guerre a dit le président ! Sans préciser qui est le "nous"....

Ceux à qui ça va rapporter le plus ?
*******

Il n’y a pas une politique de santé, il y a une industrie de la maladie ».

 

néosanté N°99

néosanté N°99

Voir les commentaires

Structurant, texturant, stabilisant, épaississant, émulsifiant, exhausteur.

21 Novembre 2019, 16:51pm

Publié par Bertie LAVIE

 Article de 2013 révisé en novembre 2019

 

En cherchant des renseignements supplémentaires sur le GLUTEN,

j'ai découvert ceci dont le lien est là : 

https://www.glutivix.eu/farine/page2.html    qui ne fonctionne plus ! avec ces renseignements sur les différentes farines !

Il est donc possible de trouver actuellement sur le marché un grand nombre de farines en tous genres sans aucune trace de gluten. Je fais ici abstraction de la farine de blé dont le gluten a été retiré à grands frais dont le consommateur reste comptable, pour enrichir d'autant d'autres farines à feuilletages qui pourtant n'en avaient nul besoin mais qui en grèvent d'autant le prix de vente. Il faut bien que l'argent circule.
Il n'en reste pas moins que tous ces produits se caractérisent par une difficulté de mise en œuvre en boulangerie notamment, car elles ne disposent d'aucun pouvoir gonflant, et pour cause: c'est le gluten qui assure cette fonction dans le blé. Elles nécessitent donc l'adjonction d'une substance leur conférant le gonflant, l'épaississant et le texturant nécessaires.


C'est là qu'interviennent le Rica  , ou son dérivé prêt à l'emploi, le Glutivix © ((QUI N'EXISTE PLUS)), ainsi que le sirop de tapioca,(https://www.ptitchef.com/recettes/autre/pain-sans-gluten-avec-sirop-de-tapioca-et-compote-de-pommes-fid-389999   ((en gros c'est de la fécule de manioc diluée !)) deux produits bêtes comme chou dont c'est justement la mission et que n'importe quel ingénieur agronome, s'occupant du bien-être des consommateurs en lieu et place de la superficie dégagée par sa piscine privée, aurait pu glisser dans sa préparation.
Il reste à résoudre la possibilité de donner du goût et de la saveur au pain et aux produits de boulangerie en général. Penchons-nous donc un instant sur les farines de complément.

2019. En FRANCE vous trouvez maintenant les produits : Ma vie sans Gluten (bio) et en magasin bio toute une gamme de sans gluten et d'adjuvants pour vos réalisations culinaires personnelles. Par exemple Mix pâtisserie et la série des Mixpain (mon préféré est celui au sarrasin !) à réaliser avec le Levquinoa.


 

A  Structurant: composant de base du produit une fois fini ;
B   Texturant: Donnant du corps et de l'architecture à la masse structurante ;
C   Épaississant: étoffant la masse, conférant du volume ;
D   Stabilisant: amalgamant le tout, liant :
E   Émulsifiant: Assouplissant, élastifiant ;
F   Exhausteur: Donnant goût et saveur.

 

Aux doses minimales suivantes:
50% de structurant,
25% de texturant,
10% de stabilisant,
5% respectivement d'épaississant, émulsifiant, exhausteur.
 

Farines sans Gluten et leurs associations
Dénomination Type Propriétés
Amandes Poudre (associée avec de la farine de manioc c'est une base complète !) Texturant Amalgamant
Noix Poudre Texturant Amalgamant
Arachides Poudre Goût saveur
Châtaigne Farine ou flocons écrasés Texturant Goût saveur
Maïzena Amidon de maïs (Fécule dure) Texturant Épaississant
Pois chiche Farine (goût prononcé sec) Texturant Stabilisant
Pomme de terre Fécule (goût neutre) Texturant Stabilisant Épaississant
Quinoa Farine (goût marqué) Structure de base Stabilisant
Riz Farine de riz blanc, 1/2, complet et de toutes les variétés... Structure de base Épaississant
Riz Amidon Texturant Stabilisant Émulsifiant
Sarrasin (Blé noir) Farine + ou - tamisée T80 à intégral (en bio indispensable) Stabilisant Goût saveur donne du collant à la pâte
Tapioca Fécule de manioc travaillé Épaississant Stabilisant Émulsifiant
Sésame Grillé ou nature Moulu ou entier Goût saveur prononcé du sésame
GUAR (E412) Farine ou Gomme Épaississant Émulsifiant
Farine de MANIOC Farine: Tubercule réduit en farine. (attention s'assurer que ce n'est pas de la fécule !) Peut être utilisée en l'état (comme une farine de blé)
Fécule de manioc Fécule douce Épaississant instantané extrait du jus cuit du tubercule
Arrow-Root Fécule  douce en bouche Épaississant dès le 1er bouillon
SORGO Farine en ajout uniquement (cuisson des graines très difficile) Pour le "plaisir" d'essayer un autre goût !
LUPIN Protéines jaunes foncées Pour la couleur !
     
Aux doses minimales suivantes:    
     
50% de structurant, Riz / Farine de maïs / Quinoa  
25% de texturant Amandes / Noix / Châtaignes / Maïzena / Pois chiche / Pomme de terre / amidon de riz  
10% de stabilisant Amandes / Noix / Quinoa / Sarrasin / Pois chiche / Pomme de terre / amidon de riz / Tapioca  
5% d'épaississant Guar / Farine Maïs / Maïzena / pomme de terre / Farine de Riz / Tapioca  
5% d'émulsifiant Guar /Amidon de Riz / Tapioca  
5% d'exhausteur Arachides / Châtaigne / Sarrasin  
TOTAL 100%    
 

https://www.lafaimdesdelices.fr/index-recettes-sans-gluten

 

L'ex GLUTIVIX  (autrefois RICA) était une poudre toute prête qui peut aussi être élaborée chez soi là : https://recettedeviviane.pagesperso-orange.fr/additif/page2.html

 et permet d'avoir une texture pour les pains et pâtisserie, qui ressemble à ce que nous connaissons

en boulangerie (avec Gluten !)

Je crois que je vais refaire des essais de pain, que j'avais abandonné vu les résultats assez décourageants.

(Pour ceux intéressés il y a aussi de la bière sans gluten ....)

 

 

     
 

QUELLES FARINES DE COMPLÉMENT ?

 

 

 

L'amaranthe. Voir sorgho. Amande (en poudre). La poudre d'amande est neutre de goût et de mouture grossière: parfaite pour aérer la pâte. N'hésitez pas à en incorporer 4 à 5%. Châtaigne. En pâtisserie principalement: la châtaigne confère son goût suave à une préparation sucrée. Environ 5% sur l'ensemble d'une masse donnée, elle est très « lourde ». La fécule de pomme de terre. Un cadeau du Ciel, une aide universelle. En gonflant et un épaississant. Jusqu'à 15% pour alléger une préparation. Les fèves, haricots et lentilles vertes et corail. Ces humbles légumineuses sont les alliées doucereuses du lait et procurent des fibres. Alors, pourquoi pas dans les pains au lait et les brioches ? Le maïs. Encore une farine à tout faire au secours des cœliaques. La farine blanche, souvent d'origine italienne, est plus compatible que la farine jaune, à laquelle on a ajouté du colorant, allez savoir pourquoi. C'est un excellent support de farines plus « fragiles ». Les pois chiche. Assez forts de caractère, ils évoquent le bassin méditerranéen. Utilisez cette farine dans des recettes méridionales, en très bon accord avec la châtaigne et les fèves pour donner une petite touche orientale. Le quinoa. Cette farine a ses adeptes. Je n'en fais pas partie (sauf pour les pâtes riz/quinoa de chez Réal qui sont sans Gluten et parfaites !). Le riz. La farine de riz est un texturant, très bon soutien pour le pain. Ne vous privez pas de cette farine neutre de goût qui accompagnera vos préparations. Accordez une mention à la farine de riz gluant qui allègera vos pâtes, contrairement aux apparences (pas plus de 10% sur la masse totale). Le sarrasin ou blé noir. Très répandu dans certaines régions, il n'est pas réservé aux recettes bretonnes, mais ne s'amalgame pas facilement. Utilisable à 15% en mélange. Indispensable dans le pain de campagne et les galettes. Le soja. Cette farine légèrement acidulée a un arrière-goût de noisette. Parfaite à petite dose dans les pains rustiques. Sorgho, mil, millet, teff, etc… Certains en font grand cas. Elle est huileuse donc lourde et se transforme facilement en pâte compacte. A utiliser avec parcimonie bien que d'un agréable goût de noix verte. Rancit très vite. Le tapioca ou manioc. Qui ne connaît les petites boules translucides à potages (perles du Japon) ? Voilà une farine et une fécule qui donnera de la force à vos préparations. J'en parlerai souvent, elle est la base d'un miracle en cuisine sans gluten.

Allez voir :

 et voyez les commentaires ... plus récents .

 

 

Nota de Septembre 2014

La gomme de Guar n'est qu'un additif et ne peux remplacer une farine ! Ne l'utilisez que comme une colle en petite quantité.

Vous pouvez utiliser l'arrow-root !

Note de octobre 2014 : de superbes idées ...

Pour remplacer les œufs et s'adapter : voir...

https://www.lafaimdesdelices.fr/technique/comment-remplacer-les-oeufs-dans-les-recettes/

https://www.plaisirvegetal.fr/2010/09/13/mille-et-une-astuces-pour-remplacer-les-oeufs-dans-les-recettes/

https://antigone21.com/2013/06/02/comment-remplacer-les-oeufs/

Une banane écrasée peut suffire si il n'y a que un seul œuf !

***********************

En décembre 2013 Jean Christophe nous disait : (

je viens de trouver la recette du Glutivix sur un forum :
"Ingrédients: Farines de riz et de riz gluant, farine de tapioca, fécule de pomme de terre, dextrose, pectine, sorbitol, tartrate de potassium, émulsifiant E414 (gomme arabique), sel, pyrophosphate et carbonate acide de sodium. Épaississants: farine de caroube, farine de guar."

Voir les commentaires

Propagande et business cancer du sein...

23 Octobre 2013, 16:17pm

Publié par n' ED de mabouillotte-et-mondoudou

Néosanté hebdo
mercredi 23 octobre 2013
     

portrait de Yves Rasir  En ce mois d’ « Octobre rose », difficile d‘échapper à la propagande du cancer-business : incitation à la mammographie par ci, appel aux financement de la recherche par là, chiffres affolants sur l’incidence de la maladie, articles rassurants sur les progrès de la médecine, espoirs de nouveau traitements,  le point sur les « causes » environnementales et les prédispositions génétiques,  le bilan sur les méthodes de prévention, reportages en veux-tu-en-voilà sur la chirurgie reconstructrice, les prothèses,  les associations d’entraide,  l’accompagnement des malades…   Bref,  le grand barnum médiatique habituel mais rien, absolument rien, sur LE SENS BIOLOGIQUE DU CANCER DU SEIN. Cela fait pourtant  une trentaine d’années que le Dr Ryke Geerd Hamer  a découvert que le cancer était la solution de survie du cerveau inconscient à un choc psycho-émotionnel. Pour les pathologies du sein, il en a situé l’origine dans ce qu’il a appelé des « conflits du nid », une expression reprise plus tard par la biologie totale et le décodage biologique. Même si le rôle de la pollution (pesticides,  perturbateurs endocriniens, pilule contraceptive…) n’est pas à négliger, l’épidémie de tumeurs mammaires relève bien davantage de facteurs psychosociaux, comme la multiplication des divorces et l’éclatement des familles. Un cancer du sein, c’est le signal biologique qu’il s’est produit un  « drame dans le nid » !  Et pour en guérir , il importe de dédramatiser et d’en résoudre concrètement la cause conflictuelle !    Puisque cette double information précieuse ne passe décidément pas la rampe, j’ai décidé de publier un extrait du livre LE SENS DES MAUX, dont le premier tome contient précisément le décodage du cancer du sein.  Dans cet article, notre auteur Bernard Tihon résume très  bien le processus naturel de cette affection tel que l’a mis à jour le Dr Hamer.  Je vous invite à faire circuler ce texte sur les médias sociaux et à le partager avec toute personne que cela pourrait concerner. Les livres de Bernard sont disponibles dans toute bonne librairie et sont bien sûr en vente dans la boutique de notre site, en format papier ou numérique. Auteur de la trilogie LE SENS DES MAUX parue aux Editions Néosanté, Bernard Tihon est par ailleurs collaborateur de la revue mensuelle éponyme. Retrouvez-le chaque mois dans le Cahier Décodages situé au centre de la revue. 

Yves Rasir

PS :   merci aux internautes de partager de cette lettre hebdomadaire gratuite et bienvenue aux nouveaux abonnés de notre revue mensuelle payante. Vous pouvez  vous abonner à  la version numérique en cliquant ici !

     

Le  cancer du sein ou le drame dans le nid

« Dans quel sein vertueux avez-vous pris naissance ? » demande Racine dans la tragédie « Esther ». Beaucoup de femmes d’aujourd’hui se demandent à quel sein se vouer, tant est grande leur peur et leur détresse face à une maladie si courante, heureusement souvent guérie. Au lieu de cacher ce sein que l’on ne veut pas voir, essayons de comprendre, à la lumière de la logique biologique, le sens de cette maladie.

La chatte et la souris

Durant la guerre froide, les Russes, qui n’avaient pas la suprématie des armes face aux Américains, ont fait des expériences sur le cerveau, notamment celle-ci, un peu cruelle, prévenons les âmes sensibles. Une maman souris a été séparée de ses petits et on l’a mise sous électrodes pour contrôler son activité cérébrale. Les petits ont été emmenés dans un sous-marin à des milliers de kilomètres et noyés un à un à des moments précis. Aux mêmes moments, à chaque fois, on a enregistré un pic de stress dans le cerveau de la mère : une mère reste donc bien « reliée » à ses petits lorsqu’ils sont en danger loin d’elle à des milliers de kilomètres. Parmi les animaux, c’est la chatte la plus maternelle entre toutes les mamans, celle qui s’occupe le mieux de ses petits, et des cancers de la mamelle sont parfois diagnostiqués par les vétérinaires.

La maladie

Il existe plusieurs types de cancer du sein et c’est une matière où, vu le grand nombre de cas traités, le décodage biologique fait merveille de précision. Nous nous concentrerons ici sur deux d’entre eux : d’une part le cancer situé dans la glande mammaire, c’est-à-dire l’unité qui assure la production de lait par l’intervention de l’hormone prolactine, stimulée par la succion du mamelon, et qui déverse ses sécrétions dans les canaux galactophores ; d’autre part, celui qui est statistiquement le plus fréquent, le cancer situé dans les canaux galactophores, lesquels amènent le lait vers le mamelon.

L’étymologie

Le mot « sein » vient du latin « sinus », qui signifie pli, courbe. Le sinus romain désigne plus précisément le pli que fait la toge en travers de la poitrine lorsqu’elle est rejetée sur l’épaule. Les deux seins forment ainsi un seul pli, une seule courbe, un seul nid. D’ailleurs, le pluriel de « sein » n’est attesté que depuis le 19ème siècle : avant, les femmes n’avaient qu’un « sein » !

L’écoute et la lecture du verbe

Sein = sien = les siens, une préoccupation pour les siens, celles et ceux qui sont les plus proches du cœur, « sein » étant synonyme de « cœur », comme dans l’expression « au sein de… » qui signifie « au cœur de… », ou la formule vieillie « en son sein… » qui désigne la partie du corps de la femme où elle porte l’enfant qu’elle a conçu : c’est bien là que l’enfant va se lover, dans le sein maternel.
Tumeur mammaire = tu / meurs / ma / mère. On est mère de mère en fille et les drames qu’une mère vit avec ses enfants viennent réveiller sa propre mémoire des drames qu’elle a vécu, en tant que fille, avec sa mère.

Le sens biologique

Vu la fonction vitale du sein maternel, qui est de nourrir l’enfant nouveau-né, les cancers du sein seront généralement l’expression d’un sur-stress relatif à un conflit de nid. Lorsque le cancer touche la glande mammaire, le Dr Robert Guinée parle plus précisément d’un souci pour l’intégrité du nid. Chaque glande mammaire possède un sens biologique précis, lequel s’inverse en fonction de la latéralité de la personne (à vérifier par des tests). Le sein gauche d’une droitière est celui qu’elle réserve généralement en priorité à son enfant, il est relié à une notion de nid strict et il s’exprimera pour solutionner des drames par rapport aux enfants. Le sein droit d’une droitière est celui qu’elle garde en principe pour son mari, il est relié à la notion de nid élargi, c’est-à-dire à tout ce qui n’est pas la relation mère/enfant au sens strict et il s’exprimera pour solutionner des drames par rapport à l’homme, au mari, au partenaire, au père, au frère, au voisin, au collègue… C’est l’inverse pour une gauchère.

Attention, c’est le ressenti de la personne qui prime et lui seul qui enverra le programme d’un côté ou de l’autre, donc il peut y avoir des exceptions. De plus, le conflit de nid peut être ressenti de manière réelle, imaginaire, symbolique ou virtuelle. Par exemple, une femme chef d’entreprise peut ressentir son entreprise comme étant sa création, son enfant. Un animal de compagnie peut devenir un enfant de substitution. Mais dans les cas les plus fréquents, il s’agira de conflits avec les enfants ou le mari. Par exemple, une mère de 50 ans voit son fils partir, quitter le nid, avec une « mauvaise femme » et le croit en danger. Ou bien, c’est le mari qui met le nid en danger en trompant sa femme, celle-ci vivant le conflit plus en terme de nid que de séparation sexuelle.

Durant la phase active du conflit portant sur la glande mammaire, on observe une prolifération tumorale de +/- 7 mm en deux mois. Le sens biologique est d’accroître la production de lait à valeur nutritive accrue pour l’enfant ou le partenaire en danger. Après la solution du conflit, la tumeur s’arrête et on observe soit une caséification par des micro-organismes, puis l’apparition de caverne, soit un kyste ou une tumeur bénigne.

Dans le cas d’un cancer touchant les canaux galactophores, il y aura une tonalité conflictuelle de séparation : soit un conflit de séparation dans la relation mère-enfant (nid strict = sein gauche pour une droitière), soit un conflit de séparation dans la relation au partenaire (nid élargi = sein droit pour une droitière). « C’est comme si mon enfant avait été retiré de mon sein. » « On m’a pris mon homme. » « Je veux rassembler ma famille qui est éclatée. » Il n’est pas étonnant que ce cancer soit le plus fréquent dans notre société à une époque où les femmes ont habituellement peu d’enfants et où les divorces sont fréquents. En phase active de conflit, il y aura ulcération des canaux galactophores, dont le sens biologique est de faciliter l’écoulement du lait vers le mamelon en augmentant le diamètre des canaux. Après solution du conflit, il y aura inflammation et, dans ce cas-ci, c’est à ce moment qu’apparaîtront les cellules cancéreuses, là où se trouvaient les ulcérations, ce qui empêche l’écoulement des sécrétions du sein. La tumeur grossit au même rythme que pour la glande mammaire et est proportionnelle à l’intensité du conflit qui l’a précédée.

Bernard Tihon

Voir les commentaires